Lundi 31 Octobre 2016

Les crèches de Noël en mairie



Vendredi 21 octobre, le rapporteur public du conseil d'État, Aurélie Bretonneau, a recommandé d’autoriser, sous conditions, l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments administratifs, au nom du principe de laïcité. Celui-ci « n’interdit pas d’installer des crèches sur le domaine public », sauf quand une « intention religieuse » préside à une telle manifestation. « Nous ne croyons pas que le contexte de crispations sur la laïcité vous impose d’instruire par principe le procès de la crèche », a conclu Aurélie Bretonneau, insistant sur la « dimension pacificatrice de la laïcité ».
 







Nouveau commentaire :









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: Brittany Pettibone, Martin Sellner et Lauren Southern : trois étrangers activistes d'extrême-droite qui ont participé à…
Jeudi 26 Avril - 12:52
Les Répliques : L'intellectuel français et directeur de l'@InstitutIRIS @PascalBoniface a été agressé le 16 avril dernier à l'aérop… https://t.co/5NGnMmW8yO
Jeudi 26 Avril - 10:14
Les Répliques : RT @les_repliques: Donald Trump félicite @EmmanuelMacron pour le vote de la loi asile-immigration. Il a dit admirer "l'autorité" montrée pa…
Jeudi 26 Avril - 09:19
Les Répliques : En Marche célèbre les 5 ans du #MariagePourTous @Nicolasbdf https://t.co/zAfTRgXhtj
Jeudi 26 Avril - 09:19



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin