Lundi 17 Avril 2017

Syrie : la photo d'un photographe en larmes devient virale

Par Arrêt sur Images.



C’est la nouvelle image virale pour dire l’horreur de la guerre en Syrie. Après un attentat suicide qui a tué 126 personnes, l’un des photographes présents sur place s’est effondré en larmes. L’un de ses collègues l’a pris en photo.
Abd Alkader Habak - Photographe en larmes
Abd Alkader Habak - Photographe en larmes


Il y a les voitures enflammées derrière, et la fumée qui en sort. Il y un enfant calciné, face contre terre. Et puis il y a cet homme, agenouillé sur le sol, en larmes, un appareil photo dans la main droite.
 

Samedi 15 avril, un kamikaze a lancé sa camionnette piégée dans un convoi de bus transportant des milliers d’habitants évacués de Joua et de Krafraya, deux villes pro-gouvernement, assiégées par les insurgés, dans le nord-est du pays. Le bilan est de 126 morts, dont 68 enfants.


Sur place, le journaliste syrien Ahmad Primo poste, sur son compte Twitter, plusieurs photos de l’après-explosion : des corps d’hommes, de femmes, d’enfants sortis des flammes. Et puis ce cliché, celui du photographe syrien Adb Alkaded Habak, mentionné dans le tweet, à genoux et en larmes. "Voilà le collègue Abd Alkader Habak en train de pleurer d’impuissance et de douleur les victimes de l’attaques terroriste".



Une autre photo, postée quelques heures plus tard sur Twitter, montre le photographe courir avec un enfant dans les bras.


La photo du photographe en larmes est depuis devenue virale, partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux, et n'a pas tardé à être reprise par nombre de médias français (et internationaux).

Interrogé par la chaîne britannique Channel 4, le photographe est revenu sur ces évènements. "Les mots ne peuvent pas décrire ce qui s'est passé. J'étais à côté d'un bus transportant de la nourriture aux enfants, quand soudain à quelques mètres, une énorme explosion a retenti". Il commence alors à filmer la scène, puis voit un petit garçon qui a besoin d’aide. C’est lui qu’on voit dans ses bras, sur le cliché où il court. "Je l'ai regardé et j'ai vu qu'il respirait encore. Je l'ai pris dans mes bras et je me suis mis à courir vers les ambulances. Je ne sais pas s'il s'en est sorti, mais j'ai fait ce que j'ai pu. Je sais juste qu'il a été transporté vers un hôpital", a-t-il raconté par Skype, à Channel 4.

Arrêt sur Images






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Jeudi 16 Novembre 2017 - 10:39 Que peut-on encore critiquer ?












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Alain #Finkielkraut se pose en victime : "On a mal compris ce que j'ai voulu exprimer !" @OBerruyer https://t.co/z5etEGASlQ
Jeudi 14 Décembre - 13:12
Les répliques : Difficile la vie de député @enmarchefr : "pâtes", "déménagement" et "vêtements de la cave" @supermegadrivin https://t.co/Fh1A26uB5q
Jeudi 14 Décembre - 11:53
Les répliques : Deux jours après la nomination de @RokhayaDiallo au Conseil national du numérique le @gouvernementFR par la voix de… https://t.co/cpfTbxwgbn
Jeudi 14 Décembre - 09:59
Les répliques : Le député des Hauts-de-seine @solere92 visé par une enquête pour fraude fiscale avait été informé par l'ex ministre… https://t.co/JLjbq89ji7
Jeudi 14 Décembre - 09:27



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin