les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Vendredi 4 Novembre 2016

Déclaration pour la laïcité

Par l'Observatoire de la laïcité.



La laïcité est notre bien commun. Elle doit être promue et défendue. Elle doit rassembler et ne pas être une source de divisions. Dans les circonstances d’aujourd’hui, propices aux interrogations et aux surenchères, il est de la responsabilité de l’Observatoire de la laïcité de rappeler ce qu’est la laïcité, affirmée par la Constitution de la République et organisée par la loi du 9 décembre 1905.
Déclaration pour la laïcité


La laïcité est d’abord une liberté
 

La laïcité, c’est d’abord la liberté de conscience qui est la liberté de croire ou de ne pas croire. La liberté de croire implique celle de pratiquer une religion, en privé ou en public, dès lors que les manifestations de cette pratique ne portent pas atteinte à l’ordre public.  


La liberté de manifester ses convictions est encadrée, dans l’intérêt commun. La première limitation est l’interdiction faite aux agents publics et à tous ceux qui exercent une mission de service public de manifester leur appartenance religieuse : le service public doit être neutre pour que les usagers, quelles que soient leurs convictions, y soient traités à égalité. En 2004, pour préserver les élèves de toute pression, a été interdit dans les écoles, collèges et lycées publics le port de signes ou tenues par lesquels ils entendent manifester ostensiblement une appartenance religieuse. En 2010, pour des raisons de sécurité publique, la dissimulation du visage dans l’espace public a été interdite (burqa, niqab, cagoules, casques, etc.).


Si l’encadrement est possible, la liberté doit demeurer le principe. Des interdictions générales de toute manifestation de signes religieux sur la voie publique ou dans les espaces collectifs privés ne renforceraient pas la laïcité mais  la dénatureraient, en transformant une liberté encadrée en prohibition. 


La laïcité garantit le respect du principe d’égalité


La laïcité, qui implique la séparation des Eglises et de l’Etat, permet d’assurer l’égalité des citoyens, quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses. Athées, agnostiques, croyants de toutes les religions ont les mêmes droits. La loi ne peut distinguer entre les citoyens selon leurs convictions. Aucune obligation religieuse ne peut être imposée par la loi. Les religions ne peuvent s’immiscer dans les affaires de l’Etat et l’Etat doit respecter l’indépendance des religions.


Stigmatiser une religion, imposer des restrictions aux pratiques religieuses pour une seule religion porterait atteinte au principe républicain d’égalité et serait discriminatoire. 


La laïcité contribue à l’idéal républicain de fraternité


Ainsi que le proclame la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Pour autant, ils ne sont pas semblables. Ils ont la liberté d’exprimer leurs convictions et leurs appartenances particulières.


Les citoyens peuvent d’autant mieux se rassembler et accepter leurs différences qu’ils adhèrent aux valeurs de la République. La laïcité fédère et renforce l’unité de la nation. Elle s’oppose à tout ce qui divise ou sépare. Elle est un facteur d’union et de concorde nationales et contribue ainsi à l’idéal républicain de fraternité.


La laïcité doit être défendue contre ceux qui la combattent ou la nient. Ceux qui n’en respectent pas les règles doivent être sanctionnés.


Mais une laïcité d’exclusion et d’interdits s’affaiblirait d’elle-même en niant les principes de liberté, d’égalité et de fraternité sur lesquels elle est fondée.
 

L’équilibre aujourd’hui atteint en France, après des siècles de conflits religieux, grâce à la laïcité issue de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, des lois instaurant l’école laïque à la fin du 19ème siècle et de la loi du 9 décembre 1905 est précieux. Il faut se garder de le remettre en cause et de céder aux surenchères, même si les difficultés de mise en œuvre de la laïcité dans un contexte social et international nouveau justifient une plus grande vigilance sur son application.

L'Observatoire de la laïcité







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 26 Décembre 2018 - 09:06 440 milliards d'euros sur les comptes des Français

Jeudi 20 Décembre 2018 - 16:13 SDF : 433 morts en 2018




Rejoignez-nous sur Facebook


Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Inscription à la newsletter




Interview populaire

Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Depuis quelques années maintenant, le comédien Matthieu Longatte 31 ans alias Bonjour Tristesse publie régulièrement des vidéos sur Youtube où il incarne un personnage très en colère contre le système politique : "une espèce de synthèse enragée de la b**se politique actuelle" comme il l'explique.

Et ses vidéos cartonnent ! Plusieurs centaines de milliers de vues pour la plupart, des millions pour d'autres !

"J'humilie verbalement les politiques qui détruisent l'idéal démocratique", assène Matthieu, gueule d'ange en décalage total avec son personnage braillard au débit intense et remonté.

Mais d'où vient ce style atypique à la fois engagé et exacerbé contre le système ? Nous sommes allés à la rencontre de Bonjour Tristesse qui a bien voulu répondre à nos questions.
Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Les répliques
29/12/2018