les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Jeudi 6 Juillet 2017

Invitée à Hénin, elle se prétend victime de l’attentat de Nice, mais qui est Sophie Fessard ?

Revue de presse - Par Denia Delarive - La voix du Nord.



Introduite et présentée au conseil municipal d’Hénin-Beaumont par l’adjoint et député FN Bruno Bilde comme victime de l’attentat de Nice (mais pas que…), Sophie Fessard, originaire de Rouen, vient d’arriver en ville. Sa présence fait déjà du bruit. Et soulève bien des questions. Explications.


«  Je suis une rescapée de l’attentat de Nice. J’ai perdu ma famille, mes amis. Avant j’étais normale, aujourd’hui je suis paralysée des membres inférieurs. » C’est par ces mots que la Rouennaise s’est présentée, vendredi dernier, devant les élus et le public du conseil municipal d’Hénin-Beaumont. Quel rapport avec la cité du bassin minier ? Ce jour-là, on y parlait de l’armement des policiers municipaux.
 
Sophie Fessard surenchérit :«  Si les policiers municipaux avaient été armés à Nice, le terroriste ne m’aurait pas roulé dessus. C’est indigne et irrespectueux pour nous, les victimes, de demander le désarmement  »,lance-t-elle droit dans les yeux à l’opposition, qui réfute violemment ces allégations. S’ensuit un pugilat verbal. Élus, public, tout le monde s’en mêle. Certains crient à l’instrumentalisation…

Zone d'ombre 

Face à un tel esclandre, il était donc légitime d’éclaircir les zones d’ombre d’un personnage sorti de nulle part. Enfin presque… Car Sophie Fessard laisse des traces un peu partout où elle passe. «  Elle s’était déjà présentée en victime de l’attaque du Bataclan. Encore auparavant..

Pour lire la suite cliquez ici.







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >








Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : RT @les_repliques: Les députés @auroreberge ou @AdeMontchalin réclament l'arrêt du compte parodique @JournalElysee https://t.co/JuXdcFc5HZ
Mardi 25 Septembre - 17:28
Les Répliques : RT @TraduisonsLes: « Merci aux contribuables français pour ce séjour Erasmus à leurs frais » https://t.co/bNnAmx7peZ
Mardi 25 Septembre - 17:24
Les Répliques : Au large des côtes libyennes, l’#Aquarius a demandé lundi à la France de lui ouvrir le port de Marseille. L'Elysée… https://t.co/6AWj2LgIHq
Mardi 25 Septembre - 16:02






 
Nos partenaires