Mercredi 7 Septembre 2016

Ménard et la clochardisation du débat public

Par Ramsès Kefi.




Revue de presse.
 

Depuis deux ans et des poussières qu’il est maire de Béziers, Robert Ménard dit n’importe quoi. Il a trouvé un créneau imparable : l’insulte à l’endroit des étrangers, des Français un peu trop bronzés pour ses critères et, bien sûr, des musulmans. Par les temps qui courent, cette niche-là - celle de la peur et de l’angoisse - assure une tribune de fait. Trop souvent, le journaliste appelle cela «dérapage» ou «provocation», ce qui atténue la portée dangereuse de la parole intrinsèquement raciste.
 

Non pas qu’il faille prêter à Ménard une influence exceptionnelle, mais il n’est jamais bon d’habituer et de trop exposer les yeux et les oreilles à ce genre de propos...

Pour lire la suite merci de cliquer ici.

Source : Liberation.fr







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Dimanche 6 Août 2017 - 18:50 Emmanuel Macron : Jupiter ou turlupin ?

Jeudi 20 Juillet 2017 - 18:33 Parler vrai aux puissants... et à nous tous










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : De retour très vite.. 😉 https://t.co/7rpds7tcke
Mercredi 16 Août - 19:37
Les répliques : Le conseil du jour vous est proposé par @lepenjm @BCY1 https://t.co/PPOJ2CX5In
Mercredi 16 Août - 15:23
Les répliques : "Je ne suis pas raciste mais..." @LucLaccassagne https://t.co/u1AeNcYdeV
Mercredi 16 Août - 09:01
Les répliques : Des migrants finissent leur périple méditerranéen sur une plage en Espagne @iamroxanepope https://t.co/tVgnYSOIQ5
Mardi 15 Août - 16:04




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.