Samedi 16 Septembre 2017

L’homicide de 100.000 ouvriers par le patronat français bénéficiera bien d’une impunité totale

Par François Serrano - L'Impertinent.



De nouvelles (non)décisions de justice hier allant encore une fois dans le sens d’un non-lieu général pour les responsables du désastre de l’amiante … Les unes après les autres, toutes les tentatives de poursuivre pénalement sont enterrées par la « justice de notre pays » : justice de classe en laquelle nous sommes censés « faire confiance ». Peut-on réellement s’en étonner, tant la criminalité en col blanc – celle des entreprises et de leurs dirigeants – bénéficie d’une omerta et d’une impunité systémique dans notre pays, comme d’ailleurs à peu près partout dans le monde ?


Pendant des décennies le gratin du patronat français – ses organisations syndicales, Saint-Gobain, Ferodo/Valeo, Eternit mais aussi de multiples entreprises dans le bâtiment, les chantiers navals, etc – maintiendra l’exposition cancérogène massive à l’amiante de ses ouvriers – et ce en parfaite connaissance de cause scientifique depuis les années 30 jusqu’en 1997 – avec la complicité des pouvoirs publics, et par un travail de lobbying aussi efficace que mortifère impliquant aussi des « scientifiques » et même des syndicalistes (bravo) au sein du sinistre Comité Permanent Amiante.
 
L’amiante fera au total 100.000 morts jusqu’en 2025, essentiellement des ouvriers que leurs patrons auront sciemment conduit à l’abattoir. Jusqu’à cette date, 3.000 morts par an : à titre de comparaison il y a eu 892 homicides, attentats compris, en 2016.
Pourtant ce soir aux informations on ne montrera pas la dizaine d’ouvriers qui seront morts aujourd’hui, asphyxiés dans d’atroces souffrances et dans le plus total anonymat. Ou leurs familles dévastées et encore sous le choc des non-lieux de la journée. Pas plus qu’on ne montrera ceux de demain. Ou qu’on a montré ceux d’hier.
 
On n’interviewera pas en prime time – ou en mode télé réalité non plus, c’est dommage ça pourrait pour une fois servir à quelque chose –  la centaine de travailleurs qui auront appris aujourd’hui qu’ils ont attrapé un cancer professionnel : car l’amiante n’appartient pas au passé, les maladies professionnelles contemporaines suivent exactement la même logique statistique techno-managériale, traitée en toute confidentialité par des experts en col blanc – experts surtout en homicides légalisés – en dehors de tout débat de santé publique, dont sont exclus par leur nature véritablement infra-humaine les travailleurs.
 


 
On ne placardera pas partout sur le net – comme se plaît la Fachosphère, imitée désormais par les grands médias pour d’autres crimes plus spectaculaires et visiblement plus intéressants – les portraits de tous ces hommes blancs cravatés d’un certain âge, qui sont les responsables de ces meurtres de masse : et en réunion.
 
Personne ne parlera du communautarisme des riches de France, et de sa grande maitrise de l’art de tuer en toute impunité ses travailleurs français quotidiennement, en faisant jouer à plein les copinages divers et variés dans ses ghettos bien fermés.
 
Le gouvernement Macron, succursale administrative du MEDEF, continuera ainsi à démolir les CHSCT, qui sont un des rares lieux de résistance à la démolition physique totale des travailleurs : on voit mal d’ailleurs en quoi cela va créer de l’emploi, à part celui peut-être requis pour le remplacement des travailleurs qui vont littéralement mourir au travail. La DRH de France SA Pénicaud est d’ailleurs bien conseillée en cela par Marc Ferracci, grand ami de Macron comme il est l’est de son père Pierre Ferracci, patron du cabinet Secafi-Alpha  censé pourtant conseiller les élus des CE et les CHSCT (ça ne s’invente pas). Belle amitié visiblement qui permet également l’embauche de l’épouse Sophie comme conseillère de Buzyn, lobbyiste en chef et auto-proclamée de Big Pharma  : on le voit la santé des travailleurs durant ce quinquennat est entre de bonnes mains, et on peut au moins se réjouir que ce gouvernement va créer des emplois familiaux pour les amis du clan Macron. Des renvois d’ascenseur typique du communautarisme bourgeois, qui eux ne risquent pas d’être couverts par la fameuse loi de moralisation, mais qui vu la taille du clan pourrait avoir néanmoins un impact statistique non négligeable sur les chiffres du chômage dans le 7ème et le 16ème.
 


 
Les libéraux continueront à nous parler de la prétendue sacro-sainte égalité devant la loi pour exiger tous courroucés – à l’instar du bien exemplaire tartuffe chabrolien Fillon et ses clones actuels tout aussi chabroliens – la tolérance zéro pour la délinquance ordinaire des « classes dangereuses ».
 
Le Front national poursuivra ses diatribes contre les divers partis de l’étranger, source intarissable de tous les malheurs de la France et de l’insécurité, mais en parfaits tartuffes sociaux qu’ils sont, jamais celle causée massivement par le patronat bien français et bien conservateur. Les récentes élucubrations de sa toujours remarquablement incompétente présidente à l’encontre des « islamo-trotskistes » de la France Insoumise aura au moins marqué la fin de la comédie d’un Front national prétendument de gauche : fin pathétique et risible symbolisée par la discrète disparition de la rose bleue pseudo-socialisante et le retour à la bonne vieille flamme identitaire.
 
Et il y a une bonne raison à ce déplorable constat de l’indifférence générale à la condition ouvrière, souvent tragique : c’est que l’ouvrier occupe dans l’esprit de beaucoup – au sein du patronat et de la bourgeoisie c’est clair, mais pas que, au sein de la gauche caviar aussi – dans la hiérarchie sociale une place comprise à équidistance entre la bête de somme (l’animal domestique est généralement trop bien traité pour être comparable), l’animal d’abattoir et le sac poubelle bleu Made in China de 10 litres dans les toilettes du MEDEF.
 



L’OMS estime aujourd’hui à 125 millions de travailleurs de par le monde exposés quotidiennement à l’amiante : on peut d’ailleurs aussi ajouter les travailleurs en France en charge du désamiantage, souvent dans des conditions insalubres en violation par les employeurs des règles et de sécurité. Règles évidemment encore insupportables pour les libéraux français qui continuent toujours à être dans le déni de la dangerosité de l’amiante… ha on aimerait en coller certains de ces libéraux à la gomme en stage de désamiantage.
 
Les principaux producteurs d’amiante sont la Russie et la Chine – des régimes qui ont toujours été à l’avant-garde du prolétariat, surtout dans son exploitation – et ce matériau meurtrier est en plein boom dans tous les pays en voie de développement. Véritable cataclysme sanitaire impliquant des millions de personnes, dont strictement aucun média ne parle.
 
Qui se soucie de tous ces malheureux, de tous ces soldats inconnus et anonymes tombés sur le front quotidien de l’exploitation ?
 
Qui sait ?
 
Peut-être vous, un petit peu, maintenant ?
 



L’impertinent avait initialement pensé illustrer cet article en placardant en mode « réinformation » (de gauche) les photos de criminels en col blanc du grand patronat français responsables de ce drame, ces bourgeois « respectables » en costume cravate. Cela aurait pu avoir son charme, vu certaines célébrités « proches du dossier ». Mais L’impertinent a davantage de risques d’être poursuivi pour diffamation qu’une de ces belles ordures d’avoir le moindre souci. Et puis les lynchages même virtuels ne sont pas bons, laissons ces méthodes à la Fachosphère. D’autant qu’il impossible de faire tenir sur une page les photos des centaines de responsables économiques, politiques, administratifs, scientifiques, médiatiques, syndicaux dans cette affaire dramatique.
 
Nous avons donc préféré l’illustrer par ces veuves de l’amiante de Dunkerque pour contribuer à redonner à tous ces travailleurs assassinés par leurs patrons, bien français et ne siégeant pas à Bruxelles (ou alors le Bruxelles de l’évasion fiscale), ce qui leur est si impitoyablement nié par une indifférence collective si coupable : un visage.
 
François Serrano 
Editeur de L’impertinent 
www.larevuelimpertinent.com  
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Lundi 20 Novembre 2017 - 15:18 Le Japon poursuit sa pêche à la baleine

Jeudi 2 Novembre 2017 - 17:06 Un simple contrôle de police

Lundi 30 Octobre 2017 - 19:37 La théorie du pire












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : .@hugoclement horrifié par un fait divers dramatique au Maroc @FeizaBM https://t.co/mbznmIDx3R
Lundi 20 Novembre - 13:26
Les répliques : Marine Le Pen est "fondamentalement opposée à l'Union Européenne" 🇪🇺 https://t.co/1KGJjsB9df
Lundi 20 Novembre - 12:31
Les répliques : Vif échange entre Yann Moix et Aymeric Caron samedi soir dans @ONPCofficiel https://t.co/hvLB9xatJU
Lundi 20 Novembre - 09:15
Les répliques : Pas de paradis fiscal dans l'Union Européenne selon @pierremoscovici commissaire européen aux Affaires économiques… https://t.co/ibZQDgez9X
Dimanche 19 Novembre - 21:07




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin




 
Nos partenaires