les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Samedi 5 Août 2017

Neymar, un salaire indécent ?

Par Pascal Boniface.



L’arrivée de Neymar au PSG suscite un emballement médiatique. Une partie du débat concerne les sommes en cause. Y a-t-il trop d'argent dans le football ?


 



Je n'ai jamais entendu de récriminations à propos des sommes gagnées par George Clooney ou Julia Roberts. On n’a jamais organisé de débat à propos du scandale que représenterait les cachets de Placido Domingo. Les gains de Beyoncé ou les droits d’auteurs perçus par J.K. Rowling ne choquent personne. Mais lorsqu’on annonce que Neymar va être payé 30 millions d'euros par an, tout le monde s’offusque.  
 
Ce qui est considéré comme la juste reconnaissance du talent dans le cinéma, l'opéra, le show-biz ou la littérature est jugé indécent pour le football. Pourtant, tous sont des stars mondiales. En termes de notoriété et d'engouement, Neymar n’a pas à rougir face aux autres.

Le football est à l’origine un sport populaire. Est-ce pour cette raison que beaucoup pensent qu'il est anormal d'être payé pour jouer ? C'était déjà le cas dans les années 80, alors que les sommes en jeu n’avaient rien à voir, ou encore dans les années 60, lorsque Raymond Kopa réalise un match moins abouti que d'habitude et que certains crient : "feignant, retourne à la mine ! ".
 



D'autres vont dire que les sommes gagnées par Neymar sont disproportionnées par rapport à ce que peuvent gagner les PDG de grands groupes internationaux. C'est tout à fait discutable. D'abord notons que Neymar ne fixe pas lui-même son salaire contrairement au PDG qui s'arrangent avec leurs pairs. Deuxièmement, en termes d'émotion et de plaisir procuré, Neymar dépasse largement les PDG.

Troisième différence, Neymar va créer des emplois en France, par l'argent qu’il va drainer, alors que souvent la rémunération des patrons de groupe est surement indexée aux délocalisations et aux emplois supprimés. Un footballeur aurait-il moins de responsabilités qu'un patron ? C'est également discutable. Tirer un penalty, dont va dépendre l'issue d’un match capital devant des dizaines de milliers de spectateurs et des centaines de millions de téléspectateurs, est bien plus stressant que d'arbitrer entre les différentes propositions de vos collaborateurs.

Depuis 30 ans, les meilleurs joueurs français partent de plus en plus rapidement à l'étranger. L'arrivée de Neymar amène, dans le championnat français, l'un des trois meilleurs joueurs au monde et avec de surcroit beaucoup de potentiel, puisqu'il n'a que 25 ans. L'attractivité de la ligue, aussi bien en France qu'à l'étranger, va être surmultipliée. Ceux qui aiment le foot ne peuvent que s'en réjouir. Ce sont ceux qui n'aiment pas le foot qui le déplorent.
 



Faut-il rappeler que grâce à Michel Platini, l’UEFA a établi la règle du fair-play financier qui empêche un club d'avoir un déficit supérieur à 30 millions d’euros. Le Qatar ne peut donc pas mettre autant d'argent qu'il le souhaite dans le PSG. Cela lui permet simplement de concurrencer les grosses écuries européennes.

Bien sûr c'est beaucoup d'argent. Mais c'est la loi du marché. Les footballeurs gagnent ce que le football rapporte. Les droits télévisés et les recettes de marchandising ont explosé. C'est pour cette raison qu'il y a des transferts plus coûteux et que les footballeurs gagnent toujours plus.

Il est important de rappeler que les sommes étaient bien plus faibles il y a quelques années. Mais le football est de plus en plus populaire et il s'est de surcroît mondialisé. C'est donc la loi de l’offre et de la demande qui s'applique. Ceux qui sont contre cette loi peuvent, en toute logique, être choqués par le salaire de Neymar. Mais ce qui se disent favorables à l'économie de marché et choqués par le salaire de Neymar sont tout simplement de gros hypocrites qui enrobent d'un discours moral leur mépris du football qui reste, quoi qu'il en soit, le sport populaire par excellence.

Pascal Boniface
 








1.Posté par Fernand Matias le 05/08/2017 21:03

je ne suis pas toute a fait d'accord les médecins qui sauvent des vies les infirmières qui comptent pas leurs temps pour rendre les séjours agréables dans les hôpitaux à nos malades eux méritent d'avoir des salaires décents tu parles créer des emplois en chine oui avec les maillots et divers objets de pub voilà les emplois concernant les patrons faut pas tout mélanger et pourtant ancien footballeur dans ma ville j'adore le foot Amitiés

2.Posté par Teenage le 05/08/2017 22:48 (depuis mobile)

Dans le monde de l'Opéra les cachets ont un maximum pour éviter que les enchères ne montent trop haut.

3.Posté par Pascal Dubois le 06/08/2017 14:45

Même en regardant le salaire comparatif d'écrivains dramaturges et producteurs de cinéma, eux aussi ont des salaires complètement absurde, quand il y a des gens qui crèvent de faim dans la rue en tant que société on est incapable de prendre soin de ceux qui en ont besoin mais on paie 250 millions d'euros a un footballeur, en tant que journaliste vous devriez avoir honte de supporter ce système qui renforce les inégalités sociales en l'appuyant à travers cet article qui remet en cause que les gens remettent en cause comment de l'argent qui pourrait alléger les populations les plus démunies. Le salaire de Neymar m'enrage tout autant que l'argent gaspillé à tour de bras dans les productions hollywoodienne ou dans la bourse.

4.Posté par Rachida Rach le 06/08/2017 17:27 (depuis mobile)

Je suis déçue du niveau de votre analyse. On peut aimer ce sport si populaire, comprendre la loi du marché et être offusqué par l''''''''''''''''indécence de telles sommes pour des actions ( un penalty ) qui doivent être remises à la hauteur de leur importance

5.Posté par Couturier le 11/08/2017 13:14

Niveau émotion et plaisir procuré pourquoi les prostitués ne gagnent elles pas autant que ces joueurs de foot , eux procure du plaisir 90 min et pas a chaque fois , les prostitués c est une valeurs sûre , bref ce monde est minable l argent est cancer et l être humain gangrène le monde

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 28 Mars 2018 - 10:39 Darwinisme 2.0 ou nouveau contrat social ?

Dimanche 25 Février 2018 - 19:53 Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes









Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : Au #CongresVersailles le président @EmmanuelMacron avait indiqué qu'à l'automne prochain il donnera "un cadre et de… https://t.co/ZrCKdjXF2d
Vendredi 20 Juillet - 16:44
Les Répliques : Le secrétaire d'Etat à la Cohésion des Territoires @J_Denormandie a indiqué hier sur les ondes de @franceinter que… https://t.co/Hn10UdqETt
Vendredi 20 Juillet - 10:45
Les Répliques : RT @TraduisonsLes: « Je vous rappelle que pour être licencié immédiatement il faut au moins arracher une chemise ou faire une erreur de 85…
Jeudi 19 Juillet - 15:36