Mardi 27 Septembre 2016

Comment le système éducatif français aggrave les inégalités sociales

Par Aurélie Collas et Mattea Bataglia.



Revue de presse.


Des inégalités sociales à l’école, produites par l’école elle-même… C’est la démonstration que fait le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), en rendant publiques, mardi 27 septembre, les conclusions d’une vingtaine de rapports. Tout un spectre de la recherche – des sociologues aux économistes, des didacticiens aux psychologues, français et étrangers – a été mobilisé deux années durant, pour interroger ce mythe de l’égalité des chances dans notre système éducatif. Et rendre plus transparente la fabrique de l’injustice scolaire.

Ce n’est pas la faute de l’enseignement privé, dont la responsabilité a encore été pointée du doigt, récemment dans nos colonnes, par l’économiste Thomas Piketty, en tout cas concernant Paris. Pas non plus celle des stratégies familiales ou de la crise économique. Ce vaste travail met en cause trente ans de politiques éducatives qui, au lieu de résorber  les inégalités de naissance, n’ont fait que les exacerber.
 

On le sait maintenant depuis plusieurs années : d’élève moyen dans les années 2000, l’école française est devenue la plus inégalitaire de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L’enquête internationale PISA, dont on attend la prochaine mouture en décembre, vient le rappeler tous les trois ans. Baisse des résultats des élèves défavorisés, amélioration du niveau des élites : le fossé se creuse.


L'éducation prioritaire, cause de discrimination négative

Et c’est là une singularité française : la plupart des pays, à commencer  par l'Allemagne, la Suisse ou les Etats-Unis, un temps considérés, eux aussi, comme très inégalitaires, ont su mener, ces quinze dernières années, des politiques volontaristes. Encaisser le "choc PISA"  et en tirer des conséquences. Pas la France.
 

La synthèse du Cnesco détaille une « longue chaîne de processus inégalitaires » qui se cumulent et se renforcent à chaque étape de la scolarité : inégalités de traitement, inégalités de résultats, inégalités d’orientation, inégalités d’accès au diplôme et même inégalités d’insertion professionnelle. Limités à l’école primaire, les clivages explosent à partir du collège...

Pour lire la suite cliquez ici.
 

Source : LeMonde.fr







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Janvier 2018 - 14:34 Céline, ambianceur des temps populistes

Jeudi 18 Janvier 2018 - 18:39 Peut-on rire de tous ?











Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Immigration : @manuelvalls s'est exprimé à ce sujet sur les antennes de @franceinter @RokhayaDiallo https://t.co/Zi19kub6xS
Dimanche 21 Janvier - 18:12
Les répliques : Paul Bocuse, célèbre chef cuisinier étoilé et "épicurien", est mort hier à l'âge de 91 ans @s_assbague https://t.co/FNfawVCaPb
Dimanche 21 Janvier - 11:43
Les répliques : "REM 150" : derrière ce nom de code, la liste des 150 cadres du ministère de l'Économie rémunérés plus de 150.000 e… https://t.co/PY4asBz6Za
Dimanche 21 Janvier - 10:12
Les répliques : .@EmmanuelMacron l'a confirmé : le service militaire national fera prochainement son retour en France. Il s'appelle… https://t.co/04cOSB1yv3
Dimanche 21 Janvier - 08:48



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin