Mercredi 7 Septembre 2016

Ménard et la clochardisation du débat public

Par Ramsès Kefi.




Revue de presse.
 

Depuis deux ans et des poussières qu’il est maire de Béziers, Robert Ménard dit n’importe quoi. Il a trouvé un créneau imparable : l’insulte à l’endroit des étrangers, des Français un peu trop bronzés pour ses critères et, bien sûr, des musulmans. Par les temps qui courent, cette niche-là - celle de la peur et de l’angoisse - assure une tribune de fait. Trop souvent, le journaliste appelle cela «dérapage» ou «provocation», ce qui atténue la portée dangereuse de la parole intrinsèquement raciste.
 

Non pas qu’il faille prêter à Ménard une influence exceptionnelle, mais il n’est jamais bon d’habituer et de trop exposer les yeux et les oreilles à ce genre de propos...

Pour lire la suite merci de cliquer ici.

Source : Liberation.fr







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 18:32 Ménard, l’inhumanité sans frontières












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Une étude du CNRS a été nécessaire pour démontrer les discriminations au logement @LempereurJust https://t.co/xdFKAeuzCl
Samedi 16 Décembre - 12:26
Les répliques : Le SMIC va augmenter de 1,24 % au 1er janvier 2018 passant de 9,76 euros brut à 9,88 euros brut de l'heure, soit un… https://t.co/irGM1Xy3UY
Samedi 16 Décembre - 11:22
Les répliques : Cette semaine, les sénateurs votaient une augmentation de 40% de la rémunération des maires des grandes villes et d… https://t.co/ZY9NzztMFv
Samedi 16 Décembre - 09:51
Les répliques : Impression de ne pas être utiles, moins payés que dans la vie civile.. "le coup de blues" de certains députés… https://t.co/ygwWVKWmoq
Vendredi 15 Décembre - 13:13



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin