les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
Vendredi 26 Mai 2017

Rester fort

De Émile Monk.



Emilie, 17 ans, a été victime pendant des années du harcèlement scolaire. Très bonne élève, passionnée de lecture, elle a très vite été mise au ban de la société estudiantine de son collège privé, Notre-Dame de la Paix, à Lille. Elle raconte, dans son journal, son calvaire quotidien ; toutes les insultes, les menaces, les exactions de ses congénères. Son seul refuge : la lecture. Elle s'enferme dans les toilettes à chaque récréation, pour lire et trouver quelques rares instants de répit, avant de retourner en classe, toujours avec la boule au ventre.   Ne pouvant plus supporter jusqu'à son existence, Emilie s'est donné la mort le 22 janvier dernier.  

Les parents d'Emilie ont décidé, un an après les tragiques événements, de rendre public le journal de leur fille, pour sensibiliser les parents, les enseignants, les hommes politiques, à la réalité du harcèlement en milieu scolaire, et de la dépression adolescente, qu'on a trop souvent tendance à assimiler à une simple « crise d'ado ».   Poursuivant le même but, nous avons choisi de publier le journal d'Emilie dans son intégralité, ainsi que des textes écrits par chacun des membres de sa famille qui expriment tout aussi bien leur peine, leur douleur, que leur volonté de rendre hommage à une jeune femme exceptionnelle, qui aurait rêvé de devenir écrivain.   

Si vous souhaitez vous le procurer cliquer sur le lien ci-dessous :

 


Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Lundi 22 Mai 2017 - 12:20 Nous (aussi) sommes la nation

Mardi 16 Mai 2017 - 11:34 Calais mon amour




Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter

Article populaire

La colère des ambulanciers : témoignage

Depuis plusieurs jours maintenant, les ambulanciers en grande colère mènent des opérations escargots un peu partout sur les routes de France.

De Paris à Marseille, de Lille à Strasbourg en passant par Dijon ou Nancy, ils se mobilisent massivement à l'appel de plusieurs syndicats, protestant contre "l'uberisation de leur métier" par une nouvelle réforme du financement des transports sanitaires.
La colère des ambulanciers : témoignage



Les derniers tweets