les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Dimanche 21 Mai 2017

Plus rien à faire, plus rien à foutre

De Brice Teinturier.



Ce livre révèle les véritables raisons de la crise de confiance qui éloigne un nombre grandissant de Français de la classe politique actuelle et ébranle notre démocratie. La présidentielle de 2017 est censée opposer trois grandes forces politiques : la gauche, la droite et le Front national. Pour Brice Teinturier, cette tripartition, réelle mais trop ressassée, occulte l'émergence d'une quatrième force qui a progressé au moins autant que le FN en dix ans et qui bouscule plus sûrement encore la gauche et la droite : un puissant courant de pensée qui exprime un dépit et un détachement profond à l'égard de la politique - « Plus rien à faire de tout ça ! » - ou, plus encore, une rupture rageuse - « Plus rien à foutre de tous ces gens ! » Ce que l'auteur appelle la « PRAF-attitude ».

Pour Brice Teinturier, celle-ci montre à quel point le malaise de la démocratie est important en France. Effondrement de la morale et crise de l'exemplarité, confusion de la politique et de la téléréalité, mutations de l'information et influence des réseaux sociaux : il en analyse les origines et les conséquences, pointe les dérives, relève les solutions. À la veille d'une élection présidentielle décisive, le poids de cet électorat particulier sera déterminant. Mais au-delà du sort des candidats euxmêmes, il influera aussi sur l'avenir de notre système démocratique. Brice Teinturier est politologue et directeur général délégué de l'institut de sondage Ipsos depuis 2010. Il enseigne à l'Institut d'études politiques.

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :

 


Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >








Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé hier la création d'un nouvel impôt sur les banques destiné à f… https://t.co/WPpw2cN1fu
Mercredi 18 Juillet - 18:27
Les Répliques : RT @les_repliques: Après "le droit d'être importunées", l'actrice française Catherine Deneuve souhaite une distinction entre "flirter et al…
Mercredi 18 Juillet - 10:55
Les Répliques : Le nouveau champion du monde Benjamin Mendy répond au site Sporf pointant les origines des Bleus https://t.co/2PiUhCXJEU
Mercredi 18 Juillet - 10:55