Jeudi 21 Septembre 2017

Philippot : premier retour sur une hallucination collective

Par Daniel Schneidermann - Arrêt sur images.



Fin de l'histoire. Après avoir été démis la veille de sa délégation "à la stratégie et à la communication" du parti par Marine Le Pen, et cantonné donc, selon ses termes à lui, à un poste de "vice-président à rien", Florian Philippot annonce ce matin sur le plateau de France 2 qu'il quitte le Front National.


Sans doute au moins dans un tout premier temps, on le verra et on l'entendra autant, sinon davantage qu'avant. Les medias adorant les vaincus et les bannis, leur petit coeur blessé, leur parole si libre. Sauf que son temps de parole n'étant plus décompté FN dans les grands registres du CSA, il faut prévoir à moyen terme une raréfaction sur les plateaux qui l'aimaient tant.

Ainsi se referme la parenthèse de cette étrange illusion collective (je ne dis pas "universelle") nommée "dédiabolisation du FN", dont Philippot fut le principal artisan. Comme dans toutes les hallucinations collectives, ou les légendes urbaines, auteurs et victimes se confondent souvent, et les hallucinés sont les plus efficaces propagateurs de l'hallucination. N'empêche qu'on peut tenter d'isoler la part qu'y prirent les medias. Cette étude a d'ailleurs été largement entamée, depuis des années, par plusieurs chercheurs, dont Alexandre Dézé,dont nous avions exposé les conclusions en 2013.  Sondages aux présentations mensongères et manipulées (les réponses à une question "estimez-vous que le FN devrait être considéré comme un parti comme les autres ?" sont traduites dans les titres des journaux par "pour 52% des Français, le FN est un parti comme les autres") ; multiplication dans les journaux télévisés de micro-trottoirs des "nouveaux électeurs" du FN : les techniques étaient multiples, et convergentes.

La plus efficace fut certainement le matraquage-Philippot, avec son air de compétence, et son impeccable discours de souverainiste de gauche, façon Chevènement. Ainsi se construisit en plusieurs années l'image d'un parti raisonnable, pacifié, compétent, désireux d'accéder au pouvoir. Image que Marine Le Pen, et elle toute seule, dynamita en deux heures, lors du débat présidentiel d'entre deux tours, comme le constate ce matin lui-même, avec une cruauté certainement involontaire, le dirigeant mariniste (et compagnon de la patronne), Louis Aliot.

Daniel Schneidermann
Arrêt sur Images

 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Jeudi 16 Novembre 2017 - 10:39 Que peut-on encore critiquer ?












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : .@hugoclement horrifié par un fait divers dramatique au Maroc @FeizaBM https://t.co/mbznmIDx3R
Lundi 20 Novembre - 13:26
Les répliques : Marine Le Pen est "fondamentalement opposée à l'Union Européenne" 🇪🇺 https://t.co/1KGJjsB9df
Lundi 20 Novembre - 12:31
Les répliques : Vif échange entre Yann Moix et Aymeric Caron samedi soir dans @ONPCofficiel https://t.co/hvLB9xatJU
Lundi 20 Novembre - 09:15
Les répliques : Pas de paradis fiscal dans l'Union Européenne selon @pierremoscovici commissaire européen aux Affaires économiques… https://t.co/ibZQDgez9X
Dimanche 19 Novembre - 21:07




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin




 
Nos partenaires