les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Lundi 17 Avril 2017

Syrie : la photo d'un photographe en larmes devient virale

Par Arrêt sur Images.



C’est la nouvelle image virale pour dire l’horreur de la guerre en Syrie. Après un attentat suicide qui a tué 126 personnes, l’un des photographes présents sur place s’est effondré en larmes. L’un de ses collègues l’a pris en photo.
Abd Alkader Habak - Photographe en larmes
Abd Alkader Habak - Photographe en larmes


Il y a les voitures enflammées derrière, et la fumée qui en sort. Il y un enfant calciné, face contre terre. Et puis il y a cet homme, agenouillé sur le sol, en larmes, un appareil photo dans la main droite.
 

Samedi 15 avril, un kamikaze a lancé sa camionnette piégée dans un convoi de bus transportant des milliers d’habitants évacués de Joua et de Krafraya, deux villes pro-gouvernement, assiégées par les insurgés, dans le nord-est du pays. Le bilan est de 126 morts, dont 68 enfants.


Sur place, le journaliste syrien Ahmad Primo poste, sur son compte Twitter, plusieurs photos de l’après-explosion : des corps d’hommes, de femmes, d’enfants sortis des flammes. Et puis ce cliché, celui du photographe syrien Adb Alkaded Habak, mentionné dans le tweet, à genoux et en larmes. "Voilà le collègue Abd Alkader Habak en train de pleurer d’impuissance et de douleur les victimes de l’attaques terroriste".



Une autre photo, postée quelques heures plus tard sur Twitter, montre le photographe courir avec un enfant dans les bras.


La photo du photographe en larmes est depuis devenue virale, partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux, et n'a pas tardé à être reprise par nombre de médias français (et internationaux).

Interrogé par la chaîne britannique Channel 4, le photographe est revenu sur ces évènements. "Les mots ne peuvent pas décrire ce qui s'est passé. J'étais à côté d'un bus transportant de la nourriture aux enfants, quand soudain à quelques mètres, une énorme explosion a retenti". Il commence alors à filmer la scène, puis voit un petit garçon qui a besoin d’aide. C’est lui qu’on voit dans ses bras, sur le cliché où il court. "Je l'ai regardé et j'ai vu qu'il respirait encore. Je l'ai pris dans mes bras et je me suis mis à courir vers les ambulances. Je ne sais pas s'il s'en est sorti, mais j'ai fait ce que j'ai pu. Je sais juste qu'il a été transporté vers un hôpital", a-t-il raconté par Skype, à Channel 4.

Arrêt sur Images






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >








Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: Les députés @auroreberge ou @AdeMontchalin réclament l'arrêt du compte parodique @JournalElysee https://t.co/JuXdcFc5HZ
Mardi 25 Septembre - 17:28
Les Répliques : RT @TraduisonsLes: « Merci aux contribuables français pour ce séjour Erasmus à leurs frais » https://t.co/bNnAmx7peZ
Mardi 25 Septembre - 17:24
Les Répliques : Au large des côtes libyennes, l’#Aquarius a demandé lundi à la France de lui ouvrir le port de Marseille. L'Elysée… https://t.co/6AWj2LgIHq
Mardi 25 Septembre - 16:02






 
Nos partenaires