les répliques intellectuellement engagées
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Jeudi 2 Mars 2017

17 interventions en une semaine : Barbier aime Macron

Par Capucine Truong. Arrêt sur Images.



Mais quelle semaine, Christophe! Du 19 au 24 février, la fringante écharpe rouge de Christophe Barbier, éditorialiste de l’Express et de BFMTV, s’est promenée sur nos écrans pas moins de 17 fois. Deux sur France 2 et deux sur France 5, et… treize fois sur BFMTV ! L’éditorialiste préféré de la chaîne en a profité pour jouer d’une petite musique particulière : en quatre mots, Emmanuel Macron lui plaît.

 

Christophe Barbier est séduit par Emmanuel Macron. Pour quiconque aurait eu l'idée de passer sa semaine devant son écran de télé, aucun doute. Les quelque 17 interventions de l'éditorialiste sur trois chaînes différentes, en seulement six jours en témoignent.
 

Dès dimanche, Barbier est au 13h15 de Laurent Delahousse: selon lui, "les gens ont envie de changer de système, ils en ont assez du clivage droite-gauche. Ils ont envie d’essayer un modèle mondialiste: la mondialisation heureuse c’est Emmanuel Macron, face à un modèle souverainiste plus identitaire, c’est Le Pen." Le mardi, il s’emballe sur les propositions du candidat sur la santé, saluant un projet "extrêmement ambitieux de total remboursement, qui essaye de montrer" - c’est déjà ça – "que le social libéralisme permettra à chacun d’être mieux soigné."
 

Et en plus, Macron a des idées. "Qui défend l’Europe aujourd’hui parmi les présidentiables ?" demande Barbier le jeudi matin sur BFMTV. "Macron! Il est le seul. Qui dit: il faut dépasser le clivage droite gauche, non pas ni droite ni gauche à la Le Pen mais et droite et gauche ? Bayrou en 2001, Macron en 2017." D’ailleurs, toujours selon Barbier, Bayrou ne pourrait prendre une meilleure décision que de le rejoindre illico. "Si François Bayrou veut être révolutionnaire, il soutiendra Emmanuel Macron" assure-t-il le mercredi sur la même chaîne. Car, "pour l’instant, c’est Emmanuel Macron qui incarne le plus le côté nouveau."
 

Chez Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin pour présenter son programme économique, Emmanuel Macron a donné du grain à moudre à l’éditorialiste. Celui-ci est sur le plateau de la Première Edition et commente déjà un projet "hybride", puis, vingt minutes plus tard, "habile". "Il s’agit d’enlever des mauvaises dépenses pour remplacer des dépenses d’investissement." Il lui trouve même des ressemblances avec celui d’Alain Juppé sur la diminution du nombre de fonctionnaires ! Rien à dire: c’est "extrêmement ambitieux!"
 

Ah, le "poison lent" du journalisme


Capucine Truong
Arrêt sur Images







1.Posté par Alfred Leblanc le 03/03/2017 11:35

Moi j'aime Barbier et je voterai Macron donc tant mieux si la parole de Macron est un peu relayée, la présence d'En Marche dans les médias est inférieure à celles des parties classiques je vous rassure.

2.Posté par florian le 11/03/2017 19:58

Triste qu'autant de gens soit hypnotisés par Macron. A la mi 2016, selon un sondage, plus de 60% des francais était opposés à sa candidature.
http://www.boursorama.com/actualites/rpt-sondage-34-des-francais-souhaitent-macron-candidat-en-2017-f2112252e5f2dd4ccb774ea983c1e801

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Dimanche 27 Janvier 2019 - 10:07 Acte XI : nouvelles violences policières




Rejoignez-nous sur Facebook


Article populaire

SDF : 433 morts en 2018

Publié initialement le 20/12/2018
Mise à jour le 3/01/2019

L'an dernier en France, au moins 403 SDF seraient morts dans la rue selon le collectif "Les morts de la rue" qui dévoilent chaque année une liste de décès de personnes qui ont vécu un moment ou l'autre à la rue.

Selon le collectif toujours, l'année 2018 s'est achevée avec le chiffre terrifiant de 433 SDF décédés dans les rues de France.

Comment ne pas s'émouvoir face à ce terrible constat ? Malgré les promesses d'un président jupitérien en 2017, rien n'a vraiment changé. Au contraire, la situation s'est empirée.
SDF : 433 morts en 2018


Inscription à la newsletter




Interview populaire

Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Depuis quelques années maintenant, le comédien Matthieu Longatte 31 ans alias Bonjour Tristesse publie régulièrement des vidéos sur Youtube où il incarne un personnage très en colère contre le système politique : "une espèce de synthèse enragée de la b**se politique actuelle" comme il l'explique.

Et ses vidéos cartonnent ! Plusieurs centaines de milliers de vues pour la plupart, des millions pour d'autres !

"J'humilie verbalement les politiques qui détruisent l'idéal démocratique", assène Matthieu, gueule d'ange en décalage total avec son personnage braillard au débit intense et remonté.

Mais d'où vient ce style atypique à la fois engagé et exacerbé contre le système ? Nous sommes allés à la rencontre de Bonjour Tristesse qui a bien voulu répondre à nos questions.
Rencontre avec Matthieu Longatte alias Bonjour Tristesse

Les répliques
29/12/2018