les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Vendredi 19 Janvier 2018

De l’identité sexuelle des femmes et du fantasme du viol

Par Mira Pons.



Réactions et réflexions suite au phénomène ≠Metoo, ≠Balancetonporc, au texte collectif de 100 femmes dont Catherine Deneuve, et surtout aux propos de Brigitte Lahaie, « On peut jouir lors d’un viol, je vous signale ».

 
En tant que femme, je veux réagir aux propos de Brigitte Lahaie : « On peut jouir lors d’un viol, je vous signale. »

Il semblerait, dit-elle maintenant, que ses propos aient été cités hors de leur contexte. Replaçons donc le contexte. Sur le plateau de BFM TV, Caroline De Haas explique : « Comment on fait pour redonner aux femmes la puissance de leurs corps ? Il y a un truc simple, c'est d'arrêter les violences, parce que les violences, elles empêchent la jouissance. Quand vous avez été victime de viol, vous jouissez moins bien, en général. » C’est là que Brigitte Lahaie  répond : « On peut jouir lors d’un viol, je vous signale. »

Voilà, le contexte rappelé. Il ne change pas grand-chose aux propos, sans vouloir accabler leur auteure qui s’en est excusée en pleurant, par la suite, lors d’une interview sur TV5 Monde. Ces propos ont été repris, relayés, commentés… La phrase est restée gravée dans les esprits. Et, contexte ou non, ce que l’on comprend c’est bien que certaines femmes jouiraient dans la violence. Si le sujet était la sexualité des femmes, était-il bien nécessaire d’argumenter que lors d’un viol on peut « jouir » ?
 



Que sous-tend cette petite phrase, « On peut jouir lors d’un viol, je vous signale » ?

Le terme « jouir » était-il approprié ? Si Brigitte Lahaie fait référence aux cas où chez la personne violée se déclenche un « orgasme » mécanique, je ne pense pas que le terme de « jouissance » soit le bon. Eh oui, les mots ont leur importance. Tout comme le « je vous signale », là pour renforcer l’incontestable véracité de son affirmation.

Cette petite phrase sème le doute, car elle sous-entend que les femmes, ou certaines femmes, aimeraient la violence lors d’un rapport sexuel, puisque l’on parle de jouissance. C’est justement ce qu’affirment l’industrie du porno largement diffusée ainsi qu’une idée reçue très répandue faisant partie de l’arsenal de la culture du viol : les femmes prennent du plaisir à la violence dans l’acte sexuel (Voir une enquête Ipsos-Association Mémoire traumatique et victimologie, en 2016, « Les Français.e.s et les représentations sur le viol et les violences sexuelles », rapportant que 21 % des femmes et des hommes interrogés pensent que « les femmes peuvent prendre du plaisir à être forcée lors d’un rapport sexuel ».)
 



Le fantasme du viol

Mais allons plus loin. Regardons les choses en face : certaines femmes — et certains hommes — auraient le fantasme érotique du viol. Je suis portée à croire que cela est répandu, en effet, et plus qu’on ne le croit. Le sujet est tabou. Et pour cause. Que signifie ce fantasme ? Que dit-il des rapports hommes-femmes ? La violence dans un rapport sexuel serait donc jouissif, jouir de cette violence serait « normal », notamment lorsque c’est la femme à qui l’on inflige cette violence et qui en fait les frais.

Il me semble que c’est-là tout simplement le symptôme que les femmes, ou certaines femmes, ont hélas intégré très profondément — jusque dans leur fantasmes, leur intériorité, leur intimité, leur sexualité — la domination sexiste masculine. Acceptée, avalée, assimilée comme faisant partie de leur identité sexuelle. Celle de jouir dans la violence et dans la soumission la plus brutale. Et interroger ce sujet n’est pas une question de morale, on peut avoir tous les fantasmes que l’on veut. Mais on peut aussi se poser la question d’où vient ce fantasme-là ? Par qui et pourquoi est-il véhiculé comme étant une sorte de norme ? A qui profite-t-il ? Est-il vraiment source de « jouissance » ? Où est la « liberté sexuelle » ? De quel plaisir s’agit-il ?
 



Une confusion boueuse, je vous signale
 
Plutôt que de dire que quelques femmes peuvent quelquefois « jouir » mécaniquement lors d’un viol, ne pourrait-on pas plutôt parler des difficultés sexuelles que nombre de femmes violées rencontrent ? Frigidité, désordre de la libido, rapports sexuels douloureux…  

Mais Brigitte Lahaie n’a justement pas parlé de cela. Elle a parlé de « jouir ». Et si elle dit aujourd’hui qu’elle « aurait dû ajouter “malheureusement” », elle ne l’a malencontreusement pas fait, entretenant ainsi une confusion boueuse. Elle a plutôt renforcé son idée par ce « je vous signale ». Quand on voit le matraquage de la culture du viol dans la pornographie, les films, les séries, les jeux vidéos, une explication, une pédagogie auraient été vraiment plus que bienvenues.

Et du même coup, je dirais que les hommes aussi, en tout cas ceux qui auraient ce même fantasme de violer, de faire souffrir, d’anéantir, de nier, voire de tuer l’autre dans l’acte sexuel, sont pris dans les mêmes filets schématiques d’un rôle à jouer. Pour eux aussi, où est la liberté sexuelle, la liberté tout court ? Est-ce cela le libertinage dont certaines et certains se revendiquent ?
 


La déferlante ≠Metoo  

Dois-je préciser que je n’ai pas signé ≠Metoo ou ≠Balance ton porc ? J’aurais pu le faire : j’ai été violée il y a de cela bientôt 40 ans, par deux hommes. Après toutes ces années, le traumatisme est là, et je ne me pose pas en victime. Après tout ce temps, j’essaie de me reconstruire, sexuellement aussi, et si possible en essayant de n’être pas emprisonnée dans un fantasme glauque qui n’est pas moi, qui ne m’appartient en rien.

Peut-être devrais-je signer maintenant ? Pour ajouter ma voix à celle des milliers (des millions ?) de personnes qui témoignent de par le monde. Et pour dire que non, on ne « jouit » pas lors d’un viol. Loin de là. Et si c’est le cas, c’est l’expression d’un mécanisme physique qui ajoutera au traumatisme. Si cette « jouissance » est fantasmée, il est plus que probable qu’elle soit l’expression d’un conditionnement pervers, profondément inculqué, expression d’une soumission à un ordre sexuel de domination. Cet ordre sexuel de domination masculine commence par des propos qui « importunent » et peuvent aller beaucoup plus loin dans la violence, le non-amour.

Le nombre de signataires de ≠Metoo ou ≠Balance ton porc témoigne bien non pas d’un quelconque puritanisme ou d’une atteinte à une « liberté sexuelle », mais de l’état inaudible des violences sexuelles, partout dans le monde. Pourtant, avant ce raz de marée, les chiffres étaient consultables. 84 000 viols ou tentatives de viol en France par an sur des femmes, 14 000 sur des hommes. Et c’est, sans compter les mineurs qui représentent pourtant, selon le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, 60 % des victimes… Cela donne une idée (vertigineuse) de l’ampleur du problème, du déni social et culturel que sont les viols et les agressions sexuelles et de la méconnaissance de cette réalité inaudible. Peut-être est-ce cela le vrai sujet ?

Michèle Mira Pons, auteure
 








1.Posté par Colline le 27/10/2018 22:08

Bonjour,

Pas mal de chose me perturbe dans cet article... par où commencer tant il y a de débats.

Brigitte Lahaie est une icône de la liberté sexuelle et de toute sorte, elle a aidé et aide toujours des femmes de tout âge via des émissions radios. Ces femmes qui appelaient la radio envoyaient un signal de détresse auquel Brigitte répondait. Elle écoutait ce que ces femmes avaient à dire, parfois elles pleuraient mais Brigitte prenait le temps de les écouter et de trouver de nouvelles perspectives afin que celles-ci puissent avancées et évoluées. Une époque où la sexualité de la femme était encore tabou et où la parole ne leur était pas octroyée aussi facilement qu'aujourd'hui.

Il n'y a pas que sa phrase qu'il faut remettre dans son contexte, il y le personnage aussi à remettre dans son contexte...

Le viol est véritablement un fléau de la société que sa soit dehors ou au sein d'un foyer, femme, homme et enfant sont touchés et c'est inadmissible ! Mais par "jouissance" je pense qu'il y a aussi la facette neurologique, ce n'est pas simplement "physique". C'est comme quand on dit "elle mouille, c'est qu'elle à envie de moi !" ça n'a pas forcément de lien de causalité...c'est pas parce que je mouille que j'ai envie ou que je suis excitée.
Le cerveau est bien plus complexe et parfois certaines réactions corporelles sont bien plus archaïque que nos "envies".
Là où je veux en venir, c'est que la femme peut jouir sans vraiment prendre de plaisir... un peu d'endorphine pour endormir les douleurs physiques et mentales et le traumatisme est plus supportable. Mais dans notre société "jouir" face à un acte sexuel violent est vu comme une perversion ??? Cet article fait culpabiliser des femmes qui peuvent avoir jouit pendant un acte sexuel violent car c'est une "perversion". Je pense que la jouissance, qui n'est qu'une bouffée d'endorphine et de catécholamine, peut être une réaction du cerveau afin de mieux gérer une situation critique pour mieux "endormir" le sujet. D'où la sensation de troubles, d'incompréhension et d'une incapacité à réagir... Le cerveau perçoit la situation comme "non" gérable et entraîne la "jouissance". Cela n'a rien de pervers ou d'un trouble du comportement et je pense que les femmes qui jouissent alors qu'elles sont brutalisées ne doivent pas avoir honte de cette "jouissance" car c'est certainement ça qui les sauve d'une possible folie suite à l'agression.

Merci à vous,
Colline

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 26 Décembre 2018 - 09:06 440 milliards d'euros sur les comptes des Français

Jeudi 20 Décembre 2018 - 16:13 SDF : 433 morts en 2018




Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter

Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Les derniers tweets



Interview populaire

Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Ancienne interne des hôpitaux de Paris, Sabrina Ali Benali est actuellement médecin remplaçante dans une association de permanence de soins 24h/24 : Les urgences médicales de Paris.

Elle est particulièrement engagée sur les questions de santé "pour la défense des conditions de travail des personnels soignants et surtout d'un accueil digne et humain des patients".

Elle publie aux éditions Cherche Midi Editeurs La révolte d'une interne : santé, hôpital, état d'urgence, préfacé par le Docteur Christophe Prudhomme médecin urgentiste.

Sabrina Ali Benali connue du grand public pour sa vidéo virale sur la sitaution d'urgence à l'hôpital public, visionnée 12 millions de fois sur Facebook en janvier 2017, a accepté de répondre à nos questions.
Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Les répliques
03/12/2018