Jeudi 16 Mars 2017

Lourde défaite pour l'extrême droite aux Pays-Bas

Par Vilmauve.



L'extrême droite chute, battu nettement par le Parti populaire libéral. Une fois de plus, la participation a été un élément-clé sur la défaite de l'extrême droite.


Déception pour le leader anti-islam et anti-immigration d'extrême droite Geert Wilders qui espérait créer la surprise ce mercredi lors des législatives, et incarner la troisième rébellion antisystème réussie d'Occident après le Brexit et la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. 

Battu nettement par le Parti populaire libéral et démocrate (VVD, droite) du premier ministre Mark Rutte, qui a emporté haut la main, mercredi, les élections législatives aux Pays-Bas, restant le premier parti à la Chambre basse. Les Néerlandais se sont massivement rendus aux urnes. Le taux de participation est estimé à 81 %, contre 74,6 % lors de la dernière élection en 2012, selon la NOS. 

Une fois de plus, la participation est un élément-clé qui est synonyme de défaite pour l'extrême droite (là-bas, comme ici).
 

À la soupe, Geert Wilders s'est déjà positionné en se déclarant prêt à gouverner «si cela est possible», bien que l'ensemble des autres partis aient exclu une telle collaboration. 

Les propositions très radicales de Wilders, qui proposait d'interdire le Coran, de fermer toutes les mosquées et de sortir de l'Union européenne, qualifiée d'État nazi, ont visiblement fini par faire peur à une société hollandaise jusqu'ici connue pour sa tempérance, et le profit économique qu'elle tire de sa position dans l'Union européenne. 

Le président François Hollande en a fait de même en saluant une «nette victoire contre l'extrémisme». «Pays-Bas, ô Pays-Bas, vous êtes des champions», a déclaré en néerlandais Peter Altmaier, chef de la chancellerie fédérale, sur Twitter. «Félicitations pour ce résultat fantastique.»

Vilmauve







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 23 Septembre 2017 - 18:32 Qui sont les « États voyous » ?

Mercredi 13 Septembre 2017 - 16:46 Fainéants de tous les pays, unissez-vous !

Lundi 11 Septembre 2017 - 19:17 Pour une séparation de l’Etat et du MEDEF










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Braquage de Florent Pagny : le chanteur est revenu sur cet incident marquant de sa vie @fnslca https://t.co/9v1NU00J2v
Lundi 25 Septembre - 10:00
Les répliques : Politique : les conséquences d'une défaite @NikiShey https://t.co/uuFHe0kDKu
Lundi 25 Septembre - 09:30
Les répliques : Les féministes et leur "paranoïa aiguë" @neepthyss https://t.co/IHBUTBNKP2
Lundi 25 Septembre - 08:48
Les répliques : Des nouvelles de @manuelvalls suite au rassemblement de @FranceInsoumise hier place de la Bastille https://t.co/GoQGWe2WQE
Dimanche 24 Septembre - 20:06




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.