Lundi 20 Novembre 2017

Le Japon poursuit sa pêche à la baleine



Il y a quelques mois les Japonais tuaient 177 baleines dans l'océan Pacifique, au large de la côte nord-est de l'archipel, lors d'une mission estivale menée "à des fins scientifiques", a annoncé aujourd'hui l'Agence des pêches. Les trois navires spécialisés partis en juin ont, comme prévu, capturé 43 baleines de Minke et 134 rorquals boréals. La chasse à la baleine létale est "nécessaire" pour estimer le nombre de prises potentielles sur le long terme, a justifié l'agence, dont le but est de "recommencer un jour la pêche commerciale", a précisé à l'AFP le fonctionnaire Kohei Ito.

 
Le Japon est signataire du moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI) sur la chasse aux baleines, mais il affirme la pratiquer pour effectuer des recherches, non seulement près de ses côtes dans le Pacifique, mais aussi dans l'Antarctique.
 
Cette posture est dénoncée par les organisations de défense des cétacés ainsi que par plusieurs pays, qui estiment que Tokyo utilise de façon malhonnête une exception dans le moratoire datant de 1986. En 2014, la Cour internationale de Justice avait ordonné à Tokyo de mettre fin à cette chasse dans les eaux de l'Antarctique, jugeant qu'elle ne remplissait pas les critères scientifiques exigés.
 



Une posture dénoncée par de nombreuses organisations de défense des cétacés ainsi que par plusieurs pays, qui estiment que Tokyo utilise de façon malhonnête une exception dans le moratoire datant de 1986. En 2014, la Cour internationale de Justice avait ordonné à Tokyo de mettre fin à cette chasse dans les eaux de l'Antarctique, jugeant qu'elle ne remplissait pas les critères scientifiques exigés.
 
Le Japon avait annulé sa campagne hivernale de 2014-15, pour reprendre la pêche à la baleine l'année suivante dans le cadre d'un programme modifié. L'Antarctique a été le théâtre de heurts entre baleiniers japonais et défenseurs des animaux jusqu'à ce que l'organisation écologiste Sea Shepherd annonce en août dernier qu'elle renonçait à harceler les baleiniers japonais dans le Grand Sud.
 



La Norvège qui ne se considère pas liée par le moratoire international de 1986, à laquelle elle s'est opposée et l'Islande sont les seuls pays au monde à pratiquer ouvertement la chasse commerciale. Le Japon, de son côté, tente de prouver que la population de baleines est assez importante pour supporter une reprise de la chasse commerciale.
 
La consommation de baleine a une longue histoire au Japon, pays de pêcheurs où le cétacé a été chassé pendant des siècles. Cependant, la demande des consommateurs japonais pour la chair de baleine a considérablement diminué ces dernières années ce qui, hormis pour les professionnels du secteur, rend douteux le sens des missions baleinières.
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 28 Mars 2018 - 10:39 Darwinisme 2.0 ou nouveau contrat social ?

Dimanche 25 Février 2018 - 19:53 Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les Répliques : Mercredi soir, de nombreux parents se sont rassemblés place de la Nation 24 heures après l’évacuation du lycée Arag… https://t.co/th9MBVqRlC
Vendredi 25 Mai - 10:33
Les Répliques : Bugs, messages incompréhensibles, décisions contradictoires : hier, la plateforme #Parcoursup délivrait ses premier… https://t.co/3p6Z8zLoLB
Mercredi 23 Mai - 10:28
Les Répliques : #ParcoursSup : pas moins de 400 000 lycéens sont actuellement en attente d'une proposition à leurs demandes de voeu… https://t.co/mlkiJ3Rgis
Mercredi 23 Mai - 09:26
Les Répliques : Sur le plateau d'@ONPCofficiel samedi dernier, Yann Moix a salué la décision du président #Trump de reconnaître… https://t.co/6jmXhk2g2c
Mardi 22 Mai - 10:18



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin