Mardi 10 Janvier 2017

Primark augmente ses salariés...d'un centime d'euro de l'heure

Revue de presse. Europe1.



Coup de massue de supplémentaire : les cadres, eux, doivent profiter d'une réelle revalorisation d'1,5% de leur salaire. 


Les salariés et les syndicats des dix point de vente français de la chaîne de magasins d'habillement irlandaise Primark, connue pour ses habits à bas prix, sont écœurés. A Marseille, le plus gros magasin, comme ailleurs dans l'Hexagone, ils viennent de découvrir le montant de l'augmentation annuelle que leur propose la direction : 1 centime de l'heure... brut !
 
"Discounteur du social". Pour les salariés de l'enseigne, le slogan est tout trouvé : Primark est le discounter du textile et du social. Pour les employés en bas de l'échelle, l'augmentation prévue s'élève à 1 centime brut de l'heure, c'est à peine mieux pour les agents de maîtrise qui plafonnent à 7 centimes bruts. Ce qui fait d'autant plus hurler les syndicats, c'est que pour les cadres, on ne parle plus de centimes mais d'une vraie revalorisation salariale : 1,5%.
 

"Du jamais vu". Pour Serge Nardelli de la CFDT, cette politique du deux poids, deux mesures est clairement discriminatoire pour un groupe qui a fait 300 millions de chiffre d'affaires en 2015 en France : "C'est insensé et indécent pour les salariés. Quand on dit 1 centime d'euro de l'heure, brut, en enlevant les charges sociales, vous voyez ce qui reste ! Sachant que dans cette population de salariés, 70% sont à temps partiel, je ne sais pas si on arrive à atteindre 1 euro dans le mois. C'est inconcevable et inacceptable. Je n'ai jamais vu ça...

Pour lire la suite cliquez ici.






Nouveau commentaire :










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Braquage de Florent Pagny : le chanteur est revenu sur cet incident marquant de sa vie @fnslca https://t.co/9v1NU00J2v
Lundi 25 Septembre - 10:00
Les répliques : Politique : les conséquences d'une défaite @NikiShey https://t.co/uuFHe0kDKu
Lundi 25 Septembre - 09:30
Les répliques : Les féministes et leur "paranoïa aiguë" @neepthyss https://t.co/IHBUTBNKP2
Lundi 25 Septembre - 08:48
Les répliques : Des nouvelles de @manuelvalls suite au rassemblement de @FranceInsoumise hier place de la Bastille https://t.co/GoQGWe2WQE
Dimanche 24 Septembre - 20:06




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.