les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
Jeudi 14 Décembre 2017

La circulaire de la honte

Par Agnès Druel.



J’ai appris avec stupéfaction la teneur de la circulaire de G.Collomb sur un éventuel tri entre les personnes sans-abris. En plus d’être une mesure populiste, et allant à l’encontre des droits de l’homme, elle participe également au mythe utilisé par l’extrême-droite, qui ne cesse de rappeler que le réfugié est un privilégié par rapport au sans-domicile fixe.
 La circulaire de la honte


En plus d’être nauséabonde et dangereuse, cette circulaire vient bafouer également la neutralité à laquelle s’engage un bénévole, un salarié du monde associatif, c’est à dire venir en aide à quiconque se retrouve dans le besoin, peu importe ses origines et croyances et opinions politiques.
 
Opposer ainsi le sort des sans-domiciles à celui des réfugiés pour gagner en popularité auprès des électeurs frontistes est chose aisée, connaître la réalité du terrain est quelque peu différent.
 
Monsieur Collomb, vous jouez un jeu dangereux, dans lequel vous approuvez “cette préférence nationale” que revendique continuellement le FN, ce parti politique contre lequel nous avons dû voter en mai 2017, pour ne pas que la France sombre dans le fascisme et le populisme. Avec cette volonté d’imposer cette circulaire, c’est chose faite.
 


 
Le monde de la rue se situe à des années lumières de votre vision bourgeoise et élitiste des choses. Une personne qui dort dans la rue n’a nul besoin de voir un réfugié humilié et privé de ses droits pour se sentir entendu et compris par son gouvernement. Il a besoin d’un logement, d’un accompagnement social et dans de nombreux cas, d’un suivi psychologique.
 
Tout cela, vous pourriez le savoir, Monsieur Collomb, si vous preniez le temps de discuter avec les acteurs du monde associatif, au lieu de vouloir imposer vos idées d’un autre temps, si vous alliez en maraude pour discuter avec les sans-abris.
 



Passez quelques soirées sous les ponts des autoroutes de La Courneuve, dans des maisons abandonnés, dans des jardins publics, allez donc à la rencontre de ces gens qui dorment dans la rue pour leur expliquer que vous allez organiser un tri entre les plus pauvres, les plus démunis pour quelques nuits dans un gymnase. Vous serez étonné de la dignité de leurs réactions.
 
Tout cela parce que votre gouvernement est défaillant, parce que vous avez fait le choix de vous détourner de la question sociale, que vous êtes incapables de sortir ces hommes et femmes de la rue, que ces centaines de morts annuelles dans les rues de France ne vous obligent pas à remettre en question la politique du logement, mais aussi parce que le choix de mener une politique raciste et populiste ne donne pas lieu à une contestation citoyenne.
 
Il est facile de venir conforter les pensées xénophobes de certains, en disant qu’il faut privilégier le pauvre bien de chez nous, et offrir le temps de quelques nuits, un hébergement d’urgence dans un gymnase. Cependant, si aucune mesure réellement efficace n’est mise en place, votre mascarade populiste reviendra s'incruster chaque hiver dans l’actualité.
 
Agnès Druel
 








1.Posté par Bob le 16/12/2017 12:02 (depuis mobile)

Et que dit-elle cette circulaire ? On pourrait avoir un extrait ?

2.Posté par bulle le 19/12/2017 17:48

collomb+immigration+circulaire= https://www.la-croix.com/France/Immigration/dit-circulaire-recensement-migrants-centre-daccueil-durgence-2017-12-13-1200899172

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Dimanche 11 Novembre 2018 - 10:43 Gilets jaunes : un mouvement d'ampleur inédit




Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter

Article populaire

La colère des ambulanciers : témoignage

Depuis plusieurs jours maintenant, les ambulanciers en grande colère mènent des opérations escargots un peu partout sur les routes de France.

De Paris à Marseille, de Lille à Strasbourg en passant par Dijon ou Nancy, ils se mobilisent massivement à l'appel de plusieurs syndicats, protestant contre "l'uberisation de leur métier" par une nouvelle réforme du financement des transports sanitaires.
La colère des ambulanciers : témoignage



Les derniers tweets