Lundi 7 Novembre 2016

Nouvelle tentative d'incendie du centre d'accueil pour SDF dans le 16ème de Paris

Par la rédaction.



Le centre destiné à l'accueil des sans domiciles fixes dans le très chic 16ème arrondissement de Paris, inauguré hier par la maire Anne Hidalgo, a été  de nouveau  la cible d'une tentative d'incendie le  soir même. 
AFP
AFP


Dans la soirée du samedi 5 novembre un homme aurait jeté un projectile inflammable sur le nouveau bâtiment. Heureusement l'individu n'a pas atteint sa cible et aucun dégât n'est a déplorer indique une source proche de l'enquête : "vers 22 heures samedi soir, un homme a tenté de jeter un engin incendiaire, mais il ne l'a pas jeté assez fort, ne faisant pas de dégât, ni de blessé".

Les réactions politiques ne sont pas fait attendre à l'image du conseiller PS de Paris 16e Thomas Lauret dans la journée, déclarant sur son compte twitter "condamné fermement les incendiaires" :
 


Ce n'est pas la première fois que le centre d'accueil, contesté par un grand nombre de riverains, est visé par une tentative d'incendie. La dernière en date remonte au 17 octobre 2016 (qui était par ailleurs la journée mondiale de la lutte contre la misère) et avait endommagée une partie de la structure. Un acte malveillant, qui avait été dénoncé avec force par la ministre du Logement et de l'Habitat durable Emmanuelle Cosse.

Depuis hier, le centre accueille déjà un peu plus de 50 sans abris : 27 adultes et 24 enfants. À terme il doit abriter près de 200 personnes. Des chiffres qui n'avaient pas plu à de nombreux habitants du quartier. Des manifestations et mouvements de contestations avaient été organisés tout au long de la période de construction. Tracts de sympathisants FN distribués autour du centre et insultes envers des policiers et employés de la Mairie. 

Malgré toutes les menaces et tentatives d'intimidation, l'adjoint à la mairie de Paris Ian Brossat, déterminé dans le projet avait entre autre déclaré : "qu'un pays comme le nôtre doit être capable de permettre à ces gens d'avoir un toit sur la tête". 

Malheureusement, force est de constater que le rejet des indigents gagne de plus en plus de terrain en France et que l'argument : "occupons-nous de nos SDF d'abord" n'est qu'un leurre politique ayant pour but d'occulter et d'ignorer la crise migratoire freinant ainsi (au mieux bloquant) l'accueil et la prise en charge des réfugiés.






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 14:34 Céline, ambianceur des temps populistes

Jeudi 18 Janvier 2018 - 18:39 Peut-on rire de tous ?











Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Immigration : @manuelvalls s'est exprimé à ce sujet sur les antennes de @franceinter @RokhayaDiallo https://t.co/Zi19kub6xS
Dimanche 21 Janvier - 18:12
Les répliques : Paul Bocuse, célèbre chef cuisinier étoilé et "épicurien", est mort hier à l'âge de 91 ans @s_assbague https://t.co/FNfawVCaPb
Dimanche 21 Janvier - 11:43
Les répliques : "REM 150" : derrière ce nom de code, la liste des 150 cadres du ministère de l'Économie rémunérés plus de 150.000 e… https://t.co/PY4asBz6Za
Dimanche 21 Janvier - 10:12
Les répliques : .@EmmanuelMacron l'a confirmé : le service militaire national fera prochainement son retour en France. Il s'appelle… https://t.co/04cOSB1yv3
Dimanche 21 Janvier - 08:48



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin