Mardi 9 Mai 2017

La guerre des civilisations n'aura pas lieu

Par Raphaël Logier.



 
Le concept de « choc des civilisations » est devenu un lieu commun lorsqu’il s’agit de parler de géopolitique, de religion ou d’identité nationale. Raphaël Liogier nous montre que ce n’est qu’un leurre face à la réalité de la civilisation globale née de l’intensification des échanges planétaires. Les usages techniques, les pratiques alimentaires et les cursus universitaires se sont uniformisés. Images, musiques et émotions font désormais le tour de la planète.
 

En dépit de l’existence de postures antagonistes et extrémistes qui peuvent s’appuyer sur des idéologies religieuses et politiques, les croyances essentielles des hommes sont de moins en moins des facteurs d’oppositions de valeurs. L’ensemble des religions sont, à des degrés divers, traversées par trois tendances nées de la mondialisation : le spiritualisme, le charismatisme et le fondamentalisme. Ce qui n’empêche pas qu’au sein de cette civilisation unique les disparités socio-économiques abyssales et les angoisses identitaires contagieuses génèrent des formes de violence inédites caractéristiques, entre autres, d’un nouveau terrorisme.

Raphaël Liogier lance un appel pressant à penser la porosité des frontières et la disparition de la figure de l’Autre radical, l’étranger qui se situait jadis au-delà de notre espace de vie. Comment les identités individuelles et collectives peuvent-elles se définir et coexister dans un monde sans vraies frontières ? Un essai vigoureux pour combattre les préjugés, et mieux comprendre le monde qui nous entoure.

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous : 
 

 
 
 Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:10 Rester fort

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Lundi 22 Mai 2017 - 12:20 Nous (aussi) sommes la nation










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : .@MLP_officiel s'est expliquée sur son son augmentation en tant que présidente du @FN_officiel https://t.co/PQp8IqMHgt
Samedi 21 Octobre - 11:58
Les répliques : Une marque de protections hygiéniques représente pour la première fois les menstruations avec du rouge plutôt que d… https://t.co/9yGYSzVxXw
Samedi 21 Octobre - 10:37
Les répliques : 571 c'est exactement le nombre de bidonvilles sur tout le territoire français @ArnaudDuranthon https://t.co/ENEkz9YGjC
Samedi 21 Octobre - 09:45
Les répliques : .@gerardcollomb minimise le "sérieux" des membres du groupuscule d'extrême-droite qui préparait plusieurs attentats… https://t.co/6xlkxIbCrq
Vendredi 20 Octobre - 13:40




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.