les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Dimanche 29 Janvier 2017

Vous n'aurez pas mon vote

Par John M.



Mesdames et messieurs les politiques de tous bords, mes chers compatriotes de différentes opinions. Qu'importe que vous lisiez ou non ce qui va suivre, mais je me dois de me libérer d'un fardeau. Dans moins de trois mois, les français vont voter. Dans trois mois, nous allons décider du sort de notre pays. Dans trois mois, nous allons élire un ou une présidente de la république française. C'est drôle, rien que d'y penser, on dirait un jeu de chaises musicales.


Mesdames et messieurs les politiciens, vous ne me connaissez pas mais moi je vous connais. J'ai passé ces dix dernières années à vous voir prendre la pose dans les journaux, à écumer les plateaux de radio, à vous pavaner à la télévision, en déclamant à qui mieux mieux des phrases toutes faites et des programmes stériles. Car c'est exactement ce que vous êtes : des personnages stériles.

Vous ne me connaissez pas. Je suis un citoyen parmi tant d'autres. A vos yeux, je n'existe qu'en tant que chiffre. Dans moins de trois mois, au même titre que des millions de français, je vais avoir la lourde tâche de voter. Voter, non pas pour le meilleur, mais pour le moins pire des candidats. Voter par dépit, voilà un bien triste état de notre démocratie.

En vérité, sachez-le dès à présent: vous n'aurez pas mon vote, que ce soit la Gauche, la Droite, le Centre, les Extrêmes. Savez-vous pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que je ne me reconnais dans aucune de vos idées. A mes yeux, vous ne représenterez que vous-même dans votre costume trois pièces et votre air suffisant. Vous êtes toujours prompt à vous réclamer du peuple et à vous déclarer adversaires vaillants de la finance et de ses dérives. Mais dans le fond, que savez-vous des français et de ce qu'ils vivent ?

Non, vous n'aurez pas mon vote parce que n'inspirez plus la confiance. Combien de politiciens sont inquiétés ou ont été condamnés par notre système judiciaire ? Combien sont-ils à se rendre à l'assemblée nationale dans le seul but de toucher leurs indemnités ? Combien sont-ils à être visés par des polémiques ? La réponse est simple: ils sont nombreux. Je ne remet pas en cause votre intégrité, mieux, je nie son existence. Alors je vous le demande, au nom de quoi devrais-je vous accorder ma voix ? 

Vous n'aurez pas mon vote. Du haut de votre prison doré, vous ne savez rien du quotidien de vos compatriotes. Quant à moi, je ne sais rien du monde de la politique mais je ne suis pas stupide. Les "sans-dents" ne sont pas stupides. Lorsque j'étais encore un jeune collégien, on m'a appris l'importance du droit de vote et d'être citoyen. Sachez donc que je ferai valoir ce droit dès le vingt-trois avril prochain. Toutefois, en mon âme et conscience, je ne voterai ni pour Macron, ni pour Fillon, ni pour Le Pen, ni pour Mélenchon, ni pour qui que ce soit. Je le clame haut et fort, je voterai blanc car je ne cautionne ni ne tolère votre caste trop longtemps privilégiée. N'oubliez pas que votre rôle est d'être au service du peuple et non pas l'inverse.

Mesdames et messieurs les politiciens, je ne vous salue pas et ne vous doit aucun respect. Le respect se gagne et ce n'est pas avec vos belles paroles que vous inverserez cette tendance. Vous avez manqué trop longtemps de respect aux français et si ce n'est pas en deux-mille-dix-sept, ils finiront par vous le faire payer, soyez-en sûrs. N'oubliez pas que des têtes ont été coupées pour moins que ça, surtout quand les claques ne suffisent pas.

Je vous souhaite bon vent.
  
John M.







1.Posté par nadinepz le 07/02/2017 15:20

C'est mon avis et je le partage...

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 15:38 Lire Pascal Boniface

Vendredi 15 Décembre 2017 - 18:32 Ménard, l’inhumanité sans frontières









Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: La ministre de la Santé @agnesbuzyn a annoncé que les patients auront bientôt la possibilité de noter les hôpitaux @La…
Vendredi 21 Septembre - 20:57
Les Répliques : RT @les_repliques: Le Premier ministre @EPhilippePM a annoncé que les prix des carburants allaient encore augmenter @KersausonDe https://t…
Vendredi 21 Septembre - 20:57
Les Répliques : Le député de l'Essonne élu fantôme à l'Assemblée nationale @manuelvalls tweete une photo de ses pieds à Barcelone… https://t.co/ag7Ri0XoKv
Vendredi 21 Septembre - 13:48






 
Nos partenaires