Jeudi 21 Décembre 2017

L'impunité régalienne

Par Vingtras.



Les 350 000 € (380 000 ?) d'argent public gaspillés pour assurer le confort du Premier Ministre ne sont pas un simple fait divers mais constituent bel et bien le symbole de la monarchie macronienne, dont l'arrogance n'hésite pas à s'étaler avec la trivialité et la complaisance des nouveaux riches...


Quelques uns de mes amis fidèles lecteurs de ce blog se sont étonnés de la raréfaction de mes billets : effectivement, je suis accaparé par les corrections que j'apporte à mon manuscrit "les 72 Immortelles" qui a retenu l'attention des éditions du Croquant* pour une prochaine publication mais aussi, je l'avoue sincèrement, parce que je suis littéralement effaré en face du consensus "bonapartiste" qui semble émerger autour d'Emmanuel Macron, dans une pénéplaine politique sans aspérités civiques et sans conscience morale.
 
Cette affaire de l'avion du Premier Ministre me fait sortir de mes gonds ; non seulement elle est en soi scandaleuse, mais elle est aussi le signe prémonitoire de ce que nous réservent les élites bourgeoises qui pilotent le quinquennat.
 
En effet, dans la mesure où le comportement des personnalités nommées pour servir l'Etat doit être irréprochable et exemplaire, le choix "assumé" par Edouard Philippe à Tokio est une lourde faute démocratique, un geste de souverain mépris à l'égard des contribuables , une forfaiture.
 



Et je m'étonne que la grande presse, parfois si empressée à monter en épingle des choses insignifiantes, n'ait pas donné libre cours à toutes ses fanfares de Fortinbras qui nous assomment de leurs cuivres empoisonnés matin, midi et soir !
 
Car si Monsieur Philippe s'est autorisé à jeter en l'air pour son confort personnel, une somme avec laquelle notre pays aurait pu accueillir des milliers de migrants pendant toute une année, c'est qu'il y a "quelque chose de pourri" en république française.
 
Aussi, n'est-il pas étonnant de constater qu'au même moment, un ministre de l'Intérieur (sans doute jaloux de la réputation de Pasqua) adresse aux préfets une circulaire comminatoire et raciste afin de faire comprendre aux malheureux réfugiés que la France dite "terre d'asile" n'est plus "la patrie des droits de l'homme et du citoyen".
 
Dura lex sed lex...
 
Celle de la jungle.

Vingtras
 








Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Jeudi 26 Avril 2018 - 09:55 Pascal Boniface agressé à Tel-Aviv

Mercredi 25 Avril 2018 - 09:22 Trump félicite Macron

Mardi 24 Avril 2018 - 10:47 Le sondage des Grandes Gueules









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: Brittany Pettibone, Martin Sellner et Lauren Southern : trois étrangers activistes d'extrême-droite qui ont participé à…
Jeudi 26 Avril - 12:52
Les Répliques : L'intellectuel français et directeur de l'@InstitutIRIS @PascalBoniface a été agressé le 16 avril dernier à l'aérop… https://t.co/5NGnMmW8yO
Jeudi 26 Avril - 10:14
Les Répliques : RT @les_repliques: Donald Trump félicite @EmmanuelMacron pour le vote de la loi asile-immigration. Il a dit admirer "l'autorité" montrée pa…
Jeudi 26 Avril - 09:19
Les Répliques : En Marche célèbre les 5 ans du #MariagePourTous @Nicolasbdf https://t.co/zAfTRgXhtj
Jeudi 26 Avril - 09:19



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin