les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Mercredi 29 Mars 2017

Valls : où l'on retrouve les «pudeurs de gazelles»

Par Caroline De Haas.



Les messages choqués des dirigeants socialistes ce mercredi matin, suite à linterview de Manuel Valls dans lequel il annonce son ralliement à Emmanuel Macron m'ont mise mal à l'aise. J'ai essayé de comprendre pourquoi.

 

Lorsque les messages sont tombés hier soir sur Twitter annonçant que Manuel Valls voterait pour Emmanuel Macron, j'ai pensé "logique". Ces deux là ont gouverné ensemble, ils ont ensemble pensé et mis en oeuvre la politique de François Hollande. A part sur quelques sujets sociétaux où Emmanuel Macron est sans doute plus progressiste que l'ancien premier ministre (c'est pas très compliqué !), ils parlent tous deux du coût du travail, du poids des "charges"*, d'en finir avec les 35 heures, de supprimer des postes de fonctionnaires, ils ne sont pas favorables à la sortie du nucléaire... Bref, ils s'inscrivent tous les deux dans un modèle politique qui pense les protections collectives, la dépense publique ou la transition énergétique comme des freins plus que comme des opportunités. 
 

J'ai donc été assez surprise ce matin en découvrant, toujours sur Twitter, les messages choqués des dirigeant.e.s socialistes. 
 

D'abord, cela donne le sentiment qu'ils et elles ont vraiment cru que Manuel Valls allait soutenir un candidat proposant l'abrogation de la loi travail. Je ne pense pas qu'ils et elles soient naïfs à ce point. Depuis le début de la primaire, ses participant.e.s savaient qu'elle était bancale. Les militant.e.s de la gauche du Parti socialiste (ceux qui restent) disaient qu'ils n'arriveraient à pas à tracter pour Manuel Valls. Du côté de l'aile droite, on n'imaginait même pas perdre la primaire (et oui, avec une primaire ouverte, on peut moins facilement déterminer le résultat à l'avance que dans un congrès). 
 

Bref, tout le monde savait bien que les dés étaient pipés. Ils pensaient sérieusement régler dans le cadre d'une primaire un débat politique qui déchire le parti socialiste ? Parce que les électeurs et électrices ont désigné Benoît Hamon, les dirigeants du parti allaient dire, très gentiment : "bon d'accord, on s'est trompés depuis 5 ans, Benoît a raison". Non. Quelle surprise. 
 

Mais ce qui m'a mis le plus gênée ce matin, ce n'est pas ce sentiment d'assister à une sorte de mise en scène de l'indignation socialiste. 
 

Ce qui me choque le plus, c'est d'entendre des dirigeant.e.s politique monter au créneau, comme si c'était Jaurès qu'on assassinait à nouveau alors que depuis 5 ans, c'est silence radio.
 

Depuis qu'il est premier ministre, Manuel Valls a méthodiquement trahi les engagements de 2012. CICE, déchéance, contrôle au faciès, loi travail. Certains se sont parfois mobilisés, à l'Assemblée, pour faire bouger les lignes. En vain. La grandes majorité des dirigeant.e.s et élu.e.s socialistes n'ont rien dit. Voire ont soutenu une politique qui tournait le dos au vote de 17 millions de citoyennes et citoyens. 
 

Je déplore, comme beaucoup sans doute, que la parole politique soit devenu un vase creu, utilisé à tort et à travers sans en penser les conséquences. Le candidat élu en 2012 sur le discours du Bourget a tourné le dos à ses engagements pendant 5 ans. Le candidat de la droite élu sur l'honnêteté est mis en examen. Le Front national, dont les cadres expliquent que les autres sont tous pourris est mouillé jusqu'au cou dans un détournement de fonds publics. 
 

Je déplore que Manuel Valls en rajoute une couche et donne une piètre image de l'engagement politique. Mais si je devais choisir le plus grave dans l'intégralité de son oeuvre... ça ne serait pas son ralliement à Emmanuel Macron. 
 

Caroline De Haas








1.Posté par De Dédé le 30/03/2017 00:48

Mélenchons toutes !!

2.Posté par georgesserge le 30/03/2017 14:23

Vous esperiez peut-être qu'il soutienne le mec qui l'a trahi et qui l'a obligé (avec ses acolytes dits frondeurs) à utiliser le 49-3 !

3.Posté par Francois le 31/03/2017 18:16

Quel retournement de l'histoire, c'est parce que la loi n'allait pas passer sans le 49.3 et qu'il n'a pas hésité à y avoir recours que les frondeurs ont frondé. Quand le parlement n'est pas d'accord, on amende sa loi, on ne lui tord pas le bras, parce que pour rappel, il émane des urnes. Ce qui n'a jamais été le cas de Valls.

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Dimanche 6 Janvier 2019 - 19:01 Acte VIII : un policier - un boxeur




Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter

Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Les derniers tweets



Interview populaire

Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Ancienne interne des hôpitaux de Paris, Sabrina Ali Benali est actuellement médecin remplaçante dans une association de permanence de soins 24h/24 : Les urgences médicales de Paris.

Elle est particulièrement engagée sur les questions de santé "pour la défense des conditions de travail des personnels soignants et surtout d'un accueil digne et humain des patients".

Elle publie aux éditions Cherche Midi Editeurs La révolte d'une interne : santé, hôpital, état d'urgence, préfacé par le Docteur Christophe Prudhomme médecin urgentiste.

Sabrina Ali Benali connue du grand public pour sa vidéo virale sur la sitaution d'urgence à l'hôpital public, visionnée 12 millions de fois sur Facebook en janvier 2017, a accepté de répondre à nos questions.
Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Les répliques
03/12/2018