les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Dimanche 6 Janvier 2019

Acte VIII : un policier - un boxeur



Samedi à Paris lors de l'acte VIII des gilets jaunes, un homme boxeur de formation, a asséné plusieurs coups de poing à des gendarmes mobiles équipés de protections.

Au même moment à Toulon, un policier haut gradé promu de la légion d'honneur le 1er janvier dernier, n'avait rien à envier au boxeur en assénant les mêmes coups à des manifestants dont un en particulier sans défense dos au mur.

Le boxeur a depuis été interpellé et relâché. Le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs indiqué qu'il "devra rendre compte de cette attaque aussi lâche qu'intolérable." Le policier lui n'est pas inquiété.


Côté boxeur : 

Dans la journée du samedi 5 janvier le secrétaire d'État Laurent Nunez avait affirmé sur BFMTV que cet homme qui avait boxé plusieurs gendarmes allait faire l'objet de "nombreuses investigations". 

"Croyez bien que cet individu nous allons le retrouver" a t-il prévenu.

La vidéo du boxeur :
 



Les explications du boxeur dans une vidéo postée lundi 7 janvier sur facebook avant sa garde à vue où il s'est rendu de lui même :
 


Côté policier : 

​Le policier lui, est libre et continue d'exercer sans être inquiété. Le procureur de la République a même estimé qu'il s'agissait d'une réaction "proportionnelle à la menace".

La vidéo du policier :
 


Un peu plus tard, la réponse du policier suite à ses directs-crochets-uppercuts assénés aux gilets jaunes dont un homme dos au mur bras le long du corps et plusieurs personnes âgées : "déposez plainte, j'suis commandant !" 

Très serein, l'homme n'a visiblement pas grand chose à craindre :
 



L'homme frappé, qui ne porte pas de gilet jaune, était en possession d'un tesson de bouteille selon le policier qui explique avoir d'abord envoyé un coup sur la main de cet homme, en-dessous du niveau du visage, "pour lui faire lâcher le tesson".

Et de rajouter "je lui donne deux autres coups, car je ne sais pas s'il a lâché le tesson"  (Var Matin).


Les Répliques 
 
Soutenez-nous sur Tipeee  :  







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Lundi 10 Décembre 2018 - 16:47 CICE : où en sommes-nous sur l'emploi ?




Rejoignez-nous sur Facebook



Inscription à la newsletter

Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Les derniers tweets



Interview populaire

Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Ancienne interne des hôpitaux de Paris, Sabrina Ali Benali est actuellement médecin remplaçante dans une association de permanence de soins 24h/24 : Les urgences médicales de Paris.

Elle est particulièrement engagée sur les questions de santé "pour la défense des conditions de travail des personnels soignants et surtout d'un accueil digne et humain des patients".

Elle publie aux éditions Cherche Midi Editeurs La révolte d'une interne : santé, hôpital, état d'urgence, préfacé par le Docteur Christophe Prudhomme médecin urgentiste.

Sabrina Ali Benali connue du grand public pour sa vidéo virale sur la sitaution d'urgence à l'hôpital public, visionnée 12 millions de fois sur Facebook en janvier 2017, a accepté de répondre à nos questions.
Sabrina Ali Benali : La révolte d'une interne - Interview

Les répliques
03/12/2018