Lundi 22 Mai 2017

Nous (aussi) sommes la nation

De Marwan Muhammad.



Directeur du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), créé en 2003, Marwan Muhammad livre ici son analyse de l'évolution récente de la société française. Il fait part également de ses inquiétudes comme de ses espoirs. Le simple fait de prononcer le mot « islamophobie » provoque chez certains responsables politiques et médiatiques français des crises d'urticaire. Comme s'ils n'avaient pas constaté que les musulmans étaient la cible d'attaques de plus en plus violentes. Comme si le simple fait de dénoncer les injustices et le racisme qui frappent des millions de Français vous rendait complice des pires terroristes. Marwan Muhammad entend sortir de ce piège, de ces chantages et de ces fantasmes. Revenant sur sa propre trajectoire de Français de confession musulmane et expliquant sans fioritures la mission que s'est fixée le CCIF, une mission à la fois modeste et ambitieuse, ce texte dégonfle utilement les « polémiques » souvent absurdes, mais toujours révélatrices, dont sont l'objet les musulmans, ainsi que les acteurs de la lutte contre le racisme et l'islamophobie.

Face aux nostalgiques qui érigent le passé en projet d'avenir, Marwan Muhammad propose de travailler à une société plus juste, plus optimiste, dans laquelle celles et ceux qui sont toujours mis au ban de la société sont sommés de rassurer les autres en répétant chaque jour : « Nous (aussi) sommes la Nation ! »  Une société où il ne viendrait plus à personne l'idée d'en douter.    Marwan Muhammad est statisticien et militant associatif. Il rejoint le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) en 2010, avant d'en devenir le directeur en 2016

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :

 


Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:10 Rester fort

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Mardi 16 Mai 2017 - 11:34 Calais mon amour










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Le lien ↗️ immigration et viols selon @nicolasbayfn vice président du @FN_officiel, c'est "évident" https://t.co/6CfiWsIAX2
Mercredi 18 Octobre - 20:14
Les répliques : .@BrunoLeMaire revendique "haut et fort" les allégements fiscaux en particulier pour les 1000 premiers contributeur… https://t.co/OvYCiSWe4L
Mercredi 18 Octobre - 17:15
Les répliques : Un cadre supérieur du magazine @Valeurs aurait détourné "entre 5 et 7 millions d'euros" @gblardone https://t.co/FH2KsviZg7
Mercredi 18 Octobre - 08:59
Les répliques : Selon @PierreGattaz il faut être sûr que les chômeurs recherchent bien du travail et évoque "le contrôle journalier… https://t.co/5984YEquTK
Mercredi 18 Octobre - 08:33




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.