les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
YouTube
Lundi 12 Décembre 2016

Cahuzac : peine à moitié pleine ? À moitié vide ?

Par Daniel Schneidermann.



Trois ans ferme ! s'exclame Frédéric Says, éditorialiste politique sur France Culture. Et il est vrai que ces trois ans ferme, prononcés la veille contre Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale, et omission de déclaration de son patrimoine, provoquent dans l'immédiat, à l'unisson du Monde qui titre sur la "fermeté" de la peine,  un réflexe de sidération. Trois ans ferme !
Jérôme Cahuzac
Jérôme Cahuzac

 

Ainsi donc, oui, les politiques peuvent aller en prison. Vraiment en prison. Ferme. Ainsi donc, tout procès intenté contre des puissants, pour des actes de délinquance financière, ne dure pas forcément dix ou vingt ans. Ainsi donc, les rares politiques qui se retrouvent devant un prétoire ne sont pas octo ou nonagénaires. En voilà, une bonne nouvelle, pour tenter de lutter contre les progès du "populisme".
 

Jérôme Cahuzac ira-t-il "vraiment" en prison ? Oui, mais non. Mais oui, peut-être. Tout dépend de ce que l'on appelle "vraiment". L'ancien ministre est "vraiment" condamné à de la vraie prison ferme, ce qui ne signifie pas qu'il ira "vraiment" en prison. Oui : le tribunal a jugé que la peine ne serait pas aménageable. Mais non : si Cahuzac fait appel (et son avocat a annoncé que ce serait le cas), cet appel sera suspensif, c'est à dire qu'il suspendra la peine. Ce n'était pas une fatalité. Le tribunal aurait pu délivrer un mandat de dépôt à l'audience. Il ne l'a pas fait.
 

Frédéric Says a-t-il entendu, quelques minutes plus tôt, sur sa propre antenne, la réaction enregistrée de Monique Pinçon-Charlot ? La sociologue des riches et des puissants (voir ici son débat avec Huber Védrine sur la gouvernance mondiale de l'oligarchie), a assisté au procès Cahuzac. Elle rappelle que Cahuzac encourait en fait une peine de sept ans de prison (législation alourdie depuis... l'affaire Cahuzac). La peine prononcée, trois ans, est non seulement très inférieure à ce maximum, mais même inférieure au maximum qui était encouru...avant l'affaire Cahuzac (cinq ans). Mais alors ce procès ? La dureté du réquisitoire ? La dureté des termes du jugement ? "Nous sommes face à une classe sociale avec des effets de manche, des concurrences, de fausses querelles, qui reste malgré tout extrêmement solidaire et mobilisée dans la défense de ses intérêts" expliquait-elle lors du réquisitoire. Peine à moitié pleine, peine à moitié vide ? Tout est affaire de perspective.

Daniel Schneidermann
Arrêt sur image







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >








Rejoignez-nous sur Facebook




Inscription à la newsletter


Article populaire

Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent

Par Pauline Perrenot - Acrimed.

ll faut dire d’emblée que les guets-apens de Pascal Praud ou de David Pujadas, que nous commentions dans un précédent article, font pâle figure à côté des « Grandes gueules » de RMC. Le 16 février, les chroniqueurs en place, largement épaulés par les deux présentateurs, ont rivalisé de vulgarité, de désinformation et de mépris pour faire l’éloge de la réforme et « casser du syndicaliste ». Avec, pour au moins deux d’entre eux, une déception : ça ne va pas encore assez loin.
Réforme de la SNCF (3) : quand les « Grandes Gueules » s’en mêlent



Les derniers tweets
Les Répliques : Suite à la perquisition agitée qui a eu lieu au siège de la France Insoumise, le parquet a ouvert une enquête pour… https://t.co/F8btJL1adb
Jeudi 18 Octobre - 09:53
Les Répliques : En juillet dernier, la nouvelle secrétaire d'État à l'Écologie @EmmWargon déclarait : "l'huile de palme on en a bes… https://t.co/5zvUXGszwn
Jeudi 18 Octobre - 07:18
Les Répliques : RT @les_repliques: En Hongrie, désormais les SDF ne peuvent plus dormir dans la rue. La loi promulguée par le gouvernement d'extrême-droite…
Mercredi 17 Octobre - 12:23






 
Nos partenaires