Mercredi 13 Décembre 2017

Finkielkraut et les «non-souchiens», c'est triste, l'égarement d'un homme

Revue de Presse - Slate.fr. Par Claude Askolovitch.



En reliant l'hommage des Français à Johnny à la question de l'identité, le philosophe a révélé au grand jour la bêtise que sous-tend une obsession malsaine. De par son histoire, la radio communautaire RCJ sur laquelle il s'exprimait méritait mieux que ça.



Mon père, de son nom de plume Roger Ascot,  était un journaliste juif et un Français aimant. Je n’ai pas d’autre titre à me désespérer d’Alain Finkielkraut, qui était venu à son enterrement, à l’automne il y a six ans. Jamais mon père n'aurait voulu blesser quiconque, dans l’exercice de son magistère, et il n’aurait jamais alimenté la moindre haine, dans cette société infectée. Roger Ascot dirigeait des journaux de la communauté juive, et fut un fondateur de Radio communauté, désormais RCJ,  où Alain Finkielkraut, dimanche dernier, vaticinait sur les petits blancs et les «non-souchiens», ces Français moins nets qui n'auraient pas pris le deuil de Johnny Hallyday.
 



 



Je suis journaliste, et juif en privé, et mon père avant moi, qui, lui, en fit son engagement. Je n’ai pas d’autre titre à m’attrister d’Alain Finkielkraut. Je pourrais, sans passion personnelle, enrager d’un philosophe qui enrobe de belles lettres les préjugés grégaires et l’aversion ethnique. Mais l’homme me blesse comme un familier égaré. La tristesse s’autorise d’une proximité des origines: il fut un temps où nous parlions de la même chose.

 

L'apaisement ou la peur


 
Nous eûmes en partage une manière d’aimer notre pays, ses lettres et ses paysages, Balzac et Renoir, Chartres pour la cathédrale et pour Jean Moulin, Anquetil ou Kopa, ou le Racing, et n’en être pas moins juif, d’un judaïsme de culture plus que de rites, et qui n’abdiquerait jamais son lien à Israël. Nous venions d’un monde qu’on jugera naïf, où l’on espérait la paix qui devrait bien venir, là-bas, et ici, un idéal qu’il fallait préserver: une France où nous, Juifs, par l’évidence même, campions près des opprimés, ceux que l’on regardait comme moins français que d'autres –nous avions été étrangers en Égypte disaient ces prières que nous psalmodions parfois.

J’ai été élevé ainsi, et Finkielkraut, n’est pas différent. Il dit parfois qu’il a redécouvert une France fragile, qu’il avait, jeune, négligée. Il en a, désormais, des abandons touchants :
 
«Je me suis retrouvé, par hasard, entre Sarlat et Brive, dans le Périgord. Je suis tombé en pâmoison devant un petit village, Saint-Amand-de-Coly, avec une église merveilleuse.»

Mon père, lui, aimait un vieux poète juif et sioniste, Joseph Milbauer, qui avait chanté les campagnes de France, et citait ses vers: «Dans le village où nul ne prie, l’église a froid de toutes ses pierres.» Nous n’étions pas des Français imaginaires, ni des juifs d’invention. Qu’en a-t-il fait? Mon père, qu’il s’agisse des juifs ou de la France ne savait qu’aimer. Il racontait et apaisait, à longueur de livres et de chroniques, le petit monde fragile des juifs de ce pays: ceux-là même que Finkielkraut étouffe de ses peurs et offre en excuse au racisme. Je n’ai pas d’autre titre à le regretter.
 



L'égarement d'un homme

 
On doit revenir sur le vertige réactionnaire d’un autrefois joyeux drille des désordres amoureux, désormais confit en refus. Son compère Bruckner  ne vieillit pas mieux, mais que serai-je, demain? On sait tout cela. Finkielkraut de l'identité assiégée, du droit supérieur à ce pays dont auraient hérité les «Français de souche», Finkielkraut des ironies hostiles contre l’équipe de France «black-black-black», Finkielkraut de l’estime courtoise accordée à Renaud Camus, contempteur du «grand remplacement» de notre peuple. Il devient cela.
 
Alain Finkielkraut nous suggère, hélas, qu’il n’est pas de bonne réaction. On commence par regretter les facilités de son temps et déplorer les cahots de la transmission? On finit par vitupérer l’hommage rendu à un chanteur comme l’absolu de la décadence, et, parce qu’on ne peut plus s’en empêcher, saupoudrer sa diatribe d’ethnicisme canaille, c’est devenu une obsession.
 
Il faut bien entendre le propos de Finkielkraut, sur RCJ, dimanche 10 novembre. On y ressent intimement l’égarement d’un homme. Face à sa complice, la journaliste Elisabeth Lévy (enjouée, pas un instant pousse-au-crime), Finkielkraut nous réjouit, au début de sa chronique, tant on l’espère encore capable de nos joies communes. Il évoque à propos de Johnny un texte de Proust en défense de la «mauvaise musique».
 



Pour lire la suite cliquez ici.
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 14:34 Céline, ambianceur des temps populistes

Jeudi 18 Janvier 2018 - 18:39 Peut-on rire de tous ?











Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Lycées : la réforme du baccalauréat se dessinera la semaine, promesse d'@EmmanuelMacron. De nouvelles matières pour… https://t.co/uJoFggCtIm
Mardi 23 Janvier - 08:49
Les répliques : Déplacement du président @EmmanuelMacron à l'usine Toyota d'Onnaing afin d'annoncer plusieurs mesures en faveur de… https://t.co/pLh00I3Lo7
Lundi 22 Janvier - 19:17
Les répliques : L’Oréal engage un mannequin Britannique portant un voile. Résultat : campagne de boycott en France @annaelleartus https://t.co/5TvKEyUIWe
Lundi 22 Janvier - 17:13
Les répliques : RT @TraduisonsLes: "Encore un peu de patience pour le ruissellement s'il vous plait, il semblerait que des goinfres capitalistes barbotent…
Lundi 22 Janvier - 12:17



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin