Mercredi 12 Juillet 2017

Jean-Michel Aphatie s’étonne pour rien. Étonnant, non ?

Par Henri Maler - Acrimed.



À quoi reconnaît-on un éditocrate ? Parfois quelques tweets de l’un d’entre eux valent mieux que ses longues tirades.
Image : France Info
Image : France Info


Une stupéfiante stupéfaction 

Mercredi 5 juillet 2017. Deux heures avant que Jean-Jacques Bourdin reçoive Jean-Luc Mélenchon, dans l’émission « Bourdin Direct » sur BFMTV et RMC, Jean-Michel Aphatie fait mine de s’étonner.
 
 
Rigoureux comme un expert-comptable, Jean-Michel Aphatie l’a vérifié : Mélenchon intervient « toujours » et exclusivement dans les médias privés. L’information est évidemment fausse, mais qu’importe pour peu qu’on puisse tweeter !
 
« C’est son choix », susurre le twitto. Comme si Mélenchon et tant d’autres, de « La France insoumise » ou d’ailleurs, qui contestent l’emprise de l’oligarchie médiatique avaient vraiment le choix… même s’ils ont le choix de ne pas intervenir n’importe comment, dans n’importe quelle émission.
 
Comme s’ils avaient le choix d’appeler les tenanciers de l’oligarchie autrement que des « oligarques ». Faut-il dire les mécènes ? Jean-Michel Aphatie, précis comme un journaliste rigoureux, n’ose quand même pas. Mais, sans doute fier de son stupéfiant sarcasme, il invite de facto Mélenchon et tant d’autres, de « La France insoumise » et d’ailleurs, à renoncer à toute intervention sur une quelconque chaine de télévision ou station de radio privée. Resterait, pour s’adresser au plus grand nombre, l’audiovisuel public. Mais ce dernier est-il, à tous égards, préférable ?

Une stupéfiante obsession 

Fin de la stupéfaction stupéfiante ? Le croire, ce serait oublier que lorsqu’une « idée » s’empare de Jean-Michel Aphatie, il ne la lâche plus. Souvenez-vous de ses quelque 80 tweets dubitatifs en quête de preuves, comme nous l’avions relevé, dans « l’affaire » de la fraude fiscale de Jérôme Cahuzac. Cette fois, Jean-Michel Aphatie s’emploie à ressasser une prétendue contradiction dont il décline plusieurs versions. Radotage ?
Jean-Michel Aphatie s’étonne pour rien. Étonnant, non ?


Qu’importe si féliciter Le Parisien pour l’un de ses articles n’équivaut pas à féliciter son propriétaire. Qu’importe si pour parler de la lutte contre la misère aux misérables, il peut valoir la peine de le faire sur une chaîne que nombre de ces misérables, parmi ceux qui ne le sont pas trop, regardent. Qu’importe si…
 
Mais inutile de poursuivre, il suffit de traduire : 
- « Si tu contestes, peu ou prou, l’industrie nucléaire, éclaire-toi à la bougie ! »
- « Si tu combats le capitalisme ou certains de ses effets, une seule solution : le boycott total ! »
 
À ces stupéfiantes maximes, à peine imaginaires, on peut se risquer à opposer une autre : « Si tu veux savoir ce qu’est un toutou de garde de l’ordre médiatique et social existant, écoute les jappements Jean-Michel Aphatie ou leur transcription en 140 signes sur Twitter. »

Henri Maler
Acrimed







Nouveau commentaire :










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Baisse de l'#ISF confirmée en 2018 = 3 milliards d'euros d'impôts en moins dans les caisses de l'État @mbompard https://t.co/milbaE3A8v
Dimanche 23 Juillet - 14:44
Les répliques : Dessin signé @fdeligne https://t.co/lBuj1r84RD
Dimanche 23 Juillet - 12:17
Les répliques : "L'appel d'air" de @gerardcollomb ministre de l'Intérieur, la réponse du @Defenseurdroits Jacques Toubon https://t.co/ZXRFyixOZd
Dimanche 23 Juillet - 10:36
Les répliques : #APL : vers une baisse dès septembre prochain @OneRadex https://t.co/qhp514gkkN
Samedi 22 Juillet - 19:37




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.