les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Mardi 28 Mars 2017

La république des forbans et des laquais

Par Jean-Louis Legalery.



La candidate d'extrême-droite et le candidat de droite ne veulent pas être importunés et illustrent chaque jour davantage le septième commandement de la constitution des animaux dans le roman de George Orwell, Animal Farm : "Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres."
 La république des forbans et des laquais


La campagne électorale en vue de l’élection présidentielle ne cesse d’être observée par les media des autres démocraties européennes, en particulier celles d’Europe du nord, avec un mélange d’incrédulité, d’amusement et d’effarement. Au Royaume-Uni, en Allemagne, en Suède, au Danemark, un candidat fortement soupçonné d’avoir détourné de l’argent public à son profit, à celui de son épouse et de ses enfants aurait quitté la scène publique dans l’heure qui aurait suivi les révélations des enquêtes journalistiques, de préférence avec excuses publiques. Mais certainement pas dans la république bananière hexagonale. Fort au contraire, qu’il s’agisse de la candidate d’extrême droite ou du candidat de la droite, il n’est pas question de reconnaître les faits (Fillon l’a fait sans le vouloir) et de se retirer avec ce qui resterait de décence, mais bien au contraire de fustiger « une cabale médiatique », « un assassinat politique », « un cabinet noir » qui s’appuierait sur des fonctionnaires, qui seront châtiés le moment venu, ou bien encore, ce qui constitue, à ce jour, le summum du mensonge haineux « la république des juges ».
 

Ce sont les mêmes qui dénoncent « une justice laxiste » et insuffisamment punitive pour les petits délinquants, et qui poussent des cris d’effroi et d’indignation lorsque la justice s’intéresse de près à leurs propres dérives. Le message à l’intention des journalistes et des juges est clair : passez votre chemin et laissez-nous faire nos petits arrangements entre amis qui ne vous regardent pas. Depuis quelques jours les appels obscènes à une « trêve judiciaire » ou une « pause » se multiplient dans la camp des tricheurs, qui sont indignés que la justice puisse les concerner comme n’importe quel autre citoyen. En vérité ils dénoncent une imaginaire « république des juges », parce qu’ils veulent préserver leur  république des forbans et des laquais.
 

Le forban, au dix-septième siècle, période où le vocable est apparu dans la langue française, était, selon la définition du Robert et du TILF, « un pirate qui entreprend à son profit une expédition armée sur mer sans autorisation, ni commission, ni lettre de marque d’un souverain ». Par extension du sens, il s’agit également d’un « individu sans scrupules capable de tous les méfaits ». Il semble évident de constater que, si les deux candidats en question étaient soupçonnés d’homicide ou de participation à une attaque à main armée, ils trouveraient le moyen de dénoncer la « république des juges ». Et ces bassesses sont aimablement relayées par les laquais de l’information dans une sorte de baroud d’honneur des gens de maison. C’est ainsi que Super Nestor, abandonné par la maison Lagardère sur le bord de l’autoroute de l’information (lire ici un précédent billet), a été ramassé par la voiture-balai Bolloré, dont la conception de l’information est proche de celle de Trump, et a ressurgi de nulle part pour mener un débat radiophonique visant à dénoncer « la république des juges ». Le voilà désormais fin prêt pour aller finir sa carrière en Turquie ou en Corée du Nord…

https://blogs.mediapart.fr/jean-louis-legalery/blog/080217/fillon-ministre-de-la-verite-orwellien-et-pathetique

Jean-Louis Legalery








1.Posté par saprok le 29/03/2017 13:51

Il est vrai que cette manière de rejeter leurs propres fautes sur les médias et encore plus sur les juges( qui ne font que leur travail) est particulièrement écœurante. Je trouve inadmissible que des personnes, qui prétendent à un poste au sommet de l'état, aient une telle méconnaissance de notre constitution (qui est la règle du jeux de la vie politique, sociale, et économique de notre pays) alors même qu'ils sont censés les garantir, les préserver, et même les améliorer. Ces personnes devraient faire un tour dans n'importe quel cursus juridique de première année, où l'on apprend que nous vivons dans un état de droit, et donc où l'on apprend ce qu'est l'état de droit ( pour rappel la définition: http://www.toupie.org/Dictionnaire/Etat_droit.htm). N'importe quelle personne sachant lire le français comprend que l'état de droit à plusieurs grands principes qui sont : 1/la hiérarchie des normes (certaines lois vont primés sur d'autres), 2/ l'égalité de TOUS devant les règles de droit, 3/ LA SEPARATION DES POUVOIRS avec l'exécutif, le législatif et le judiciaire. C'est d'ailleurs la constitution qui garantit L'INDEPENDANCE DE LA JUSTICE face aux autres pouvoirs.
Donc quand on lit, ou entend des expressions comme "la république des juges" cela prouve la méconnaissance et l'incompréhension, qu'on ces personnes, du système, qui régie le pays qu'ils veulent gouverner.
Il me semble donc incroyable, dans un pays, où les compétences (juridique/constitutionnel/institutionnel) sont censés être un critère objectif de décision, que c'est personnes en soient dénuées. Je penses que comme lors d'un entretien d'embauche ou d'un examen (ex: le BAC) il y a des fautes (un 0 dans n'importe quelle matière du BAC est éliminatoire) ou incompétences (une personne, qui postule pour être chauffeur et qui n'a jamais eu sont permis de conduire, sera automatiquement éliminé de la sélection par le recruteur pour ce poste) éliminatoires. Il devrait en être de même pour l'élection présidentielle. Ces personnes devraient être éliminée pour incompétence crasse en matière juridique, constitutionnel, et institutionnel.
Quand je parle de ça, je ne me penche même pas sur les dossiers, qui sont instruis par les juges à l'encontre de ces deux énergumènes. J'essaie juste de manière objective, (je ne tiens pas compte des affaires en cours car jusqu'à preuve du contraire il y a la présomption d'innocence, et les juges sont des professionnels qui vont faire leur travail) de montrer que s'il ne s'agissait pas de la mascarade et du cirque qu'est devenu l'élection du président sous la 5ème république, mais juste de prendre la personne la plus qualifié pour un post, ces deux personnes seraient éliminées d'office.

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 15:38 Lire Pascal Boniface




Rejoignez-nous sur Facebook


Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Inscription à la newsletter




Interview populaire

Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Depuis quelques années maintenant, le comédien Matthieu Longatte 31 ans alias Bonjour Tristesse publie régulièrement des vidéos sur Youtube où il incarne un personnage très en colère contre le système politique : "une espèce de synthèse enragée de la b**se politique actuelle" comme il l'explique.

Et ses vidéos cartonnent ! Plusieurs centaines de milliers de vues pour la plupart, des millions pour d'autres !

"J'humilie verbalement les politiques qui détruisent l'idéal démocratique", assène Matthieu, gueule d'ange en décalage total avec son personnage braillard au débit intense et remonté.

Mais d'où vient ce style atypique à la fois engagé et exacerbé contre le système ? Nous sommes allés à la rencontre de Bonjour Tristesse qui a bien voulu répondre à nos questions.
Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Les répliques
29/12/2018