les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Mardi 18 Octobre 2016

L'évasion fiscale, délit de riches aux dépens des pauvres

Par Jérôme Duval.



Revue de presse.

Près de 800 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, principalement dans les pays dits « en développement ». Or, dans ces pays, chaque année, au moins 250 milliards d’euros de recettes fiscales disparaissent dans les paradis fiscaux, soit 6 fois la somme nécessaire par an pour lutter et vaincre la faim d’ici 2025.
 

 
« On estime que 85 % à 90 % de ces avoirs [fonds privés placés dans les paradis fiscaux] appartiennent à moins de 10 millions de personnes – soit 0,014 % de la population mondiale –, et qu’au moins un tiers de ces avoirs appartiennent aux 100 000 familles les plus riches du monde, dont chacune pèse au moins 30 millions de dollars », écrit l'économiste américaine James S. Henry. C'est donc bien aux plus fortunés que profite la réduction des recettes fiscales par la fraude, ce qui perpétue et aggrave les inégalités.
 

La raison mène à penser que les plus riches, qui jouissent des bénéfices de leurs sociétés, devraient contribuer à une redistribution au profit des plus pauvres via l'impôt sur les bénéfices de ces sociétés. Or, la plus-value ainsi dégagée par l'exploitation de la force de travail s'évapore dans des territoires paradisiaques pour l'oligarchie qui gouverne et légifère. Il s'agit d'un vol organisé à grande échelle - illégitime et non conforme à toute idée de développement humain - d'une richesse qui appartient à celles et ceux qui l'on créée par leur travail et qui devrait financer les services publics. En effet, l'impôt sur les bénéfices, ainsi non redistribué pour le bien commun car échappant au fisc, permet au capitaliste d'optimiser la plus-value extraite par le travail en allant, illégalement ou non, chercher à en privatiser l'entièreté.
 
La fraude entrave le développement
 

La fraude et l’évasion fiscale, pratiquées notamment par les multinationales aidées des grands cabinets d'audit (les fameux « Big four » : Deloitte Touche Tohmatsu, Ernst & Young, KPMG et Price Water House Coopers), sont un véritable fléau qui entrave l'avancée d'un réel développement pour les populations appauvries par ces politiques. Cette hémorragie de capitaux empêche la construction d’hôpitaux et l'embauche de médecins à des salaires décents ; l'équipement d’écoles à la hauteur de l'enjeu accompagné du recrutement de professeurs afin de réduire le nombre d'élèves par classe ; l'implantation de réseaux d’adduction d’eau potable, etc.
 

Pour la période 2008-2012, Global Financiak Integrity estime que, dans 31 pays en développement, les sorties de fonds illicites étaient supérieures aux dépenses publiques dans la santé et que, dans 35 pays en développement, elles étaient supérieures aux dépenses publiques dans l’enseignement. Dans son rapport, "illicit Financial Flows from Developing Countries: 2004-20013", la même organisation constate que les pays dits en développement et les économies émergentes ont perdu 7 800 milliards de dollars (7 002 450 000 000 euros) dans les flux financiers illicites à partir de 2004 jusqu'en 2013, avec des sorties illicites de plus en plus importantes, augmentant de 6,5 % par an en moyenne, presque deux fois plus vite que le PIB mondial (!).

Croissance des inégalités
 

Tant de besoins criants, pourtant indispensables à l'avancée d'un réel développement, sont abandonnés au profit d'une classe oligarchique qui ne cesse de s'enrichir. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a indiqué que les 8 % de la population mondiale les plus riches encaissent la moitié des revenus totaux, l’autre moitié revenant aux 92 % restants. Les richesses concentrées entre les mains des 1 % les plus riches sont passées de 44 % des richesses mondiales en 2010 à 48 % en 2014. Au cours des vingt dernières années, les inégalités de revenus ont augmenté dans les pays en développement.
 

La fraude fiscale mérite un peu de sérieux..

Pour lire la suite cliquez ici.

Source : Politis.fr







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 28 Mars 2018 - 10:39 Darwinisme 2.0 ou nouveau contrat social ?

Dimanche 25 Février 2018 - 19:53 Hijab : défendre partout l’autonomie des femmes









Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : La députée @auroreberge appelle au boycott de la marque @Gap après le lancement (dans les pays anglo-saxons) d’une… https://t.co/tcVGOD32Ou
Lundi 13 Août - 15:44
Les Répliques : L'ONU réclame une enquête après la mort d'au moins 29 enfants, tués par des frappes aériennes attribuées à la coali… https://t.co/Mh1viechKT
Lundi 13 Août - 10:14
Les Répliques : Beaune : les deux suspects ont été arrêtés et le parquet de Dijon a retenu le caractère raciste de l'attaque. Deux… https://t.co/8EIi0y465w
Dimanche 12 Août - 13:20





 
Nos partenaires