Lundi 13 Février 2017

La cruauté qui vient

Par Marie Cosnay.



Vendredi, alors qu’il neige ou presque à Paris, sous le pont, porte de la Chapelle, la mairie fait installer de grosses pierres. Ainsi les personnes sans refuge ne pourront plus s’allonger, s’allonger les uns contre les autres, pour se tenir un peu chaud, sous ce pauvre abri qu’est le pont. Même pas un pont. Même pas les corps contre les corps. Des pierres au lieu des corps.

 

Les mots tuent. Les mots tuent mais avant ça ils sont tués. 
J’ai écrit ça pour commencer, j’étais tellement perturbée, empêchée, muette, étranglée. 

Les mots ne tuent pas tout seul. Les mots quand ils mentent tuent. Et ils mentent. Ils inversent le rapport aux choses, montrent le contraire de ce qu’on voit, ils nient la chose. Ils ne s’arrêtent plus de mentir. Tellement qu’on les rend responsables, on dit : ça suffit, les mots, tous les mots, taisez-vous, et quand on les avait jusque-là tellement en sources, ressources, en plaisirs, on baisse la tête accablés, on est impuissants, on est devenus débiles à souhait. 

C’est tellement ce qui nous arrive. 
Je n’ai pas fait la liste mais depuis que Macron a écrit Révolution, que Marine Le Pen a parlé de diversité, c’est phénoménal, c’est toujours plus. 
Toujours plus de mensonges, à devenir fou. 
Attention, nous allons devenir fous. Nous devenons fous. 
Guéant était condamné à deux ans dont un avec sursis mais l’autre, l’année ferme, il n’allait pas la faire non plus. 
Ferme mais pas ferme. Oui mais non.
Un viol n’est pas un viol. Un accident.
C’est d’un atroce cynisme, la blessure de dix centimètres dans l’anus est hors de doute. 
C’est d’un atroce cynisme qui tue d’appeler le viol accompagné d’insultes hors de doute accident. 
Oui mais non. 
La faute de la victime, la vieille affaire, le vieux mensonge pervers, exactement lui, qui ne permet pas, ne permettra jamais à la victime de se retaper un peu, se réparer. 
C'est tout le viol d’ailleurs qui est nié. Ca n’existe pas. La domination et la torture non plus. L’histoire de la lutte contre les dominations et tortures non plus. 
Comment briser quelqu’un, il y a plein de moyens. Le viol et le déni du viol. 
On est en train de devenir fou. 

Je parle ici, qui nous rendent fous, des mots et des énoncés officiels. Je ne parle même pas des énoncés courant sur les réseaux sociaux, de ce qu'on nomme cyber attaque, de cent quarante signes qui peuvent faire ou défaire des présidents, on a entendu ça, Poutine veut faire élire le Pen, il va y avoir des faux comptes, des faux tweets, de fausses infos, des mots menteurs. Je ne parle même pas non plus des grimaces, des absurdités devenues virales, de la vieille réponse enfantine : c’est celui qui dit qui est, contre toute vraisemblance, contre toute évidence, attaquer, en réponse à l’information qui devrait nous scandaliser et avoir des conséquences (un homme à responsabilités publiques s’enrichit amoralement, ment, s’offusque, se maintient, continuant à conspuer les assistés) ceux qui aident à la produire, cette information. 

Les énoncés officiels mentent, le rapport de l’IGPN est une honte, une pure honte, les mots sont verts de honte, ils n’ont plus qu’une envie : se défiler. Ils le voient bien, les mots, qu’ils servent à clouer au pilori le bon sens et quelque chose comme le rapport, les rapports. Le lien, les liens. Ils étouffent. 

Ils sont devenus, les mots, tués à force de servir à l’envers, ils sont devenus vecteurs de cruauté. On a la tête à l'envers,  le corps pèse le poids des pierres. 

Vendredi, alors qu’il neige ou presque à Paris, sous le pont, porte de la Chapelle, la mairie a fait installer de grosses pierres. Ainsi les personnes sans refuge ne pourront plus s’allonger, s’allonger les uns contre les autres, pour se tenir un peu chaud, sous ce pauvre abri qu’est le pont. Même pas un pont. Même pas les corps contre les corps. Des pierres au lieu des corps. 

Combien, le prix des pierres ? Combien, le prix d’une nuit pour une personne dans un centre d’hébergement ? Les pierres sous le pont de Paris, porte de la Chapelle, les pierres au lieu des corps, c’est la pierre de trop. On n’est pas seulement en train de devenir fous  : on est en train d’accepter la grande grande cruauté qui vient. Ou est venue.


Marie Cosnay







1.Posté par Millepied Jean-Pierre le 14/02/2017 05:40

Dans son roman "1984", George Orwell avait déjà tout dit, de manière magistrale et inoubliable, sur la manipulation du langage par le Pouvoir pour se maintenir en place à tout prix. Je crains même, à ce propos, que son ouvrage ait servi de modèle (bien involontaire) à nos hyper-manipulateurs d'aujourd'hui ! Tout ce que je pourrais ajouter, pour ma part, en tant que poète et écrivain, c'est que, comme disait Paul Eluard : "Les mots ne mentent pas". et que, comme l'a déjà déclaré bibi et comme il le répète à présent : "Seuls mentent ceux qui les utilisent. avec un cœur mauvais et de mauvais desseins". Car, comme il est dit dans l’Évangile selon saint Jean : "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était Dieu.". Manipuler les mots, comme le font nos "maîtres", ces "tigres de papier", est donc un péché mortel, tant pour l'esprit que pour les corps. Dans ce dernier cas, on peut même parler de "crime contre l'Humanité".
Fraternellement.
Jean-Pierre.

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 28 Mars 2018 - 10:39 Darwinisme 2.0 ou nouveau contrat social ?

Dimanche 25 Février 2018 - 19:53 Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: Brittany Pettibone, Martin Sellner et Lauren Southern : trois étrangers activistes d'extrême-droite qui ont participé à…
Jeudi 26 Avril - 12:52
Les Répliques : L'intellectuel français et directeur de l'@InstitutIRIS @PascalBoniface a été agressé le 16 avril dernier à l'aérop… https://t.co/5NGnMmW8yO
Jeudi 26 Avril - 10:14
Les Répliques : RT @les_repliques: Donald Trump félicite @EmmanuelMacron pour le vote de la loi asile-immigration. Il a dit admirer "l'autorité" montrée pa…
Jeudi 26 Avril - 09:19
Les Répliques : En Marche célèbre les 5 ans du #MariagePourTous @Nicolasbdf https://t.co/zAfTRgXhtj
Jeudi 26 Avril - 09:19



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin