Dimanche 9 Octobre 2016

Libérez votre cerveau !

Par Idriss Aberkane.



Notre cerveau est plus grand que toutes ses créations. Ce n’est pas à notre cerveau de s’adapter à nos créations, mais l’inverse. De la médecine à la politique, du marketing à l’éducation, appliquer ce principe, c’est se changer soi-même... et changer le monde.

Notre société brasse aujourd’hui une quantité gigantesque de connaissances et, malgré tout, ne produit que très peu de sagesse. Or une civilisation qui produit beaucoup de savoirs sans sagesse est vouée à l’autodestruction. L’ouvrage traite en particulier de la neuroergonomie, la science qui étudie le cerveau au travail.

De l’école au bureau, ou en ville, le potentiel de cette nouvelle science est immense, aussi bien socialement qu’économiquement. Il décrit précisément notre cerveau, ses capacités, ses limites, ses points aveugles, et les moyens connus de l’utiliser au mieux. Des cas récents nous démontrent en effet à quel point l’usage de notre cerveau est perfectible : des calculateurs prodiges parviennent à calculer la racine treizième d’un nombre à cent chiffres en moins de quatre secondes. Or ils ont le même cerveau que nous ! La différence réside donc dans leur manière de l’utiliser, et en particulier dans leur capacité à répartir la charge cognitive sur plusieurs fonctions de leur esprit. 

Cette capacité, Idriss Aberkane nous explique comment nous pourrions tous la maîtriser.

Spécialiste des neurosciences Idriss Aberkane est titulaire de trois doctorats, dont un en neurosciences. Il a également donné plus d'une centaine de conférences sur quatre continents et conseille plusieurs gouvernements sur leur système éducatif. Il est aussi éditorialiste au Point.

Pour vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :
 
 

Les répliques






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 20 Mai 2017 - 11:10 Le miroir de Damas

Samedi 5 Novembre 2016 - 11:54 Chanson douce - Goncourd 2016

Samedi 5 Novembre 2016 - 07:03 Babylone - Renaudot 2016










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : La Sécurité sociale selon @annebourdu vice-présidente du Parti Libéral Démocrate @Vaalentiineee https://t.co/0PNEkCAPF0
Mardi 24 Octobre - 13:06
Les répliques : Selon @EmmanuelMacron le harcèlement sex c'est dans les "quartiers les plus difficiles" avait-il déclaré dans le Gr… https://t.co/j57w6Oy09q
Mardi 24 Octobre - 10:22
Les répliques : Le témoignage du chanteur Michel Sardou sur son expérience twitter @HugoTravers https://t.co/b3lFZTvLEn
Mardi 24 Octobre - 09:36
Les répliques : Lorsque @GiovannaValls soeur de @manuelvalls lui répond directement sur twitter au sujet de l'Espagne et la Catalog… https://t.co/6VkmBaPX2e
Mardi 24 Octobre - 08:09




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.