« Je veux être présidente de la République française, pas de la Commission européenne, je considère que l’UE a fait beaucoup de mal à notre pays et à notre peuple, en matière économique, sociale, de disparition des frontières… » s'est justifiée la présidente du Front national.

« Ça sera ma première mesure : rendre leurs frontières nationales aux Français », a-t-elle ajouté.