Mercredi 19 Avril 2017

La surproduction d'huile de palme : la société LU visée par une campagne I-Boycott



Nous relayons la campagne de boycott lancée par notre partenaire I-Boycott  ce mois-ci concernant l'exploitation de l'huile de palme par la société LU et les graves conséquences qui en découlent sur l'environnement et les droits humains : déforestations, anéantissement des sols, des animaux, de la biodiversité et les diverses maladies.

 

"Depuis maintenant plusieurs années, l'huile de palme se retrouve dans plus de la moitié de nos produits en supermarché. Des biscuits au shampoing en passant par le biocarburant, cette huile a envahi les étalages grâce a son bon rendement et son prix peu coûteux. 
 

Pourtant l'huile de palme est loin  d’être la solution pour une meilleure alimentation. En effet, celle-ci est responsable de la déforestation  de masse en Indonésie et en Malaisie d'où 90 % de l'huile de palme provient. Les forêts sont brûlées ou rasées pour laisser place aux plantations de palmiers à huile et cela n'est pas près de changer. 52 millions de tonnes ont été produites l'année dernière et cela pourrait atteindre les 150 millions de tonnes d'ici 2050 avec la Chine et l'Inde très demandeurs.

Une biodiversité unique est gravement touchée par ces plantations. L'orang-outan disparaîtra dans 10 ans si rien ne change. De plus, ces plantations affectent les habitants du pays notamment à cause des brûlis qui ont causé plus de 500 000 cas de problèmes respiratoires en 2015.  


ll y a quelques mois, le gouvernement français a abandonné l'idée de taxer l 'huile de palme en raison des pressions diplomatiques entre les deux pays. Cela met donc en évidence quel  seuls nous,  consomm'acteurs pouvons faire changer les choses.


LU, entreprise française de biscuits depuis 170 ans, utilise de l'huile de palme dans une grande partie de sa gamme de produits. Depuis quelques années, LU a fait des progrès en utilisant de l'huile de palme « durable RSPO », c'est-à-dire une huile qui doit éviter au maximum la déforestation. Sur le papier cela est juste, mais en réalité ce programme n'est guère fiable car celui-ci a été créé par les entreprises sans aucune participation des communautés donc il n'est pas indépendant et neutre ce qui fait qu'en cas de faute, les condamnations sont pour ainsi dire inexistantes...(aucune plainte n'a abouti depuis sa création.) De plus, selon des associations sur le terrain, l'industrie de l'huile de palme pousse les propriétaires terriens à déforester et à planter du palmier pour par la suite acheter leur récoltes. Dans ce schéma-là, ils peuvent mettre en avant qu'il n'ont pas déforesté... Le programme RSPO donne donc plus de possibilité à l'entreprise dans l’accaparement de terres. Comme si cela ne suffisait pas, l'huile de palme utilise du paraquat, un pesticide très nocif (interdit en Europe) qui assèche les terres. Après 20 ans d'utilisation, la terre n'est plus praticable, les entreprises vont donc planter sur d'autres terrains en attaquant à nouveau la forêt. Cette année la RSPO est allé plus loin en instaurant RSPO NEXT, une fois de plus l'idée est bonne mais en réalité cela est très peu efficace.Le programme est toujours instauré par RSPO et donc n'est pas en mesure de tenir un discours neutre face aux entreprises. En juin 2016, PanEco une ONG membres de la RSPO a quitté l'organisation en dénonçant son inaction et son manque d'intégrité.  Tant que notre demande en huile de palme de baissera pas, les forêts vierges seront toujours en danger quelques soient les programmes mise en place.

De plus, en ce qui concerne la santé, l'huile de palme n'est pas bon élève.En effet, selon une récente étude de la EFSA (European Food Safety Authority) l'huile de palme transformée contient des contaminants génotoxiques et cancérigènes formés au cours de son raffinage.

"L’EFSA a évalué les risques sanitaires associés aux substances toxiques se formant lors du raffinage à chaud (environ 200°C) des huiles végétales.

L’huile de palme raffinée est particulièrement pointée du doigt à cause de sa teneur très élevée en esters glycidyliques d’acides gras (GE), 3-MCPD et 2-MCPD". Une étude d'autant plus inquiétante pour l'entreprise Lu car sa clientèle est jeune."  

I-Boycott


Pour participer à cette campagne, tout se passe ici ! À l'heure actuelle 12324 personnes ont déjà signé et LU a été informé de l'opération.

La société a été invité à transmettre une réponse et en fonction de celle-ci, les boycottants pourront choisir s'ils arrêtent ou maintiennent l'action. I-Boycott souhaitant entreprendre "un dialogue constructif".


Pour corroborer et comprendre le problème de l'huile de Palme, voici également une courte vidéo proposée par Amnesty International :
 


Les répliques

 








1.Posté par GOY Gilles le 23/04/2017 15:56

Pour que cesse cette tromperie honteuse envers l'humain & la pratique inqualifiable de toutes ces sociétés génératrices & consommatrices de l'huile de palme.

STOP À LA DÉFORESTATION !

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 9 Août 2017 - 14:03 Le bon et le mauvais réfugié










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : De retour très vite.. 😉 https://t.co/7rpds7tcke
Mercredi 16 Août - 19:37
Les répliques : Le conseil du jour vous est proposé par @lepenjm @BCY1 https://t.co/PPOJ2CX5In
Mercredi 16 Août - 15:23
Les répliques : "Je ne suis pas raciste mais..." @LucLaccassagne https://t.co/u1AeNcYdeV
Mercredi 16 Août - 09:01
Les répliques : Des migrants finissent leur périple méditerranéen sur une plage en Espagne @iamroxanepope https://t.co/tVgnYSOIQ5
Mardi 15 Août - 16:04




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.