Vendredi 1 Juillet 2016

Pilleurs d'État

Par Philippe Pascot.



"On ne le dira jamais assez, tous les parlementaires ne sont pas pourris. C'est même une minorité d'entre eux, mais force est de constater qu'ils profitent d'une mansuétude complice de la majorité de leurs collègues".

Philippe Pascot a côtoyé les élus de tout bord pendant près de 25 ans. Il recense dans cet ouvrage les abus légaux dans lesquels tombe la classe politique française : salaire exorbitant, exonération d'impôts, retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d'intérêts et d'activités "bidons" et tant d'autres petits arrangements entre amis.

Derrière une volonté affichée de transparence et de "moralisation" de la sphère politique, nos élus entretiennent leurs propres intérêts au travers de lois de plus en plus incompréhensibles, quand nous, simples citoyens, devons nous serrer la ceinture. Sans parti pris, l'auteur rend compte de ce pillage d'État et du système qui le permet.

Philippe Pascot nous entraine à la découverte de ce que nos élus cachent sous le tapis de leur exemplarité affichée et de leur moralité élastique quand elle touche à leurs privilèges. Il démontre à travers des faits concrets que le système lui-même, dans son immobilisme calculé, ne peut donner naissance qu'à des dérives illicites ou légales mais toujours totalement immorales.

Si tous nos élus ne sont pas pourris, beaucoup sont complices. Cet ouvrage recense tous les abus légaux dans lesquels se vautre sans vergogne la classe politique française, le tout dans le cadre d'une loi faite sur mesure et qu'ils connaissent sur le bout des doigts. Des faits et des actes révoltants, mis à jour sans concession mais sans esprit partisan, dans le seul but du droit à l'information pour tous.

Maire adjoint d'Évry auprès de Manuel Valls puis conseiller municipal, ancien conseiller régional, Chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot a 25 ans de vie politique derrière lui et a fréquenté la plupart des élus politiques de premier plan. Il milite pour une transparence totale de l'exercice politique et est engagé dans de nombreux combats de société (gaz de schiste, dons d'organes, création d'un orchestre philarmonique dans la banlieue de Kinshasa..)

Pour vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :
 
 

Les répliques






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : .@BrunoLeMaire ministre de l'Economie et des finances justifie ses choix budgétaires et les réformes du quinquennat… https://t.co/EeOXn8uthG
Mardi 19 Septembre - 16:27
Les répliques : Ouverture de la #chasse saison 2017/2018 le week-end dernier @marie_caramelle @sarahmghr https://t.co/wgahuIIXTa
Mardi 19 Septembre - 09:44
Les répliques : #PMA : pas avant 2018 alors que le Comité consultatif national a déjà rendu un avis favorable sur la question en ju… https://t.co/zf0KGxF5Yt
Mardi 19 Septembre - 08:16
Les répliques : #CouscousGate : "islamisation", "financement de la charia", "trolls islamo-gauchistes" les militants FN s'étripent… https://t.co/tlmYgivylj
Lundi 18 Septembre - 09:07




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.