Mercredi 10 Août 2016

Sur France inter, plutôt le Front national que le Front populaire

Par Julien Salingue.



Source image : France Inter
Source image : France Inter
Revue de presse.

Service public ou service après-vente de l’extrême-droite ?

Pendant l’été, les auditeurs de France inter peuvent, chaque midi, écouter « Le débat de midi », émission de près d’une heure animée par Thomas Chauvineau. Les thèmes sont variés : « Obama a-t-il fait un bon président ? » (4 juillet) ; « Comment vivre avec la menace terroriste ? » (15 juillet) ; « La bisexualité est-elle passée dans les mœurs ? » (19 juillet) ; « Le Brexit peut-il sauver l’Europe ? » (20 juillet) ; etc. Pour chaque thème, l’émission reçoit plusieurs invités : journalistes, universitaires, responsables politiques ou associatifs, etc.

Ce lundi 8 août 2016, l’intitulé du « Débat de midi » était le suivant : "Que reste-t-il du Front populaire?". Quatre invités : François Reynaert (journaliste à L’Obs), Nicole Masson (historienne), Jean Vigreux (historien) et… Florian Philippot !

Le vice-président du Front national est donc le seul responsable politique invité à l’occasion d’une émission qui se propose de répondre à la question suivante [1 ] : « L’esprit du Front populaire anime-t-il toujours la vie politique française ? ». L’espace d’un instant, nous avons cru à une mauvaise plaisanterie. Car si nous ne sommes pas de ceux qui pensent qu’il faut bannir le Front national des antennes, y compris celles du service public [2 ], inviter un représentant de l’extrême-droite pour évoquer la mémoire et l’héritage du Front populaire est pour le moins surprenant, pour ne pas dire ahurissant...

Pour lire la suite merci de cliquer ici.

Source : Acrimed.org







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 23 Septembre 2017 - 18:32 Qui sont les « États voyous » ?

Mercredi 13 Septembre 2017 - 16:46 Fainéants de tous les pays, unissez-vous !

Lundi 11 Septembre 2017 - 19:17 Pour une séparation de l’Etat et du MEDEF










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : La Sécurité sociale selon @annebourdu vice-présidente du Parti Libéral Démocrate @Vaalentiineee https://t.co/0PNEkCAPF0
Mardi 24 Octobre - 13:06
Les répliques : Selon @EmmanuelMacron le harcèlement sex c'est dans les "quartiers les plus difficiles" avait-il déclaré dans le Gr… https://t.co/j57w6Oy09q
Mardi 24 Octobre - 10:22
Les répliques : Le témoignage du chanteur Michel Sardou sur son expérience twitter @HugoTravers https://t.co/b3lFZTvLEn
Mardi 24 Octobre - 09:36
Les répliques : Lorsque @GiovannaValls soeur de @manuelvalls lui répond directement sur twitter au sujet de l'Espagne et la Catalog… https://t.co/6VkmBaPX2e
Mardi 24 Octobre - 08:09




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.