Jeudi 16 Février 2017

Pourquoi devenir végétarien ? Quel intérêt ?

Par Mylonite.



Avant toutes choses, sachez qu’être végétarien est pour la plupart des gens un choix philosophique basé sur des réalités scientifiques. De ce fait, si la souffrance animale ne vous touche pas, si votre empathie est relative à vos congénères uniquement, si la protection de l’environnement ne vous intéresse pas, si vous pensez que tout ce qui existe est à votre disposition et que vous pouvez en jouir sans limite, ne lisez pas cet article. Etre végétarien est relatif à une morale, de ce fait si la votre est différente, devenir végétarien n’a pas d’intérêt pour vous. Dans ce cas là, si vous assumez complètement ce que vous êtes et que vous arrivez à vivre avec vous même en étant conscient de l'impact de vos actes, c'est votre choix de vie et je n'ai pas de leçon de morale à vous donner. Je ne détiens aucune vérité, chacun a ses valeurs et personnellement je suis contre le racisme et donc dans cette logique je suis naturellement contre le spécisme.


Aujourd’hui être végétarien, c'est faire le choix de ne pas encourager l'injustice relative à la vie et d'évoluer vers un monde plus juste en utilisant nos capacités techniques, scientifiques et intellectuelles de manière responsable. Etre végétarien est la manière la plus efficace et la plus rapide pour réduire sont impact écologique, mais surtout pour diminuer grandement la souffrance des êtres sensibles. Pour rappel, les plantes, les fruits, les légumes et les graines, contrairement aux êtres vivants sentients, ne ressentent pas la souffrance. Ceci est une réalité scientifique qui est prouvée par l'expérimentation, dire l'inverse est une ineptie relative à des croyances populaires ou religieuses infondées. Et si demain la science prouve l'inverse (même si c'est vraiment très peu probable à la vue de notre niveau scientifique et technologique actuel), et bien il faudra encore changer de mode d'alimentation pour évoluer de manière responsable et en prenant en compte ce qui nous entoure.
 
Faire le choix de continuer à manger de la viande ou du poisson à notre époque, en sachant que pour la plupart d'entre nous, nous ne sommes plus en situation de survie (ou seul en face à face avec une chèvre sur une ile déserte sans aucun fruit et légume à disposition) et que des solutions nutritives équivalentes aux apports de la viande (et biens meilleures pour la santé) existent, c'est refuser d’affronter la réalité. Car les conséquences qui résultent du fait de manger de la viande sont horribles, et même si on refuse des les regarder, elles existent quand même. Je précise que je ne parle évidemment pas des gens qui vivent en pleine nature et dont leur survie dépend du fait de manger de la viande ou du poisson par contraintes environnementales, géographiques ou économiques. Je parle de vous et moi qui sommes affranchis de cela, nous avons le choix. Je pense que regarder la réalité en face est l’étape la plus importante pour changer. Concernant la souffrance animale, je vous encourage à regarder les vidéos que partage l’association L214. Cette association filme la réalité quotidienne des abattoirs, elle filme la souffrance créée sur des êtres sentients considérés comme « plus faibles que nous » et que donc nous exploitons juste pour un plaisir gustatif éphémère. Aujourd’hui quand on prend un peu de recul et que l’on regarde la manière dont nous traitons les animaux en règle générale, on se rend vite compte qu’il y a des similitudes avec la manière dont certains ont traité les personnes de couleurs il y a encore pas si longtemps (à non ça existe encore en fait…). Le terme spécisme est très important et nous permet de comprendre rapidement le rapport qu’il y a avec le racisme. Notre existence a t’elle plus d’importance que celle des autres êtres vivants ? Le simple fait d’être plus « intelligent » qu’un autre être vivant, nous donne t-il le droit de vie ou de mort et de souffrance sur celui-ci ?
Personnellement je pense que les personnes plus évoluées intellectuellement doivent aider celles qui le sont moins, et pas les exploiter. Sortir de ce déni de réalité et se remettre en question est difficile mais pourtant essentiel. Je constate cette difficulté au quotidien quand j’essaie de convaincre mes proches de changer de régime alimentaire, car au lieu de se remettre simplement en question, ils font preuve d’une grande créativité pour se chercher des excuses à travers des arguments non recevables. Car on ne peut pas se dire d’un coté respectueux des êtres vivants sensibles, et de l’autre les tuer et les faire souffrir pour son seul plaisir gustatif.
 
Alors vous allez me dire « oui mais si on les tue avec respect » ? Soyons sérieux, peut-on tuer avec respect ? C’est quoi ce concept ? C’est comme le viol en douceur ? Enlever volontairement la vie d’un être vivant sensible pour un plaisir gustatif égoïste, et cela bien avant sa « dernière heure naturelle », ce n’est pas le respecter. Certains m’ont également déjà dit « respecte mon mode de vie », mais toi qui demande le respect, respectes-tu ceux que tu tue pour ton plaisir qui n’a rien de vital ? Peut-on prétendre au respect quand on n’est pas respectueux ? Ensuite il y le fameux « je trouve que c’est extrémiste et trop radical ». Du coup doit-on considérer que combattre le racisme c’est trop extrême, trop radical et donc qu’on peut en tolérer un peu ? Doit-on considérer qu’interdire la pédophilie c’est extrême et radical aussi ? Regarder uniquement là où ça nous arrange, et que quand ça nous arrange, c’est de la malhonnêteté intellectuelle et c’est se mentir à soi-même. Et pour le fameux « on a toujours fait comme ça, c’est dans l’ordre des choses, c’est la nature », alors dors dans une grotte, sans vêtement, sans technologie, sans confort moderne et va chasser à mains nue avec juste tes petits bras, tes petites jambes et tes petites dents pour te nourrir ! On ne peut pas non plus regarder uniquement le coté de l’évolution qui nous arrange, car oui, devenir végétarien c’est évoluer. Et puis il y a la phrase qui revient encore et toujours « mais j’aime trop la viande pour m’en passer ». Mais moi aussi j’aime trop la viande, mais quand une des mes envies ou pulsions est destructrice, je la contiens... Car bon si demain j’aime trop manger des êtres humains, puis-je manger ta famille ?
 
Concernant l’environnement, manger de la viande génère énormément de pollution. Alors là aussi certains me disent « manger des légumes et des céréales ça pollue aussi ». Oui mais nettement moins et puis les animaux que tu manges, quand ils sont élevés en captivité, ils mangent quoi d’après toi ? Imaginez juste une seconde tout ce qu’un animal (qui a été créer pour la consommation) va consommer durant son élevage avant d’être consommé lui même. Après il y a aussi le « oui mais sans nous des espèces comme les vaches n’existeraient plus à l’état naturel ». Et combien d’espèces on disparues à cause de nous et de notre mode de vie ? Et si on restait un peu à notre place et qu’on laissait faire la nature ? Et si on essayait de vivre avec les autres êtres vivants au lieu de leur imposer notre existence ? Qui sommes nous pour décider ? La nature se régule très bien sans nous depuis des millions d’années, et ce qui à mis un temps considérable à se créer, nous le détruisons en quelques secondes. Qui sommes nous pour s’octroyer cette toute puissante légitimité ?
 
Etre végétarien c’est un mode de vie. Personnellement, en complément de mon régime alimentaire dépourvue de cadavre, j’ai décidé de boycotter les zoos et autres parcs animaliers qui sous couvert de soit disant « protéger les animaux », gagnent des sommes d’argent considérables sur leur dos en exploitant leur captivité. Pour protéger les animaux du braconnage, il faut combattre le braconnage, pas enfermer les animaux. Car dans ce cas là pour se protéger du terrorisme, on fait quoi ? On se met dans une cage? Qui sommes nous pour décider de la liberté ou non d’un être vivant ? C’est comme ces chasseurs qui pour ne pas assumer leur plaisir malsain de tuer, se défendent en disant « nous on régule et on prélève ». Premièrement ils « régulent » car l’être humain a tué la plupart des prédateurs naturels qui s’occupaient de l’équilibre, et deuxièmement pour réguler nous ne sommes pas obliger de tuer, des solutions autres comme la stérilisation par exemple n’implique pas la mort et la souffrance des animaux. A notre époque, nous sommes capables de surmonter quasiment toutes les barrières techniques, et dire « c’est compliqué je ne fais pas » c’est réagir comme un enfant irresponsable. Le monde et l’univers sont extrêmement complexe, alors oui, répondre à des problèmes complexes en prenant tout en compte c’est compliqué, mais c’est être responsable.
 
Avant de finir cet article je souhaite préciser une chose, le reste de notre mode de vie est également nocif. Je pense donc que nous devons agir sur notre consommation en règle générale. Nous pouvons construire et fabriquer en respectant ce qui nous entoure, et de ce fait il serait absurde de rejeter le confort ainsi que la technologie moderne. Je précise cela car on m’a déjà dit « oui mais la fabrication du pc sur lequel tu écris cet article par exemple, a créé de la souffrance animale et a détérioré l’environnement ». Du coup si on suit cette logique autant continuer à faire n’importe quoi ? Il faut produire différemment et c’est possible malgré ce que nous disent certains industriels qui veulent protéger leur situation. Nous avons tout ce qu’il faut pour produire différemment, c’est juste une question de choix et de volonté, une question de priorité et de partage, une question de responsabilité. Il n’y a pas qu’un seul combat à mener,  je veux dire par là qu’il faut aider et respecter tous les êtres vivants au même niveau. Je pense que le fait de prioriser ou de hiérarchiser la vie est extrêmement dangereux.
 
Je pense donc que devenir végétarien (ou encore mieux vegan) c’est l’évolution logique de l’humanité. Cette évolution implique de ne pas faire de l’empathie à géométrie variable et de ne pas se considérer comme au centre de tout. Cette évolution implique également d’être honnête envers soit même, d’arrêter de se mentir et de regarder la réalité en face. Si votre réalité est brutale et vous dérange, vous devez la changer, par détourner le regard lâchement. Comme tout changement ça demande un peu de temps d’adaptation, mais sachez que plein de gens (moi y compris) peuvent vous aider et vous conseiller pour vous faciliter ce changement. Pour conclure rappelez-vous une chose, minimiser la souffrance liée à notre mode de vie et préserver notre environnement c’est sauver concrètement des êtres vivants (soi-même compris).
 
Mylonite


Pour corroborer ce billet, nous vous proposons un des titres de l'artiste : "Et si c'était toi ?" 
 








1.Posté par Mylonite le 18/02/2017 22:08

Ci-dessous le lien vers la version audio de cet article pour celles et ceux qui le souhaitent.

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 28 Mars 2018 - 10:39 Darwinisme 2.0 ou nouveau contrat social ?

Dimanche 25 Février 2018 - 19:53 Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: Brittany Pettibone, Martin Sellner et Lauren Southern : trois étrangers activistes d'extrême-droite qui ont participé à…
Jeudi 26 Avril - 12:52
Les Répliques : L'intellectuel français et directeur de l'@InstitutIRIS @PascalBoniface a été agressé le 16 avril dernier à l'aérop… https://t.co/5NGnMmW8yO
Jeudi 26 Avril - 10:14
Les Répliques : RT @les_repliques: Donald Trump félicite @EmmanuelMacron pour le vote de la loi asile-immigration. Il a dit admirer "l'autorité" montrée pa…
Jeudi 26 Avril - 09:19
Les Répliques : En Marche célèbre les 5 ans du #MariagePourTous @Nicolasbdf https://t.co/zAfTRgXhtj
Jeudi 26 Avril - 09:19



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin