Mercredi 1 Juin 2016

Mourir pour des idées

Georges Brassens.



Cette chanson illustre la facette engagée, antimilitariste de Brassens, ainsi que sa défiance envers toute idéologie : refusons de suivre aveuglément tel ou tel étendard, celui des sectes porteuses d'idées belliqueuses et que l'on « voit venir avec leurs gros drapeaux ».

Les répliques






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 21 Avril 2017 - 11:00 "Offre d'emploi" par Mylonite

Lundi 27 Mars 2017 - 09:39 Dissonance cognitive - par Mylonite










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : La Sécurité sociale selon @annebourdu vice-présidente du Parti Libéral Démocrate @Vaalentiineee https://t.co/0PNEkCAPF0
Mardi 24 Octobre - 13:06
Les répliques : Selon @EmmanuelMacron le harcèlement sex c'est dans les "quartiers les plus difficiles" avait-il déclaré dans le Gr… https://t.co/j57w6Oy09q
Mardi 24 Octobre - 10:22
Les répliques : Le témoignage du chanteur Michel Sardou sur son expérience twitter @HugoTravers https://t.co/b3lFZTvLEn
Mardi 24 Octobre - 09:36
Les répliques : Lorsque @GiovannaValls soeur de @manuelvalls lui répond directement sur twitter au sujet de l'Espagne et la Catalog… https://t.co/6VkmBaPX2e
Mardi 24 Octobre - 08:09




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.