les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Jeudi 29 Septembre 2016

Contre le racisme, rire pour se protéger et s'indigner

Par Rouguyata Sall.



Contre le racisme, rire pour se protéger et s'indigner
Revue de presse.
 

L’auteure et journaliste Rokhaya Diallo a inauguré lundi 19 septembre le cycle de conférences “Les réponses qui claquent !” de La Loge, une salle de spectacles du XIème arrondissement de Paris. Au menu, la représentation des minorités ethnoraciales dans les médias.


Ce n’était pas un one-woman-show. Le sujet n’était pas vraiment des plus hilarants. Le public s’est pourtant esclaffé à maintes reprises, au cours cette conférence-débat sur l’image des minorités donnée, transformée et renvoyée par les médias. Dès les premières minutes de la conférence, le rire prend place. Première explosion dans la salle pleine, lorsque Rokhaya Diallo rappelle l’arrivée d’Harry Roselmack au journal télévisé de TF1 à l’été 2006, dans “un contexte post-émeutes de 2005” : “On nous avait annoncé son arrivée dès le mois de mars, sachant qu’il allait arriver en juillet. On sent vraiment qu’on voulait préparer les gens : “Attention, il y a un noir qui va arriver, ce n’est pas votre télé qui est en panne”. On s’est rendu compte qu’il faisait les mêmes audiences que Patrick Poivre D’Arvor, dont il était le joker », rappelle la journaliste noire.
 

L’image du tirailleur Banania n’est pas si lointaine
 

Rires à nouveau dans le public lorsque Rokhaya Diallo rappelle les résultats 2015 du baromètre Diversité du CSA, créé en 2009 pour mesurer la diversité à la télévision. Ce n’est pourtant pas une blague. Sur le petit écran, 37 % de personnes perçues comme non blanches, lorsqu’il s’agit “d’activités marginales ou illégales”. 17 % pour les catégories socio-professionnelles (CSP) inférieures, contre 11 % pour les CSP supérieures. 21 % pour les rôles de figurants, contre 9 % de héros. Sans parler des 29 % pour les “attitudes négatives”contre 12 % pour les positives.


Les titres de films dont les personnages principaux sont non-blancs font à leur tour rire la salle. La journaliste cite le travail de la sociologue des médias Marie-France Malonga : “On a des films avec des titres très explicites comme Fatou la malienne, Pierre et Farid, La tresse d’Aminata, ou encore Un bébé noir dans un couffin blanc. Quand on regarde la série, on est prévenu, on sait qu’on ne va pas voir que des Blancs ! Les personnages non-blancs se voient aussi affublés d’accents inventés pour les versions françaises. Même dans South Park et les Simpsons, où les Noirs, aussi américains que les autres personnages, ont un accent invraisemblable ».
 

Dans ses travaux, Marie-France Malonga a également identifié les trois types de visages récurrents incarnés par les minorités : la victime est pauvre, sans papier, souvent sauvé par un personnage blanc ; le délinquant, un voyou souvent associé à la banlieue ; et le sauvage, arriéré ou illettré, qui souvent ne connaît pas les codes de la civilisation...
 

Pour lire la suite cliquez ici.

Source : BondyBlog.fr






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 26 Décembre 2018 - 09:06 440 milliards d'euros sur les comptes des Français

Jeudi 20 Décembre 2018 - 16:13 SDF : 433 morts en 2018




Rejoignez-nous sur Facebook


Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Inscription à la newsletter




Interview populaire

Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Depuis quelques années maintenant, le comédien Matthieu Longatte 31 ans alias Bonjour Tristesse publie régulièrement des vidéos sur Youtube où il incarne un personnage très en colère contre le système politique : "une espèce de synthèse enragée de la b**se politique actuelle" comme il l'explique.

Et ses vidéos cartonnent ! Plusieurs centaines de milliers de vues pour la plupart, des millions pour d'autres !

"J'humilie verbalement les politiques qui détruisent l'idéal démocratique", assène Matthieu, gueule d'ange en décalage total avec son personnage braillard au débit intense et remonté.

Mais d'où vient ce style atypique à la fois engagé et exacerbé contre le système ? Nous sommes allés à la rencontre de Bonjour Tristesse qui a bien voulu répondre à nos questions.
Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Les répliques
29/12/2018