les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Lundi 26 Décembre 2016

Sanctionnée pour avoir fait une fausse couche en caisse

Revue de presse par Élodie Forêt France Inter.



C'est dans ce même Auchan City de Tourcoing, dans le Nord, qu'une caissière avait été licenciée pour une erreur de caisse de 85 centimes au mois d'août dernier.


Une histoire très peu flatteuse pour Auchan vient d'être rendue publique par la CGT. L'histoire d'une caissière d'un supermarché Auchan de Tourcoing, dans le Nord, qui a fait une fausse couche à son poste qu'elle n'a pas été autorisée à quitter.
 
On l'appellera Fadila. Elle a 23 ans et a entamé en novembre dernier un contrat de professionnalisation d’hôtesse de caisse de six mois dans un Auchan City de Tourcoing. Après un arrêt de travail dû à des malaises, elle découvre qu’elle est enceinte de deux mois, en informe son employeur et demande des autorisations supplémentaires de se rendre aux toilettes pour vomir. Ça ne lui est pas accordé, explique-t-elle. Son employeur lui "dit qu'il ne peut pas me répondre tout de suite, raconte-t-elle, car s'il fait ça pour moi il doit faire ça pour tout le monde". Elle devra donc gérer cela sans quitter son poste....
 
Après un arrêt d’une semaine, Fadila reprend le travail, mais ce 21 novembre, elle ressent des douleurs au ventre qui s'amplifient au cours de l’après-midi alors qu'elle ne peut pas quitter son poste. C'est derrière sa caisse que Fadila – dont les clients remarquent la pâleur – fait une fausse-couche. Elle s'en rendra compte en se levant de son siège ensanglanté. A l'arrivée des pompiers, qui lui demandent si elle a pu aller aux toilettes, elle leur répond : "Non, pas depuis trois heures que je demande." Alors qu'ils l'emmmènent à l'hôpital, personne ne vient demander de ses nouvelles, raconte-t-elle encore étonnée.
 
Après une nuit à l'hôpital, sa supérieure lui demandera un justificatif pour expliquer les raisons de son départ avant l’heure de fin de sa vacation et même si elle peut revenir travailler le lendemain. Une réaction qui a énormément choqué Fadila, qui ne comprend toujours pas comment une femme peut manquer autant de compassion envers une autre femme.
 
Une histoire qui n'étonne pas Samuel Mégens, secrétaire général de la CGT à Tourcoing. En août dernier, c'est dans ce même Auchan City qu'une caissière avait été licenciée pour une erreur de caisse de 85 centimes : "C’est un magasin où, de notre point de vue, les salariés sont en danger. On dépasse la question syndicale ou même juridique. Fadila a été confrontée, chaque jour, à un encadrement qui n’a tenu aucun compte de sa personne."
 
La direction ne s'est jamais excusée...

Pour lire la suite cliquez ici.







1.Posté par Vanoosthuyze le 27/12/2016 09:09

C honteux venant du responsable d auchan de sanctionner pour une fausse couche cette dame subi le pire moment de ca vie et vous faites ca il es ou le respect de votre part a vos employees et le coeur pfff c une honte

2.Posté par Jul54356799 le 27/12/2016 09:27

C est la mentalité d Auchan! J y ai travaillé.. c est des robots sans cœur! Ils n ont aucune pitié..

3.Posté par Pellerin le 27/12/2016 11:04

Honteux !! Moi je travaille aussi en tant que caissière à Carrefour et heureusement qu'ils sont humains !! J'ai fait une grossesse extra-utérine et ils ont fait le nécessaire pris soins de moi !!

4.Posté par sand78 le 28/12/2016 22:35

Euh des INCONSCIENTS, j'ai fait une fausse couche je sais ce que c'est.
Je serais elle j'irais direct aux prudhommes

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 6 Octobre 2018 - 20:01 Les Répliques est sur Tipeee

Mercredi 28 Mars 2018 - 10:39 Darwinisme 2.0 ou nouveau contrat social ?

Dimanche 25 Février 2018 - 19:53 Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes









Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : Billets de train trop chers pour Noël : les explications du DG de Oui SNCF suite au mécontentement des usagers… https://t.co/gYuSO4L6iZ
Vendredi 19 Octobre - 20:56
Les Répliques : Au lendemain des moqueries de Jean-Luc Mélenchon sur l’accent d’une journaliste, la députée En Marche @LaetitiaAvia… https://t.co/u5hkyKdbOY
Vendredi 19 Octobre - 12:51
Les Répliques : Suite aux nombreux accidents de chasse par an, des associations, promeneurs, et cyclistes voudraient faire interdir… https://t.co/r3PqiTxq8b
Vendredi 19 Octobre - 09:52






 
Nos partenaires