Dimanche 13 Novembre 2016

Kroes et Barroso vous font aimer l’Europe !

Par Emmanuel Maurel. Politis.



Revue de presse.
 
Les conflits d’intérêts impliquant ces deux ex-commissaires sapent les fondements des institutions européennes.
Kroes et Barroso vous font aimer l’Europe !


Deux semaines seulement après le vote des Britanniques en faveur du Brexit, l’Europe apprend que l’ancien président de la Commission européenne conseillera désormais la banque d’affaires américaine Goldman Sachs.


Le départ de José Manuel Barroso témoigne non seulement d’une collusion entre les intérêts des grandes institutions financières et les autorités publiques qui ne surprend plus personne, mais également d’une insoutenable légèreté vis-à-vis de la mission que les Européens lui avaient confiée. En effet, comment croire désormais un instant que M. Barroso a pu investir son rôle de « gardien » de l’Union européenne, quand on le découvre prêt à devenir un employé d’une banque qui a organisé méthodiquement la déstabilisation de la Grèce et de la zone euro ?


Last but nos least, Barroso officiera chez Goldman Sachs… comme « conseiller sur le Brexit ». En somme, alors que l’Union européenne, de son côté, fera tous les efforts possibles pour obtenir les conditions d’un Brexit les moins pénalisantes pour l’Europe, mais les plus strictes pour Londres et sa place financière, lui, l’ancien président de la Commission européenne, usera de ses contacts, de ses documents, bref de tout ce que l’Union européenne lui a apporté, pour satisfaire la City.


L’été à peine passé, le jeudi 22 septembre, le Consortium international des journalistes d’investigation révèle que Neelie Kroes, ancienne vice-présidente de la Commission Barroso, était dirigeante d’une société offshore pendant son mandat de commissaire européenne.


Pour bien prendre la mesure de cette information, il faut rappeler qu’en tant que commissaire à la Concurrence Mme Kroes était supposée, comme le fait aujourd’hui Margrethe Vestager, lutter contre les montages fiscaux illicites. Le dumping fiscal dans l’Union européenne, où des États acceptent des montages impliquant des sociétés offshore, est le premier obstacle à une concurrence équitable, dont Neelie Kroes était censée être la gardienne.


Pourtant, malgré l’urgence de réduire des fractures qui pénalisent la création de richesses et la redistribution dans l’Union européenne, Mme Kroes participait aux pratiques qu’elle aurait dû traquer.


Comme pour ajouter à l’indignité de la situation et au mépris de sa fonction, elle opérait non seulement dans un paradis fiscal, mais encore dans le secteur de l’énergie. La société dont elle était codirigeante avait tenté une opération de rachat de 6 milliards de dollars du géant américain Enron. C’est ici que la double casquette de Mme Kroes jette un soupçon légitime sur ses intentions : c’est elle, en tant que commissaire à la Concurrence, qui a diligenté la libéralisation au forceps – et leur lot de privatisations – des marchés énergétiques en Europe. C’est donc elle qui s’est assurée que chaque pays de l’Union démantelait bien ses opérateurs publics, pendant qu’elle était partie prenante de sa société offshore dans le secteur…


Naturellement, ce paysage d’impunité et d’inefficacité au plus haut niveau ternit les efforts modestes de quelques initiatives, comme cette commission d’enquête, dotée de moyens spéciaux, que nous avons enfin mise en place au Parlement européen pour tirer les conséquences des Panama Papers.


Tout ce qui pourrait être légalement retiré à M. Barroso et à Mme Kroes...

Pour lire la suite cliquez ici.







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Dimanche 6 Août 2017 - 18:50 Emmanuel Macron : Jupiter ou turlupin ?

Jeudi 20 Juillet 2017 - 18:33 Parler vrai aux puissants... et à nous tous










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : De retour très vite.. 😉 https://t.co/7rpds7tcke
Mercredi 16 Août - 19:37
Les répliques : Le conseil du jour vous est proposé par @lepenjm @BCY1 https://t.co/PPOJ2CX5In
Mercredi 16 Août - 15:23
Les répliques : "Je ne suis pas raciste mais..." @LucLaccassagne https://t.co/u1AeNcYdeV
Mercredi 16 Août - 09:01
Les répliques : Des migrants finissent leur périple méditerranéen sur une plage en Espagne @iamroxanepope https://t.co/tVgnYSOIQ5
Mardi 15 Août - 16:04




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.