les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Mardi 17 Avril 2018

"Une marque de respect" manquée lors l'interview présidentielle



Les deux journalistes, qui ont interviewé Emmanuel Macron dimanche soir, ont été la cible de nombreux reproches sur les réseaux sociaux.

On reproche à Edwy Plenel par exemple de ne pas avoir appelé le chef de l'Etat "Monsieur le Président". Pour le fondateur de Mediapart  : "L'interview présidentielle en France est une interview monarchique. Notre objectif tout simple, c'était d'abord de casser ça (...) Je pense que si quelqu’un a des intervieweurs qui cassent les codes, il est meilleur ! Nous on fait notre job et lui, s’il aime ça, il est meilleur."

Pour le "démago" Jean-Jacques Bourdin (BFMTV)  : "Je sais que toute la profession va nous tomber dessus. Et alors ? Je m'en moque. Ce qu’il faut dans une interview avec un président de la République, mais comme avec un leader de l’opposition, c’est ne pas être au service de l’interviewé mais poser les questions qu’on a envie de poser."
"Une marque de respect" manquée lors l'interview présidentielle









1.Posté par CALVES Michel le 17/04/2018 21:14

Le respect c'est pour tous: pour ceux qu'on traite d'analphabètes, ceux qui "foutent" le bordel au lieu de chercher du boulot (GM&S) ceux qui ne SONT rien! C'est ça le respect Macron.
Desproges en son temps disait Mon président mon chien (mais c'était à Claude Villers qui avait beaucoup d'humour!)

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mardi 14 Août 2018 - 18:09 Une décision "providentielle"

Mardi 14 Août 2018 - 08:57 Objectif Barcelone

Lundi 13 Août 2018 - 15:53 Gap : appel au boycott









Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : Le ministre de la Transition écologique @N_Hulot a répondu aux questions de Libération, après la condamnation de Mo… https://t.co/cYHem6967J
Mardi 14 Août - 17:19
Les Répliques : L'ancien Premier ministre Manuel Valls multiplie les diners à Barcelone en vue des municipales de mai 2019. Face au… https://t.co/0RSdlAHWWN
Mardi 14 Août - 08:53
Les Répliques : La députée @auroreberge appelle au boycott de la marque @Gap après le lancement (dans les pays anglo-saxons) d’une… https://t.co/tcVGOD32Ou
Lundi 13 Août - 15:44





 
Nos partenaires