les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Jeudi 2 Novembre 2017

Un simple contrôle de police

Par Agnès Druel.



Certains d’entre nous parlerons d’un simple contrôle d’identité. Je préfère utiliser le mot humiliation. Une dizaine d’enfants, entre 12 et 15 ans maximum alignés contre la grille d’un immeuble, fouillés par la police.
Photo par Agnès Druel
Photo par Agnès Druel


Il y a quelques jours, un triste anniversaire. Celui de la mort de Zyed et Bouna. 2 gamins innocents, nés du mauvais côté du périph, morts pour rien.
 
Nos gouvernements n’apprennent rien de leurs erreurs. Nos gouvernements font toujours le choix du tout répressif  et utilisent de façon hypocrite les « révoltes », « l’embrasement des banlieues » pour justifier leur politique sécuritaire et discriminatoire.
 


 
Mais aujourd’hui, il n’y avait pas de révoltes, pas d’embrasement. Seulement une dizaine de copains en vacances. Ils n’ont pas plus de 15 ans. A côté des grilles, il y a un square où l’on peut faire du sport, jouer au basket ou au foot.

La police arrive. Il y a une histoire de vélib apparemment. Ils sont alignés contre la grille, les mains accrochées aux barreaux. Ce n’est surement pas le premier contrôle pour certains. Ces scènes-là arrivent souvent à Saint-Denis. Des enfants contre les grilles pour montrer qui fait la loi, pour créer dès le plus jeune âge de la méfiance, de la haine, de la colère. 
 



La police les laisse partir. Mais le mal est fait. Ils vont en discuter entre eux, garder une profonde amertume, qui finira sans doute par se transformer en haine. Un autre contrôle, une autre altercation viendra nourrir cette défiance. La politique de l'humiliation, toujours.

Pas assez blancs, pas nés du bon côté, toujours suspects.

Agnès Druel
 








1.Posté par HL Hauguel le 29/11/2017 13:16

Certains d’entre nous parleront d’un simple contrôle d’identité

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 26 Décembre 2018 - 09:06 440 milliards d'euros sur les comptes des Français

Jeudi 20 Décembre 2018 - 16:13 SDF : 433 morts en 2018




Rejoignez-nous sur Facebook


Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Inscription à la newsletter




Interview populaire

Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Depuis quelques années maintenant, le comédien Matthieu Longatte 31 ans alias Bonjour Tristesse publie régulièrement des vidéos sur Youtube où il incarne un personnage très en colère contre le système politique : "une espèce de synthèse enragée de la b**se politique actuelle" comme il l'explique.

Et ses vidéos cartonnent ! Plusieurs centaines de milliers de vues pour la plupart, des millions pour d'autres !

"J'humilie verbalement les politiques qui détruisent l'idéal démocratique", assène Matthieu, gueule d'ange en décalage total avec son personnage braillard au débit intense et remonté.

Mais d'où vient ce style atypique à la fois engagé et exacerbé contre le système ? Nous sommes allés à la rencontre de Bonjour Tristesse qui a bien voulu répondre à nos questions.
Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Les répliques
29/12/2018