Vendredi 1 Juillet 2016

Pilleurs d'État

Par Philippe Pascot aux éditions Max Milo 2015



"On ne le dira jamais assez, tous les parlementaires ne sont pas pourris. C'est même une minorité d'entre eux, mais force est de constater qu'ils profitent d'une mansuétude complice de la majorité de leurs collègues".

Philippe Pascot a côtoyé les élus de tout bord pendant près de 25 ans. Il recense dans cet ouvrage les abus légaux dans lesquels tombe la classe politique française : salaire exorbitant, exonération d'impôts, retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d'intérêts et d'activités "bidons" et tant d'autres petits arrangements entre amis.

Derrière une volonté affichée de transparence et de "moralisation" de la sphère politique, nos élus entretiennent leurs propres intérêts au travers de lois de plus en plus incompréhensibles, quand nous, simples citoyens, devons nous serrer la ceinture. Sans parti pris, l'auteur rend compte de ce pillage d'État et du système qui le permet.

Philippe Pascot nous entraine à la découverte de ce que nos élus cachent sous le tapis de leur exemplarité affichée et de leur moralité élastique quand elle touche à leurs privilèges. Il démontre à travers des faits concrets que le système lui-même, dans son immobilisme calculé, ne peut donner naissance qu'à des dérives illicites ou légales mais toujours totalement immorales.

Si tous nos élus ne sont pas pourris, beaucoup sont complices. Cet ouvrage recense tous les abus légaux dans lesquels se vautre sans vergogne la classe politique française, le tout dans le cadre d'une loi faite sur mesure et qu'ils connaissent sur le bout des doigts. Des faits et des actes révoltants, mis à jour sans concession mais sans esprit partisan, dans le seul but du droit à l'information pour tous.

Maire adjoint d'Évry auprès de Manuel Valls puis conseiller municipal, ancien conseiller régional, Chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot a 25 ans de vie politique derrière lui et a fréquenté la plupart des élus politiques de premier plan. Il milite pour une transparence totale de l'exercice politique et est engagé dans de nombreux combats de société (gaz de schiste, dons d'organes, création d'un orchestre philarmonique dans la banlieue de Kinshasa..).

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :
 
 

Les répliques







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:10 Rester fort

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Lundi 22 Mai 2017 - 12:20 Nous (aussi) sommes la nation












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Une étude du CNRS a été nécessaire pour démontrer les discriminations au logement @LempereurJust https://t.co/xdFKAeuzCl
Samedi 16 Décembre - 12:26
Les répliques : Le SMIC va augmenter de 1,24 % au 1er janvier 2018 passant de 9,76 euros brut à 9,88 euros brut de l'heure, soit un… https://t.co/irGM1Xy3UY
Samedi 16 Décembre - 11:22
Les répliques : Cette semaine, les sénateurs votaient une augmentation de 40% de la rémunération des maires des grandes villes et d… https://t.co/ZY9NzztMFv
Samedi 16 Décembre - 09:51
Les répliques : Impression de ne pas être utiles, moins payés que dans la vie civile.. "le coup de blues" de certains députés… https://t.co/ygwWVKWmoq
Vendredi 15 Décembre - 13:13



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin