les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Jeudi 16 Novembre 2017

Que peut-on encore critiquer ?



Suite à la dernière censure par Facebook ainsi que la suppression temporaire de notre compte le samedi 11 novembre dernier, le journal Libération a tenu à nous contacter pour établir un nouvel état des lieux de la modération du célèbre réseau social Californien.


Pour lire l'article de Libération : cliquez ici.

Force est de constater que malheureusement nous ne sommes pas seul à être victime de censure et fermeture arbitraire de nos pages par le géant américain. On apprend que la page Negronews en a également fait les frais récemment suite à une publication qui avait pour but de dénoncer le racisme, mais Facebook y a vu au contraire du racisme. 

La page Esprits Libres est également la cible de nombreux trolls qui signalent massivement leurs publications, entraînant censure automatique et menaces de fermeture.

Ce qui est troublant, c'est la manière dont s'y prend Facebook. Aucune interaction, aucun échange ni aucun moyen pour qui que ce soit d'expliquer qu'il ne s'agit pas d'une publication offensante. La publication est supprimée, point. 

Un message automatique de "respect des standards de la communauté" puis la menace pure et simple d'une fermeture définitive. Voilà, la méthode Facebook.

C'est d'autant plus écoeurant, lorsque l'on sait que de très nombreuses pages haineuses à caractère raciste existent toujours sur le réseau et n'ont visiblement pas grand chose à craindre. 

Mark Zukerberg et/ou ses salariés auraient-ils un intérêt quelconque à laisser ce type de page subsister et à en menacer d'autres pour des publications anti-raciste ou anti-évasion fiscale ?

Affaire à suivre..

La rédaction
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >








Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : La députée @auroreberge appelle au boycott de la marque @Gap après le lancement (dans les pays anglo-saxons) d’une… https://t.co/tcVGOD32Ou
Lundi 13 Août - 15:44
Les Répliques : L'ONU réclame une enquête après la mort d'au moins 29 enfants, tués par des frappes aériennes attribuées à la coali… https://t.co/Mh1viechKT
Lundi 13 Août - 10:14
Les Répliques : Beaune : les deux suspects ont été arrêtés et le parquet de Dijon a retenu le caractère raciste de l'attaque. Deux… https://t.co/8EIi0y465w
Dimanche 12 Août - 13:20





 
Nos partenaires