les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Samedi 9 Décembre 2017

Comment la presse people a protégé Weinstein (New York Times)

Par Arrêt sur images.



Dans une longue enquête publiée ce 5 décembre, le New York Times revient sur les nombreuses complicités, au sein de l'industrie du cinéma, dont a bénéficié pendant des années Harvey Weinstein, accusé de viols et d'agressions sexuelles. Et explique comment le groupe numéro 1 de la presse people aux Etats-Unis a tenté de le protéger.


Le 5 octobre, le New York Times révèlait que Weinstein avait conclu huit accords à l'amiable avec des femmes l'accusant de harcèlement sexuel et de "contacts physiques non voulus". La veille de la publication, Weinstein, qui sera accusé cinq jours plus tard de viols dans une enquête fleuve du New Yorker, appelle les deux journalistes du Times, les prévient qu'il est capable de remonter jusqu'à leurs sources, et qu'il a les moyens de discréditer leur enquête. "Je suis un homme qui dispose de grandes ressources", ajoute-t-il.
 
Ses grandes ressources, le New York Times les détaille ce 5 décembre dans une longue enquête, deux mois après les premières révélations. Au-delà de ses nombreux soutiens dans le milieu du cinéma, qui tantôt fermaient les yeux sur le comportement de Weinstein, tantôt conseillaient aux actrices victimes de se taire pour garder leur travail, Weinstein comptait aussi de solides appuis dans le milieu des médias, et plus précisément dans la presse people américaine.
 
Le Times détaille par exemple comment les liens économiques entre Weinstein Company et Americain Media, le géant de la presse people américaine, ont servi au producteur pour tenter d'étouffer des témoignages gênants. La société Weinstein produisait, en effet, entre 2015 et 2016, une série documentaire sur les enquêtes du National Enquirer, célèbre magazine people US fondé en 1926, et un talk show sur l'actualité des célébrités.
 



Alors en mars 2015, quand la police de New York interroge Weinstein après la plainte d'un mannequin, Ambra Battilana, America Media tente d'arracher l'exclusivité... pour ne pas publier l'enquête ensuite. Une habitude pour l'entreprise, qui en 2016 avait aussi payé 150 000 dollars pour "tuer" le témoignage  d'une égérie Playboy, qui affirmait avoir eu une aventure avec Trump en 2006, alors marié à Melania Trump. Le New York Times raconte la suite : "Dans l'affaire Battilana, l'entreprise s'est battue pour acheter l'histoire. Mais aucun accord n'a jamais été conclu, précise American Media, parce que le prix demandé par Mme Battilana était trop élevé (...) Le procureur a finalement décidé de ne pas poursuivre Mr. Weinstein, estimant que les preuves étaient insuffisantes, et l'histoire n'a jamais été racontée dans les magazines d'American Media".
 
Comme précédemment raconté dans le New Yorker, Weinstein a aussi fait appel au rédacteur en chef du National Enquirer, Dylan Howard, pour obtenir des informations compromettantes sur l'actrice Rose McGowan (qui fut l'une des premières à l'accuser d'agression sexuelle). Conséquence : l'un des journalistes du magazine a contacté fin 2016 Elizabeth Avellan, l'ex-femme du réalisateur Robert Rodriguez, qui l'avait quittée pour McGowan. Le témoignage, enregistré au téléphone, est à charge. Dylan Howard écrit à Weinstein, par mail : "J'ai quelque chose d'incroyable...". Réponse du producteur : "C'est mortel ! Surtout si on peut pas remonter jusqu'à moi". 
 
Depuis les premières accusations publiques de harcèlement, agression sexuelle et viol début octobre, plusieurs enquêtes ont été ouvertes  contre Weinstein, à Londres, Los Angeles et New York.
 
L'occasion de relire notre article : "Weinstein : les espions du producteur (The New Yorker) "

Arrêt sur images
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >








Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé hier la création d'un nouvel impôt sur les banques destiné à f… https://t.co/WPpw2cN1fu
Mercredi 18 Juillet - 18:27
Les Répliques : RT @les_repliques: Après "le droit d'être importunées", l'actrice française Catherine Deneuve souhaite une distinction entre "flirter et al…
Mercredi 18 Juillet - 10:55
Les Répliques : Le nouveau champion du monde Benjamin Mendy répond au site Sporf pointant les origines des Bleus https://t.co/2PiUhCXJEU
Mercredi 18 Juillet - 10:55