les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Lundi 20 Février 2017

En France, c’est (aussi) ça…

Par José Fort.



En France, vous pouvez participer à une opération frauduleuse de plus de 400 millions d’euros, être reconnue coupable et… dispensée de peine.-- En France, vous volez un fromage dans un super marché et vous allez directement en prison pour trois mois.


En France, vous pouvez insulter un dirigeant syndical sur une chaine de télé sans risquer la moindre remarque mais poursuivi pour insultes à l’égard de l’autorité en protestant contre des violences policières.
 

En France, vous pouvez être condamné à des mois de prison avec sursis pour avoir déchiré une chemise et votre ancien patron prendre le large avec des primes de plusieurs millions d’euros après avoir vanté, au nom de la rentabilité, le travail des enfants dans le Tiers monde.
 

En France, la police des polices invente le concept – vite retiré - de viol par « accident », un responsable dit « syndical » de la corporation s’accommode sans problème du mot «bamboula», les forces dites de l’ordre, comme lors des manifestations contre la loi sur le travail, laissent faire les casseurs ouvrant ainsi la voie à Mme Le Pen. Pendant ce temps, les jeunes de Bobigny nettoient les rues souillées par les casseurs dans la ville.
 

En France, la préfecture de police revendique une action de sauvetage d’une enfant de six ans enfermée dans une voiture incendiée par des casseurs alors que l’acte courageux a été accompli par un jeune de 16 ans.
 

En France, des individus imbéciles et dangereux, responsables de dégradations et de jets de pierre sur des policiers, sont très rapidement condamnés à des peines de prison.


En France, des policiers accusés de violences et de viol restent libres de leurs mouvements.
 

En France, un ancien Premier ministre rémunère, dans « la plus grande légalité » et avec de l’argent public, femme et enfants, conseille une grande compagnie d’assurance grâce à son carnet d’adresses bénéficiant en retour d’un bon paquet d’euros participant ainsi à la « fillonnade ». Vous ne connaissez pas la « fillonnade » ? Il s’agit d’une méthode consistant à se servir dans les caisses publiques pour ensuite, tardivement, s’excuser sans pour autant rembourser.


En France, vous pouvez être placé en garde à vue puis condamné à 3000 euros d’amende pour avoir hébergé, nourri et protégé des enfants en errance délaissés par les services de l’Etat.


En France, un avionneur peut «normalement» voler le trésor public, acheter «normalement» des voix lors de plusieurs élections ; un couple sous le coup de plusieurs plaintes pour corruption peut rester à la tête d’une grande ville proche de Paris.


En France, il est normal aussi d’être marginalisé(e) dans une administration ou dans une entreprise pour avoir dénoncé des abus.


En France, à l’approche de l’élection présidentielle, la coupe se remplit d’une néofasciste, d’un voleur, d’un cinglé ancien de l’Elysée et du gouvernement qui tient des propos d’évangéliste sectaire, un ex du gouvernement qui ne pratique toujours pas le devoir de mémoire récente, un gourou défroqué et illuminé, les Français assistant, consentant en partie, à ce spectacle nous livrant à la risée dans le monde.
 

Alors, plus rien à espérer ? Plus rien à construire ?
 

L’opinion publique est-elle à désespérer ? Tel n’est pas mon avis car comme l’écrivait Louis-Philippe de Ségur, poète, chansonnier, diplomate élevé au rang de maitre des cérémonies par Napoléon : « l’opinion publique est un ressort faible, mais puissant en réalité, et d’autant plus redoutable que sa force ne peut jamais être calculée. » Les sondeurs apprécieront.

José Fort








1.Posté par Jeremie le 20/02/2017 22:02

Très bon texte que je valide entièrement jusqu'à sa conclusion, à laquelle je n'adhère pas car :
En France, ses habitants ne réfléchissent pas assez pour se focaliser, d'une même voix et d'un même corps - celui des 99% - sur le vrai combat: la restauration de sa devise au sein de toutes les couches de notre société. Liberté, Égalité. Fraternité.

2.Posté par Raphaël le 21/02/2017 15:54

Merci pour ce joli texte.
Merci aussi d'avoir mis "En France, on...", au lieu de "La France, c'est...". Ce n'est pas anodin. Même si cela se passe chez nous, on ne peut pas, ne doit pas considérer qu'il s'agisse de la France.

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 26 Décembre 2018 - 09:06 440 milliards d'euros sur les comptes des Français

Jeudi 20 Décembre 2018 - 16:13 SDF : 433 morts en 2018




Rejoignez-nous sur Facebook


Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Inscription à la newsletter




Interview populaire

Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Depuis quelques années maintenant, le comédien Matthieu Longatte 31 ans alias Bonjour Tristesse publie régulièrement des vidéos sur Youtube où il incarne un personnage très en colère contre le système politique : "une espèce de synthèse enragée de la b**se politique actuelle" comme il l'explique.

Et ses vidéos cartonnent ! Plusieurs centaines de milliers de vues pour la plupart, des millions pour d'autres !

"J'humilie verbalement les politiques qui détruisent l'idéal démocratique", assène Matthieu, gueule d'ange en décalage total avec son personnage braillard au débit intense et remonté.

Mais d'où vient ce style atypique à la fois engagé et exacerbé contre le système ? Nous sommes allés à la rencontre de Bonjour Tristesse qui a bien voulu répondre à nos questions.
Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Les répliques
29/12/2018