Mercredi 21 Juin 2017

Bayrouxit

Par Robert Chaudenson.



Les voies du Seigneur sont décidément impénétrables même pour Monsieur Jupiter Salomon Macron dont j'ai célébré hier dans mon blog la force et la sagesse.
Bayrouxit


Notre président aurait dû méditer davantage l'annonce faite à Méchant Long qui avait lui aussi, dans un précédent scrutin, sous-estimé la durée du délai qui s'imposerait à lui avant l'annonce qu'il avait prématurément faite de sa déclaration attendue. Tous les rendez-vous prévus à  l'agenda du Premier ministre l'après-midi du mardi 19 juin 2017  et pour le lendemain, mercredi 20, ont été annulés pour qu'il puisse se consacrer entièrement à la composition du nouveau gouvernement.
 
Toute la France attendait pour mardi matin, sitôt faite l'inévitable et prévue démission du gouvernement Philippe, l'annonce du nouveau gouvernement dont on avait même jusqu'à prévoir la première réunion pour le mercredi 21, de façon à donner une image à la fois symbolique et éclatante de la rapidité et de la sûreté d'action de la présidence et de nos nouveaux gouvernants.
 
Hélas ! Trois fois hélas ! Il a fallu déchanter et la liste des ministres du nouveau gouvernement ne sera proclamée qu'après 18 heures mercredi 22 juin 2010. Le prochain remaniement ministériel, qui  devait être purement "technique", selon le porte-parole du gouvernement, sera plus important que prévu, car il est compliqué par des affaires concernant différents ministres en place, et non des moindres. Aux dernières nouvelles,  l'annonce de la composition du nouveau gouvernement pourrait être encore retardée, puisqu'on vient, il y a 7 minutes d'annoncer la démission de F. Bayrou et que M. De Sarnez hésite encore. Alors qu'il était prévu de la rendre publique avant mercredi à 18h00, la composition du nouveau gouvernement  ne sera peut-être pas communiquée avant jeudi 22 juin. Le Conseil des ministres serait alors décalé exceptionnellement à jeudi matin.
 
Deux raisons principales à ce nouveau retard : le départ de trois ministres, peut-être suivi par une autre défection, complique singulièrement le remaniement ministériel. Par ailleurs, comme pour le premier gouvernement d'Edouard Philippe, les situations des nouveaux ministres devront être examinées par la Haute autorité pour la transparence et la "moralisation' de la vie publique.
 
Ces problèmes, un peu prévisibles après le discours de François Bayrou sur le retour à la moralité, ne pourront sans doute pas tous être résolus avec l'efficacité élégante qui a permis de régler le cas délicat de Monsieur Richard Ferrand,  ministre de la Cohésion des territoires, qui a pu quitter le gouvernement Philippe dans une manœuvre que j'ai décrite hier dans son détail. Au prix d'une petite entorse à la pratique démocratique des commissions de groupe de l'Assemblée nationale, le Président Macron a en effet réussi à permettre au ministre Ferrand de laisser de côté son maroquin pour devenir Président de l'immense groupe des LREM (351 députés ; groupe majoritaire au sein de  l'Assemblée Nationale donc détenteur de tous les pouvoirs législatifs), tout en conservant (privilège des plus précieux dans son cas) le bénéfice de l'immunité parlementaire ! Bravo l'artiste !  
 
La pauvre Sylvie Goulard, ministre des Armées, s'est donc vu suggérer, ce mardi 20 juin 2017, de demander à ne pas faire partie du prochain gouvernement Philippe. L'honneur est sauf car on ne saurait lui refuser cette faveur !
 
Le sort des deux autres ministres touchés par des affaires judiciaires du même genre (François Bayrou et Marielle de Sarnez) à été plus difficile à établir. Le Secrétaire Général du parti "Les Républicains", Bernard Accoyer, a en effet "exigé" dans un communiqué que le ministre de la Justice François Bayrou et la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez démissionnent aussi, comme Sylvie Goulard. B. Accoyer  estime que ces ministres sont tous  "impliqués au même titre" dans "l'affaire" des emplois présumés fictifs du MoDem. Même si cette perspective n'est pas pour déplaire à notre Président, F. Bayrou qui a tant attendu un tel jour n'a guère goût pour la démission et peine à se laisser convaincre !
 
On glose du même coup sur ceux (et surtout celles) qui pourraient entrer dans le futur gouvernement Philippe (ce dernier ne semblant pas menacé lui-même).
 
Le Président Macron a dû ainsi recevoir Jean-Pierre Raffarin à 17 heures mardi 21. Il se murmure que l'ex-Premier ministre de Jacques Chirac, pourrait pourvoir l'un des postes laissés vacants par les départs. Selon Ie Figaro et Le Parisien, Thierry Solère, nouvel élu de la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, pourrait entrer dans le nouveau gouvernement Philippe. Après avoir vu le Président il y a quelques jours, il est passé en effet en fin de matinée à Matignon pour rencontrer le Premier ministre. NKM qui pleurniche de se retrouver au chômage est sans doute sur les rangs suite aux démissions nouvelles et serait parfaite dans le tableau !  

Robert Chaudenson







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 18:32 Ménard, l’inhumanité sans frontières












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Une étude du CNRS a été nécessaire pour démontrer les discriminations au logement @LempereurJust https://t.co/xdFKAeuzCl
Samedi 16 Décembre - 12:26
Les répliques : Le SMIC va augmenter de 1,24 % au 1er janvier 2018 passant de 9,76 euros brut à 9,88 euros brut de l'heure, soit un… https://t.co/irGM1Xy3UY
Samedi 16 Décembre - 11:22
Les répliques : Cette semaine, les sénateurs votaient une augmentation de 40% de la rémunération des maires des grandes villes et d… https://t.co/ZY9NzztMFv
Samedi 16 Décembre - 09:51
Les répliques : Impression de ne pas être utiles, moins payés que dans la vie civile.. "le coup de blues" de certains députés… https://t.co/ygwWVKWmoq
Vendredi 15 Décembre - 13:13



Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin