les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Samedi 17 Décembre 2016

Manuel Valls : champion de la post-vérité

Par Paul Alliès.



Le mot « post-vérité » vient d’entrer au dictionnaire d’Oxford, référence pour la langue anglaise dans le monde anglophone. Il désigne la progression du mensonge dans le discours politique, encouragée par les réseaux sociaux. L’annonce par Manuel Valls de son hostilité au 49.3 entre parfaitement dans sa définition.
 Manuel Valls : champion de la post-vérité


La post-vérité ne désigne pas un phénomène inédit. Le mensonge et la démagogie en politique sont présents dés l’antiquité grecque. Ce qui est nouveau, ce n’est pas que la  sincérité et la vérité soient falsifiées, c’est qu’elles soient devenues secondaires dans la conquête de l’opinion. Les réseaux sociaux seraient le vecteur de cette dévaluation de l’objectivité : l’anonymat et la profusion de leurs sources, leur potentiel viral, leur appel à l’émotion rendraient impossible l’analyse rationnelle des faits.
 

Cette année, celle du Brexit puis de l’élection de Donald Trump a été celle de la plus forte progression du phénomène. La campagne de Boris Johnson sur le (faux) versement hebdomadaire de 350 millions de Livres par le Royaume-Uni à l’Union Européenne est devenue autant célèbre qu’efficace. Le Washington Post a calculé que 70% des déclarations de Trump étaient basées sur du mensonge pur et simple. Les « fact-checking » ont eu beau se multiplier dans la presse, ils ne sont d’évidence pas parvenus à rétablir un équilibre de la vérité habituellement requise pour assurer la sincérité des scrutins.
 

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier la déclaration matutinale de manuel Valls sur France Inter ce jeudi 15 décembre : bien que l’ayant utilisé six fois en deux ans avec les effets dévastateurs que l’on sait, il modifiera la Constitution (par référendum s’il vous plait) pour supprimer l’article 49, alinéa 3. Ce faisant, il a largement occupé,  durant ces 48 heures, les réseaux sociaux mais aussi les Unes de la presse. Peu importe les moqueries ou l’incrédulité des commentaires. Non seulement il a rejoint le peloton de ceux (Hamon, Montebourg, Peillon) qui réclament depuis des années la suppression du célèbre article, mais il a pu espérer oblitérer les paroles et les actes de ces derniers pour quelque temps au moins.


On objectera que ce revirement parfaitement spectaculaire de Manuel Valls pourrait être finalement le signe d’une maturité fondée sur l’expérience (c’est sa version) ou d’un effet quasi-miraculeux d’une révélation providentielle (version biblique). Aucune de ces versions ne tient. L’ex-Premier ministre a un lourd passé (et une vraie doctrine) concernant la réflexion sur les institutions et la V° République. Il avait été chargé de rédiger une « note à l’attention de Martine Aubry » afin de préparer un « Forum des Idées » le 2 février 2011 « Pour une République Nouvelle ». Cette note de 16 pages comprenait 10 « propositions phares » et 52 « mesures concrètes ». L’article 49-3 n’y était nullement mentionné. Mais surtout la note comprenait une introduction qui vaut la peine d’une large citation. Il y était affirmé que « la question institutionnelle ne sera pas au cœur de la prochaine campagne présidentielle » et qu’il ne fallait pas qu’elle le soit car elle « risquerait d’enliser l’action (du chef de l’Etat) ». Il fallait en profiter pour « abandonner deux tentations : la première est ancienne. Elle vise le retour au parlementarisme classique. !...) Un tel projet n’est aujourd’hui ni réalisable, ni souhaitable. (…) Les canons du parlementarisme appartiennent à notre histoire : ils ne s’inscrivent plus dans notre avenir. La seconde tentation est nettement plus moderne. Elle invite au grand bond en avant dans la démocratie participative. (…) Il serait dangereux d’entretenir l’illusion d’une équivalence entre les différentes formes d’expression démocratique. Le principe représentatif doit demeurer la seule base incontestable de nos institutions ».
 

Cette salve d’affirmations péremptoires était assortie d’une série de propos méprisants sur « la longue marche vers la VI° République entamée dès 1961 par Maurice Duverger (sic), quête très française d’une Constitution pure et parfaite ». Evidemment la conclusion était que « demain comme hier, le PS saura composer avec notre logique institutionnelle. (…).« Lionel Jospin l’assumait pleinement lorsqu’il déclarait, non sans provocation : « la Constitution de 1958 a aidé deux fois la gauche (…) ». Il est temps de l’acter dans nos programmes ». Le bouquet de ce feu d’artifice fut donc une apologie pure et simple de la V° République.


Elle mit le feu aux poudres du Bureau National du Parti socialiste du 25 janvier 2011. Le rapport présenté par Manuel Valls s’attira un tir croisé de reproches et de critiques allant de François Rebsamen à Benoit Hamon en passant par Pascale Boistard. Bref, un éventail d’opinions politiques très large. Si bien que Martine Aubry ne mit pas le rapport au vote et demanda une autre rédaction de l’introduction.


Le rappel de cet épisode ne vaut pas que pour mémoire. Il met l’accent sur les convictions de Manuel Valls, fortement charpentées et organisées autour d’une défense conservatrice du présidentialisme, déterminant sa conception anachronique de la démocratie. S’il était dans le registre de la vérité, il procèderait à un réexamen de l’ensemble des causes institutionnelles qui ont conduit à l’échec démocratique de ce quinquennat auquel il a  si fortement contribué. La question du 49-3 est donc un rideau de fumée. Son oubli dans la panoplie des « mesures concrètes » qu’il préconisait en 2011 n’était pas hasardeux. L’usage médiatique qui en est fait aujourd’hui est bien là pour continuer à mentir sur la nature de ce régime qui a condamné plusieurs fois la gauche à l’échec. En ce sens  Manuel Valls, comme Tony Blair en son temps, est un champion bien français de la post-vérité.

Paul Alliès
Professeur Emérite à l'Université de Montpellier.







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 15:38 Lire Pascal Boniface

Vendredi 15 Décembre 2017 - 18:32 Ménard, l’inhumanité sans frontières









Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: La ministre de la Santé @agnesbuzyn a annoncé que les patients auront bientôt la possibilité de noter les hôpitaux @La…
Vendredi 21 Septembre - 20:57
Les Répliques : RT @les_repliques: Le Premier ministre @EPhilippePM a annoncé que les prix des carburants allaient encore augmenter @KersausonDe https://t…
Vendredi 21 Septembre - 20:57
Les Répliques : Le député de l'Essonne élu fantôme à l'Assemblée nationale @manuelvalls tweete une photo de ses pieds à Barcelone… https://t.co/ag7Ri0XoKv
Vendredi 21 Septembre - 13:48






 
Nos partenaires