les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Mercredi 23 Novembre 2016

Non merci, Mme Royal, je ne veux pas de la Légion d’honneur

Par Hervé Kempf. Reporterre.



Non merci, Mme Royal, je ne veux pas de la Légion d’honneur



Chère Madame Royal,


D’abord, j’ai cru à une plaisanterie : un appel de votre chef de cabinet adjoint me demandant si j’acceptais d’être décoré de la Légion d’honneur. J’ai retenu mon envie de rire. Et puis le courriel est arrivé, confirmant la proposition.
 



Je vous remercie de votre attention, mais ai l’honneur de refuser cette distinction. Elle me parait tout à fait incompatible avec l’exercice du métier de journaliste, dont un principe de base est, pour assurer sa liberté, de se tenir à distance des personnes de pouvoir et d’en refuser les avantages ou distinctions qu’elles voudraient lui prodiguer.
 

Permettez-moi, d’ailleurs, de vous rappeler l’état déplorable de la liberté de la presse :
 

  • Quasiment tous les grands médias, écrits et audiovisuels, appartiennent à des milliardaires ou à des grandes entreprises. Voyez cette carte, dressée par Acrimed et Le Monde diplomatique :
 

 
  • La liberté de la presse subit des attaques régulières : loi sur le "secret des affaires" en 2015, procès d’oligarques contre les médias libres, ou, en ce moment, projet de loi "Egalité citoyenneté"
 
  • Les journalistes sont de plus en plus fréquemment empêchés d’informer le public : qu’ils subissent des violences policières (comme l’a constaté le Rapport de la mission d'information civile sur les actions de maintien de l'ordre  établi par Reporterre), ou qu’ils soient poursuivis en justice sous des prétextes fallacieux, comme notre confrère Gazpard Glanz ; 
 

Une journaliste de M6 et un photographe molestés à Rennes, le 2 juin.
Une journaliste de M6 et un photographe molestés à Rennes, le 2 juin.
 
  • Et le journalisme environnemental est particulièrement visé dans le monde : depuis 2010, dix journalistes ont été assassinés parce qu’ils  enquêtaient sur les scandales écologiques. 
 
Tout ceci rend impossible à un journaliste, s’il lui en prenait la fantaisie, d’accepter une décoration de la part d’un gouvernement qui n’a rien fait, au contraire, pour limiter le pouvoir des oligarques et les atteintes à la liberté d’informer.

 
Rétablir l'équité entre les médias des oligarques et les médias libres


Je travaille, au sein de l’équipe de Reporterre et comme beaucoup de journalistes et de médias libres, pour que puissent être entendues d’autres voix que celles du néo-libéralisme, de la xénophobie, et du productivisme. Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de décorations, mais de la liberté de travailler, et de l’équité.
 

Comment expliquez-vous qu’Aujourd’hui en France, qui appartient au milliardaire Arnault, Libération, qui appartient au milliardaire Drahi, Le Monde, qui appartient au milliardaire Niel et à ses comparses, Le Figaro, qui appartient au milliardaire Dassault, reçoivent de l’Etat respectivement 7,8 millions d’euros, 6,5 millions, 6,5 millions et 5,4 millions ? Alors que, pour prendre un exemple au hasard, Reporterre ne reçoit pas un centime de ces aides ?
 

- Télécharger le tableau des aides à la presse en 2015 :
 

aides_a_la_presse_en_2015.pdf Aides à la presse 2015  (136.42 Ko)

 

Je ne tends pas la main pour mendier, Mme Royal, mais pour qu’on mette tout le monde sur pied d’égalité : que soient supprimées les subventions à ces titres de milliardaires, et on verra qui recueillera l’attention du public.



Lectrices, lecteurs, apportez à l'information libre votre soutien financier, plutôt que la Légion d'honneur

 

Nous dépendons des lecteurs. C’est ce que je leur demande ici. Plutôt que de nous envoyer des Légions d’honneur, soutenez-nous financièrement, en cliquant sur ce LIEN.
 

Vous nous aiderez à continuer à sortir de bonnes informations, libres et écologiques comme durant l’année 2015-2016 : 

. révélation du scandale Renault
. suivi attentif du mouvement Nuit debout  et de Notre-Dame-des-Landes
. premier portrait en France de Bernie Sanders  - le candidat qui aurait battu Trump si le Parti démocrate ne l’avait pas défavorisé, 
rapport sur les violences policières
. mise en évidence du phénomène encourageant des néo-paysans
. révélations sur l’homicide par les gendarmes de Rémi Fraisse...



Bientôt sur Reporterre, l'interview...


Au fait, Mme Royal, vous nous avez refusé jusqu'ici une interview. Maintenant que vous voulez me donner une décoration, ça sonne vraiment bizarre, ce refus. On se parle bientôt ?

Avec mes salutations respectueuses 

Hervé Kempf






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 15:38 Lire Pascal Boniface




Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter

Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Les derniers tweets



Interview populaire

Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Ancienne interne des hôpitaux de Paris, Sabrina Ali Benali est actuellement médecin remplaçante dans une association de permanence de soins 24h/24 : Les urgences médicales de Paris.

Elle est particulièrement engagée sur les questions de santé "pour la défense des conditions de travail des personnels soignants et surtout d'un accueil digne et humain des patients".

Elle publie aux éditions Cherche Midi Editeurs La révolte d'une interne : santé, hôpital, état d'urgence, préfacé par le Docteur Christophe Prudhomme médecin urgentiste.

Sabrina Ali Benali connue du grand public pour sa vidéo virale sur la sitaution d'urgence à l'hôpital public, visionnée 12 millions de fois sur Facebook en janvier 2017, a accepté de répondre à nos questions.
Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Les répliques
03/12/2018